ARCHITECTURE CONTEMPORAINEUne architecture plurielle

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un patrimoine menacé

Qui oserait placer sur un même plan la sauvegarde d'un palais Renaissance et celle d'un immeuble des années 1960 ? Et pourtant, c'est ce que devrait autoriser une conception rigoureuse du patrimoine. André Chastel observait, il y a vingt-cinq ans, l'évolution spectaculaire de la notion vers une prise en compte élargie du domaine bâti. Et André Fermigier se félicitait alors de l'intégration des gares et des usines dans l'héritage reconnu de la modernité. Il envisageait l'extension du champ patrimonial à l'ensemble du passé : les salles de cinéma et les boutiques des années 1930 trouveraient enfin leur place aux côtés des cathédrales et des châteaux.

Cette ouverture laissait espérer des mesures généreuses en faveur de l'architecture du xxe siècle. Or, un quart de siècle après ces déclarations optimistes, le bilan est plutôt décevant. La préservation des édifices modernes a accompli des progrès remarquables, mais elle reste très largement au-dessous des nécessités. Depuis le classement, en 1957, du Théâtre des Champs-Élysées à Paris et l'action initiatrice d'André Malraux, qui a permis, grâce au décret du 18 avril 1961, d'étendre la protection aux constructions contemporaines, de nombreuses œuvres du xxe siècle ont accédé au statut de monument historique. Retenues pour leur valeur culturelle, elles ont bénéficié des dispositions de la loi du 31 décembre 1913, c'est-à-dire des procédures de classement et d'inscription à l'Inventaire. Plus de mille constructions du xxe siècle sont aujourd'hui protégées au titre de cette réglementation, et l'on peut se réjouir de voir figurer, aux côtés des villas de Le Corbusier, d'André Lurçat ou de Robert Mallet-Stevens, les stations de métro d'Hector Guimard, la grande halle de Tony Garnier à Lyon, la rotonde pour locomotives à vapeur construite à Avignon par Bernard Laffaille, l'usine-barrage de Théo Sardnal, un ancien élève de Perret, à Bollène, ou encore le chevalement en béton armé de la mine de Freyming-Merlebach en Lorraine. Cependant, malgré son indéniable richesse, la liste des monuments modernes protégés présente encore de terribles lacunes.

Une protection inégale

Dans son introduction au catalogue de l'exposition Mille Monuments du XXe siècle en France organisée au palais d'Iéna par le ministère de la Culture et de la Communication (4 février-11 mars 1998), Bernard Toulier note que 43 p. 100 des édifices protégés ont été construits entre 1900 et 1913 et que la moitié d'entre eux porte les marques de l'Art nouveau. 33 p. 100 ont été bâtis entre les deux guerres, tandis que les constructions de la seconde moitié du xxe siècle ne représentent que 9 p. 100 de ce corpus monumental. Ce n'est donc pas un hasard si les bâtiments les plus menacés aujourd'hui sont précisément ceux qui sont issus de cette dernière période. Et l'absence de recul historique ne peut suffire à expliquer cet état de fait. La masse des programmes réalisés après la Seconde Guerre mondiale en est peut-être la cause. Les chefs-d'œuvre sont noyés dans l'océan du bâti et rares sont les spécialistes capables de les discerner.

En fait, c'est moins le défaut de protection qu'il faut craindre que le désintérêt qu'il trahit. La destruction récente de l'Institut de l'environnement édifié à Paris par Robert Joly et Jean Prouvé est la conséquence du manque d'enthousiasme des milieux professionnels pour ce type d'architecture. Commandée en 1969 par André Malraux, cette boîte légère présentait en façade, à l'avant de ses panneaux industrialisés, une ossature métallique contreventée. Cette expression technologique trouvait son sens dans la continuité des travaux de Jean Prouvé qui, depuis la maison du peuple de Clichy (1937-1939), avait poursuivi son inlassable recherche sur les murs-rideaux. La démolition de ce bâtiment nous a privés d'un jalon important pour comprendre le cheminement intellectuel d'un des grands inventeurs du xxe siècle, mais aussi d'un édifice subtil que Robert Joly avait su insérer avec justesse dans son contexte urbain. Plusieurs constructions de Jean Prou [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 18 pages

Médias de l’article

Église de Riola di Vergato, Italie

Église de Riola di Vergato, Italie
Crédits : De Agostini/ Getty Images

photographie

La cathédrale de Tōkyō, K. Tange

La cathédrale de Tōkyō, K. Tange
Crédits : Michel Denance/ Bridgeman Images

photographie

Banque Boa Vista

Banque Boa Vista
Crédits : Hulton Getty

photographie

Travée sud-est du Crystal Palace

Travée sud-est du Crystal Palace
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 19 médias de l'article


Écrit par :

  • : architecte, professeur à l'École nationale supérieure d'architecture de Nancy, chercheur au Laboratoire d'histoire de l'architecture contemporaine
  • : professeur d'architecture, chairman of the division of architecture, Columbia University, New York
  • : architecte, chargé de mission au Bureau de la recherche architecturale, ministère de l'Équipement

Classification

Autres références

«  ARCHITECTURE CONTEMPORAINE  » est également traité dans :

ARCHITECTURE CONTEMPORAINE - Construire aujourd'hui

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 6 517 mots
  •  • 3 médias

Plus encore que d'autres dimensions de la discipline architecturale, le rapport de l'architecture aux techniques témoigne de l'épuisement des idéaux modernistes, tels qu'ils avaient été formulés au début du xxe siècle par des architectes comme Gropius, Mies van der Rohe et Le Corbusier. Contrairement à leur […] Lire la suite

AI WEIWEI (1957- )

  • Écrit par 
  • John M. CUNNINGHAM
  •  • 1 093 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un témoin du capitalisme chinois »  : […] Quand son père tombe malade en 1993, Ai Weiwei rentre à Pékin. Prenant conscience des tensions qui existent entre une Chine qui se modernise rapidement et son héritage culturel, il crée des œuvres qui transforment de manière irrémédiable des objets d'art chinois vieux de plusieurs siècles : il peint par exemple le logo de la firme Coca-Cola sur une urne de la dynastie Han (1994), ou casse des meub […] Lire la suite

ANDO TADAO (1941- )

  • Écrit par 
  • François CHASLIN
  •  • 1 852 mots
  •  • 1 média

Lauréat de nombreux grands prix internationaux d'architecture, célébré par de vastes rétrospectives dans les principaux musées d'art contemporain, Andō Tadao est devenu l'architecte emblématique du Japon, l'une grandes figures internationales de la profession. Sa notoriété lui vient d'une expression formelle d'une exceptionnelle rigueur. Dans un univers qu'avaient ébranlé les recherches éclectique […] Lire la suite

ANDRAULT MICHEL (1922-2020) et PARAT PIERRE (1928-2019)

  • Écrit par 
  • Eve ROY
  • , Universalis
  •  • 1 090 mots

En 1957, deux jeunes architectes remportent le concours international de la Basilique de Syracuse avec un projet dont l'audacieuse corolle inversée en voile de béton était présentée comme la métaphore de l'élévation de l'humanité vers Dieu. Diplômés de l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris en 1955, Michel Andrault (né le 17 décembre 1926 à Montrouge et décédé le 5 avril 2020 à Par […] Lire la suite

ANDREU PAUL (1938-2018)

  • Écrit par 
  • Eve ROY
  •  • 1 042 mots

Né le 10 juillet 1938 à Caudéran, le jeune Paul Andreu quitte sa Gironde natale pour intégrer l'École polytechnique à Paris avec l'intention de devenir physicien. En 1960, il en sort diplômé, et changé : les cours de dessin l'ont convaincu qu'il était destiné à embrasser une carrière créatrice. Il intègre alors les Ponts et Chaussées, et devient ingénieur en 1963. En parallèle, inscrit à l'École […] Lire la suite

ARAD RON (1951- )

  • Écrit par 
  • Stéphane LAURENT
  •  • 1 126 mots

Né à Tel-Aviv en 1951, Ron Arad appartient à la génération du postmodernisme qui voit le design renouer avec les arts décoratifs et s'ancrer dans l'art contemporain. Son itinéraire est celui d'un artiste dont la créativité s'est vue en quelque sorte renforcée par la technique. Après un an passé à l'école des Beaux-Arts Bezajel de Jérusalem, Ron Arad s'installe à Londres en 1973 afin d'étudier à l' […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Notions essentielles

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 4 952 mots

Dans le chapitre « Du postmodernisme aux incertitudes contemporaines »  : […] Après avoir fait l'unanimité au sortir de la Seconde Guerre mondiale, au moment où le Mouvement moderne triomphait sans partage, la définition de l'œuvre architecturale en termes d'espace va se trouver ébranlée au milieu des années 1970 par un historicisme d'un genre nouveau. Sous l'impulsion d'architectes italiens comme Carlo Aymonino ou Aldo Rossi, l'heure est à la redécouverte de la ville. Au […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture, sciences et techniques

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 7 907 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les ambiguïtés contemporaines »  : […] Au xx e siècle, la diversification des techniques qui s'était amorcée avec la révolution industrielle s'intensifie encore. Cette diversification concerne tout d'abord les matériaux. Tandis que le béton armé envahit progressivement le secteur de la construction, l'ingénieur Freyssinet met au point les techniques de précontrainte pendant l'entre-deux-guerres. Leur succès ne tardera guère, comme en […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Terre

  • Écrit par 
  • Gérard BAUER, 
  • Jean DETHIER
  •  • 2 812 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'architecture de terre contemporaine »  : […] Dans les pays du Tiers-Monde, même là où la construction en terre est la mieux adaptée au climat et aux traditions, on voit souvent les nouveaux citadins, même les plus démunis, dans leur désir de rejeter leur ancien mode de vie rural, lui préférer les abris en bidons ou en carton goudronné, pourtant bien moins confortables. Il n'y a guère, jusqu'à présent, que les gouvernements de l'Allemagne, d […] Lire la suite

ARCHITECTURE ET DESIGN AU CENTRE GEORGES-POMPIDOU, PARIS

  • Écrit par 
  • Claude MASSU
  •  • 1 881 mots

Dans le chapitre « Des monographies »  : […] En 1984, une nouvelle orientation est donnée au C.C.I., avec la nomination comme directeur de François Burkhardt, qui confie à Alain Guiheux la responsabilité de la cellule Architecture. Ce dernier programme alors des expositions monographiques, portant soit sur de grandes figures passées de l' architecture du xx e  siècle, soit sur des architectes vivants dont la qualité des travaux et l'influenc […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Joseph ABRAM, Kenneth FRAMPTON, Jacques SAUTEREAU, « ARCHITECTURE CONTEMPORAINE - Une architecture plurielle », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-contemporaine-une-architecture-plurielle/