ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La difficile naissance de l’archéologie médiévale

Accepter le Moyen Âge

Forgée par les humanistes italiens des xve et xvie siècles, l’expression « Moyen Âge » constitua dès son origine une notion essentiellement négative et désignant une époque de décadence des arts et des lettres entre deux sommets de la culture classique, l’Antiquité et la Renaissance. Cette période d’un millénaire, par ailleurs dépourvue de cohérence interne, apparaissait donc dès l’abord comme peu digne d’étude.

Dans les régions qui furent extérieures à l’Empire romain et où les sources écrites apparurent tardivement, la volonté de construire une histoire nationale suscita un intérêt précoce pour les vestiges matériels du passé médiéval. Il en fut ainsi en Scandinavie, où les témoignages de la période viking furent étudiés dès le xviie siècle. Au contraire, la France et les pays méditerranéens demeurèrent beaucoup plus longtemps focalisés sur le modèle idéal de l’Antiquité gréco-romaine. C’est à partir des textes cachés dans les archives et non des monuments médiévaux offerts quotidiennement au regard que les études médiévales purent se développer dans cet espace depuis le début du xviie siècle, provoquant l’édition critique d’une masse considérable de sources religieuses et diplomatiques puis, au cours du siècle suivant, la redécouverte de la littérature médiévale, qui met en lumière les idéaux de la chevalerie et le quotidien de la vie urbaine.

Cette révélation du Moyen Âge laissa pourtant de côté les monuments et les objets, pour lesquels les érudits manifestèrent généralement une grande incompréhension. Il est vrai que les outils d’analyse permettant de faire des vestiges matériels des sources à part entière faisaient encore défaut. Avec la période ouverte par la Révolution française, on voit se développer deux tendances apparemment contradictoires : le nouveau pouvoir revendique la destruction ou la vente des symboles de la monarchie et de l’Église, souvent hérités du Moyen Âge, mais il manifeste parallèlement la volonté de conserver des monuments et des objets médiévaux, devenus des biens communs de la Nation. Lieux d’exposition de vestiges médiévaux, les dépôts départementaux d’objets arrachés aux églises (1790) et le musée des Monuments français (1793-1818) vont fortement influencer les premiers historiens médiévistes, mais aussi la littérature, l’architecture ou la peinture. Ils contribuent à la diffusion d’une certaine conception du Moyen Âge, tour à tour sombre et courtoise, mais qui inscrit définitivement cette période dans la culture populaire.

Envisager une archéologie médiévale

Il faut attendre encore quelques années avant que ce succès public engendre des méthodes d’approche et des institutions adaptées à l’étude des vestiges médiévaux. Cet essor de la recherche va passer par la naissance, à partir des années 1820, de sociétés savantes régionales qui effectuent un considérable travail d’inventaire, de sauvegarde des monuments et de diffusion du savoir par des musées et des publications. Deux Normands, Arcisse de Caumont (1801-1873) et Charles de Gerville (1769-1853), occupent une place de choix dans ce mouvement : ils vont mettre en œuvre une approche de l’architecture dénommée « archéologie monumentale », fondée sur la seule analyse formelle des parties du monument, propre à dégager des lois d’évolution et détachée de toute référence aux textes voire aux facteurs humains.

Au-delà de cet intérêt pour l’histoire de l’architecture, les érudits des sociétés savantes font appel à la fouille archéologique uniquement pour aborder les premiers siècles du Moyen Âge, qu’il s’agisse des monuments religieux du début du christianisme ou de la reconnaissance des cimetières mérovingiens. On voit alors naître, dans l’étude du Moyen Âge, un partage qui va se perpétuer jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale : l’archéologie de terrain est presque exclusivement cantonnée entre le ve et le viiie siècle. Pour les siècles postérieurs, ce sont les architectes et les historiens de l’art qui se penchent sur les monuments, les conservateurs de musée ou les amat [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Michel de Boüard, un pionnier de l’archéologie médiévale

Michel de Boüard, un pionnier de l’archéologie médiévale
Crédits : archives du CRAHAM

photographie

Archéologie du bâti : l’abbatiale de Cluny

Archéologie du bâti : l’abbatiale de Cluny
Crédits : Relevé: Ghislaine Macabre, Anne Baud, Anne Allimand ; Encrage: Cécile Frémiot de Mauroy ; DAO : Auriane Lorphelin

dessin

Archéologie préventive : Bourges (Cher)

Archéologie préventive : Bourges (Cher)
Crédits : Une terre d’Images ; Bourges Plus

photographie

Vue restituée du castrum d’Andone (Villejoubert, Charente)

Vue restituée du castrum d’Andone (Villejoubert, Charente)
Crédits : Luc Bourgeois

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur d'archéologie médiévale, université Caen-Normandie

Classification

Autres références

«  ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE  » est également traité dans :

ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - Aménagement des sites

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOHEN, 
  • Jean-François REYNAUD
  •  • 5 939 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le Yorvik Center (York) »  : […] Tout aussi exceptionnelle est la solution adoptée à York (Grande-Bretagne) pour faire comprendre la vie quotidienne au temps des Vikings à partir des fouilles d'un habitat viking sur le site de Copper Gate (dir. R. Hall). York, cité romaine (Eburacum), puis saxonne ( vii e -viii e  siècle, Eoforvik), a également été le siège d'un royaume viking ( ix e  siècle, Yorvik). Ces Vikings, qui évoquent po […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - Archéologie du temps présent

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 4 857 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Naissance de l'« archéologie historique » »  : […] Cet intérêt pour le présent est venu par plusieurs voies. Il se manifeste en particulier aux États-Unis, où d'importants débats méthodologiques eurent lieu à partir des années 1960. On sait que l'archéologie n'a pas pour seule fonction la connaissance du passé ; elle sert aussi à la construction d'un passé, réel ou imaginaire et la plupart du temps les deux à la fois, pour chaque nation, qu'elle s […] Lire la suite

AUSTRASIE, LE ROYAUME MÉROVINGIEN OUBLIÉ (exposition)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 980 mots
  •  • 1 média

Longtemps, les débuts du Moyen Âge ont eu mauvaise presse. C’était la période des « invasions barbares », des « rois fainéants » et de leurs sanglantes querelles de famille : « le despotisme tempéré par l’assassinat », écrivait Fustel de Coulanges. Il est vrai qu’il s’agissait de dynasties germaniques, un fait difficile à enseigner dans une école républicaine née de la défaite de 1870 face à l’Al […] Lire la suite

CAUMONT ARCISSE DE (1801-1873)

  • Écrit par 
  • Maylis BAYLÉ
  •  • 965 mots

Né à Bayeux, archéologue, géologue, Arcisse de Caumont est surtout connu pour son rôle dans le développement de l'histoire de l'art médiéval au xix e siècle. Lorsqu'en 1821 il entre à l'université de Caen pour suivre les cours d'histoire naturelle de J.-V. Lamouroux et l'enseignement de l'abbé Gervais de La Rue, alors maître incontesté de l'histoire de Normandie, l'intérêt pour l'archéologie médi […] Lire la suite

COCHET JEAN BENOÎT DÉSIRÉ (1812-1875)

  • Écrit par 
  • Laurence FLAVIGNY
  •  • 1 069 mots

Archéologue normand, l'abbé Cochet s'est surtout attaché à l'étude des nécropoles datant d'une période comprise entre le ~ i er siècle et le xiii e siècle. Il est l'un des précurseurs de l'archéologie mérovingienne. Né à Sanvic, dans la banlieue du Havre, dans une famille modeste, Jean Benoît Désiré est remarqué pour son intelligence par un prêtre du Havre qui le fait entrer au séminaire. Ordonn […] Lire la suite

DES FRANCS AUX MÉROVINGIENS (expositions)

  • Écrit par 
  • Claude SEILLIER
  •  • 1 301 mots

Après les querelles souvent dépassées qui ont marqué, en 1996, l'« année Clovis », deux expositions fondées sur les acquis de l'archéologie ont fait très opportunément le point des connaissances : Les Francs . Précurseurs de l'Europe , au musée du Petit Palais à Paris, pour le demi-millénaire qui s'écoule de l'apparition des Francs à la fin du royaume mérovingien ; Trésors mérovingiens d'Île-de- […] Lire la suite

ERLANDE-BRANDENBURG ALAIN (1937-2020)

  • Écrit par 
  • Jean-Michel LENIAUD
  •  • 950 mots

Alain Brandenburg, dit Alain Erlande-Brandenburg, naquit le 2 août 1937 à Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône), où son grand-père maternel était médecin. Son autre grand-père, Albert-Jacques Brandenburg, avait pris le pseudonyme d’Albert Erlande pour la publication de son œuvre littéraire. Il comptait parmi ses parents l’égyptologue Eugène Revillout (1843-1913), spécialiste de l’écriture démotique. Sa […] Lire la suite

GERMAINS ORIENTAUX, archéologie et art

  • Écrit par 
  • Michel KAZANSKI
  •  • 4 235 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'époque des grandes migrations et le haut Moyen Âge (dernier tiers du IVe s.-VIIe s.) »  : […] En 375, l' invasion des steppes d'Europe orientale par les Huns , venus de la région de la Volga, provoque un déséquilibre des forces politiques du monde barbare. Elle déclenche les premières migrations qui vont profondément changer la carte politique et ethnique de l'Europe. Les Germains orientaux prennent une part active à la première phase des grandes migrations (entre 375 et 454), de telle so […] Lire la suite

GLACIÈRE, architecture

  • Écrit par 
  • Christophe MORIN
  •  • 2 680 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Une histoire ancienne »  : […] Les témoignages les plus anciens de l'utilisation de la glace remontent au v e  siècle avant J.-C. où en Chine le Che-King , recueil de chansons populaires, mentionne l'existence de glacières. La glace était alors utilisée pour la conservation des aliments et la forme des glacières se rapprochait, semble-t-il, des constructions que nous connaissons en Occident. Cependant, les toutes premières gla […] Lire la suite

HABITAT - L'habitat rural en Occident (XIe-XIXe s.)

  • Écrit par 
  • Jean CHAPELOT
  •  • 4 318 mots

Dans le chapitre « L'infraconstruction du haut Moyen Âge »  : […] Un trait fondamental caractérise l'habitat rural européen, de l'âge du fer au haut Moyen Âge : ordinairement construit en matériaux périssables, il n'est pas fait pour durer et pour être transmis, de génération en génération. Sans doute, dans l'ensemble des provinces romanisées et notamment dans la moitié sud de l'Europe, l'intermède de l'Empire romain modifie-t-il quelque peu cette situation en i […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Luc BOURGEOIS, « ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/archeologie-medievale/