ARCHÉOBACTÉRIES ou ARCHÉES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Spécificité biochimiques des archées

Les archées sont des micro-organismes de petite taille sans noyau, qui ne se distinguent pas des bactéries sur le plan morphologique. Leur spécificité a été mise en évidence en 1977 grâce à l'analyse comparée des séquences des molécules d'ARN ribosomique 16S (ARNr 16S). Ces analyses ont montré que les séquences des ARNr 16S d'archées étaient pratiquement aussi éloignées des séquences des ARNr 16S bactériens que de celles des ARNr 18S eucaryotes. L'originalité des archées a été rapidement confirmée par l'analyse de leurs glycérolipides membranaires. Alors que les glycérolipides des bactéries et des eucaryotes sont formés par l'estérification d'une molécule de glycérol par deux molécules d'acide gras, les glycérolipides des archées (archaeol) sont formés par l'éthérification d'une molécule de glycérol par deux molécules d'isoprénol (des alcools à longue chaîne branchés). De plus, les glycérolipides d'archées présentent une isomérie optique inversée par rapport à ceux des bactéries et des eucaryotes (le carbone central du glycérol étant asymétrique, les molécules de glycérolipides existent en effet sous deux formes isomériques, tout comme les acides aminés ou les sucres des acides nucléiques). De nombreuses archées (en particulier les hyperthermophiles) possèdent des glycérolipides atypiques de grande taille (caldarchaeol) qui forment des monocouches lipidiques au lieu de la bicouche habituelle présente dans les membranes des bactéries et des eucaryotes.

Le séquençage des génomes complets à la fin des années 1990 a définitivement établi le caractère unique des archées et la division du monde vivant en trois « domaines » selon la terminologie de Carl Woese. Si tous les organismes partagent le même code génétique et les mêmes mécanismes de base pour la réplication de l'ADN, l'expression génétique (transcription et traduction), ou encore la production d'ATP, chacun des trois grands g [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ARCHÉOBACTÉRIES ou ARCHÉES  » est également traité dans :

MICROBIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Corinne DOREL, 
  • Philippe LEJEUNE, 
  • Jean-Michel PANOFF
  •  • 3 880 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les bactéries »  : […] L' étude taxonomique des bactéries (procaryotes) montre que ces organismes forment deux ensembles phylogénétiquement très distincts, les archéobactéries et les eubactéries. Les archéobactéries vivent dans des milieux extrêmement défavorables et ont des caractéristiques si spécifiques tant au niveau de leur expression génétique que de leur métabolisme que certains biologistes considèrent que le mon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microbiologie/#i_94417

OCÉAN ET MERS (Vie marine) - Vie dans les grandes profondeurs

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER
  •  • 3 865 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Les peuplements associés à l'hydrothermalisme »  : […] Les peuplements associés à l'hydrothermalisme ont été découverts en 1977, par 2 500 mètres de profondeur, sur la dorsale des Galapagos (cf. encadré). Ils ont été retrouvés ensuite en différents points de la dorsale du Pacifique oriental, du sud de l'île de Pâques jusqu'au golfe de Californie, puis le long des dorsales du Pacifique nord-est, et enfin, dans des bassins arrière-arc insulaire et sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ocean-et-mers-vie-marine-vie-dans-les-grandes-profondeurs/#i_94417

ORGANISME VIVANT

  • Écrit par 
  • Jean GÉNERMONT
  •  • 1 645 mots

Dans le chapitre « Cellules et organismes »  : […] Selon la théorie cellulaire, née au xix e  siècle et actuellement incontestée, tout être vivant est formé d'au moins une cellule, volume délimité par une mince et souple membrane plasmique, au travers de laquelle les milieux intracellulaire et extracellulaire échangent matière et énergie. Les molécules de la cellule appartiennent à deux catégorie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/organisme-vivant/#i_94417

PROTÉINES INFORMATIONNELLES

  • Écrit par 
  • Patrick FORTERRE
  •  • 625 mots

Depuis le premier séquençage complet du génome d'un organisme cellulaire (la bactérie Haemophilus influenzae ), en 1996, les patrimoines génétiques de plus de cinquante micro-organismes, de trois animaux et d'une plante ont été décryptés. La comparaison de tous ces génomes a confirmé la division du monde vivant en trois domaines (proposée par le biologiste américain Carl Woes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proteines-informationnelles/#i_94417

RIBOSOMES

  • Écrit par 
  • Carlo COCITO
  •  • 4 715 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les ribosomes du cytoplasme des eucaryotes »  : […] La cellule procaryote ne possède pas d' organites et est pourvue d'un seul type (70 S) de ribosomes. Par contre, la cellule eucaryote contient des organites (noyau, nucléole, mitochondries et chloroplastes) et deux types (70 S et 80 S) de ribosomes : les particules de type 70 S se trouvent dans les organites cytoplasmiques, et celles de type 80 S dans le cytoplasme. Les deux types de particules […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ribosomes/#i_94417

WOESE CARL (1928- )

  • Écrit par 
  • Antony G. CRAINE, 
  • Universalis
  •  • 568 mots

Microbiologiste américain, né le 15 juillet 1928 à Syracuse (État de New York). Carl Woese obtient une licence en mathématiques et physique au Amherst College dans le Massachusetts en 1950, puis un doctorat de biophysique à l'université Yale en 1953. Après ses débuts de chercheur dans cette dernière université (1953-1960), il rejoint le laboratoire de recherche de la General Electric (1960-1963), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carl-woese/#i_94417

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrick FORTERRE, « ARCHÉOBACTÉRIES ou ARCHÉES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/archeobacteries-archees/