ARCHITECTURE ÉCOLOGIQUE ou ARCHITECTURE DURABLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les critères définissant l'architecture écologique

Intégration au territoire

Très subjective, la notion d'intégration au site se prête à de nombreuses interprétations. Transposition contemporaine des constructions vernaculaires pour les uns, elle peut aller jusqu'au mimétisme de l'habitat troglodytique pour d'autres. Mais la nécessité de respecter l'environnement ne s'applique pas qu'aux maisons implantées sur un sol à l'écosystème fragile dans un paysage naturel. Elle s'impose également lorsque le bâti s'insère dans un tissu urbain dont il faut préserver l'intégrité, en inscrivant par exemple avec délicatesse un projet contemporain dans un quartier historique. En ville ou en milieu rural, la conception d'un bâtiment écologique commence toujours par l'étude du terrain et de son environnement immédiat : la topographie, les accès, les vues, les masques, les végétaux existants, l'ensoleillement et les vents dominants. Mais elle doit être élargie à l'analyse des ressources du territoire : la végétation, les matériaux disponibles à proximité, les savoir-faire régionaux. Le projet doit minimiser les terrassements, préserver l'écosystème et les arbres remarquables. L'aménagement des abords du bâti privilégie les essences locales et les murets en pierre ou en briques de la région, afin de créer des abris pour les insectes et autres petits animaux.

Maîtrise de l'énergie : profiter du gisement de négaWatts

L'énergie la moins chère restant celle qui n'est pas consommée, la stratégie de l'association négaWatt (www.negawatt.org), animée par un collège de 23 experts et praticiens de l'énergie, est très judicieuse : ce scénario combine sobriété et efficacité avant de recourir aux énergies renouvelables. La sobriété implique à la fois la responsabilisation des usagers dans leurs comportements quotidiens et l'engagement des professionnels, afin de supprimer les insupportables gaspillages. L'efficacité énergétique exige, entre autres, le recours systématique à des solutions techniques et à des installations optimisées, même s'ils impliquent un léger surcoût d'investissement. Le gisement de « négaWatts » (énergie non consommée) est considérable. Si nos besoins étaient réduits à la source, le solde pourrait à terme être couvert par des énergies issues de ressources inépuisables : solaire, éolien, géothermie, etc. L'application à grande échelle de cette démarche de bon sens permettrait de réduire à la fois notre consommation énergétique, nos émissions de gaz à effet de serre et notre dépendance vis-à-vis des énergies fossiles.

Des principes bioclimatiques aux bâtiments à énergie positive

L'application des principes bioclimatiques permet de réduire les besoins énergétiques d'un bâtiment et d'assurer le confort de manière passive, grâce à un choix judicieux de l'implantation, de l'orientation, de la forme du bâti et de ses prolongements vers l'extérieur, des matériaux et de la végétation plantée à proximité. Un bâti compact, avec au sud les pièces principales et au nord les espaces de services (entrée, circulation, cuisine, rangements), minimise les déperditions thermiques. Dans des ouvertures judicieusement orientées et dimensionnées (environ 50 p. 100 au sud, 20 p. 100 à l'est et à l'ouest, 10 p. 100 au nord), des doubles ou triples vitrages « intelligents » à faible émissivité infrarouge et haute transmission lumineuse régulent les apports du rayonnement solaire. Les surchauffes peuvent être limitées par une ventilation naturelle traversante et des pergolas ou volets à claire-voie en façade sud et ouest, qui stoppent les rayons solaires indésirables. Lorsque les murs ont une ossature légère, quelques éléments massifs apportent une inertie favorable au confort d'été : la dalle en béton et des murs massifs autour des pièces d'eau ou des escaliers suffisent souvent. Un concept énergétique efficace associe ces mesures constructives à des installations optimisées, utilisant si possible des énergies renouvelables : pompes à chaleur, capteurs solaires pour l'eau chaude sanitaire et le chauffage, poêle à bois, etc. Un puits canadien, appelé aussi puits provençal, permet de préchauffer l'air en hiver et de le rafraîchir en été grâce au passage dans des tuyaux enterrés dans le sol, dont la température est constante. L'emploi de ces installations est encouragé par plusieurs pays dont la France (sous la forme d'un crédit d'i [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ARCHITECTURE ÉCOLOGIQUE ou ARCHITECTURE DURABLE  » est également traité dans :

KAUFMANN HERMANN (1955- )

  • Écrit par 
  • Dominique GAUZIN-MÜLLER
  •  • 1 036 mots

Hérault d'une dynastie du bois comprenant concepteurs, charpentiers et industriels, l'architecte autrichien Hermann Kaufmann milite depuis les années 1980 pour une construction innovante mêlant bois massif et produits dérivés. Son œuvre très vaste, marquée par la conscience du « service » à offrir au client, couvre maisons individuelles, logements collectifs, équipements publics et bâtiments d'ac […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Dominique GAUZIN-MÜLLER, « ARCHITECTURE ÉCOLOGIQUE ou ARCHITECTURE DURABLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-ecologique-architecture-durable/