ARBOVIRUS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pouvoir pathogène

Les maladies provoquées chez l'homme par les arbovirus sont assez variées. En fait, elles ont toutes en commun, après la contamination par piqûre et la période d'incubation, une phase initiale de « virémie » au cours de laquelle le virus est présent dans le sang, ce qui permet à de nouveaux Arthropodes piqueurs de s'infecter. Cette phase peut se manifester par une fébrile affection transitoire.

De cette forme bénigne peuvent découler de nombreuses autres formes cliniques plus ou moins graves. Les principales sont la forme pseudo-grippale, exagération de la forme fébrile bénigne parfois accompagnée d'éruptions (dengue), la forme hémorragique, beaucoup plus grave, souvent accompagnée de troubles rénaux (fièvre jaune, « fièvres hémorragiques »), les formes nerveuses (encéphalites de Saint Louis, de Murray Valley, de West Nile, à tiques, japonaise). Certains de ces virus sont les agents de zoonoses, maladies souvent graves, communes à l'homme et aux animaux comme le looping-ill ou les encéphalites équines américaines. Après inoculation expérimentale par voie intracérébrale à la jeune souris, tous les arbovirus provoquent une encéphalite fatale chez cet animal alors que le pouvoir pathogène pour les autres animaux varie selon les cas.

La lutte contre les arbovirus peut être envisagée à deux niveaux de leur cycle biologique. On peut interrompre la chaîne de transmission en éliminant les Arthropodes vecteurs : ce fut le cas de la lutte contre la fièvre jaune urbaine pour laquelle l'éradication du moustique Aedes aegypti a permis de faire disparaître la maladie. On peut aussi protéger l'homme ou les hôtes sensibles par une vaccination préventive, si les Arthropodes ne peuvent être détruits. Un tel vaccin existe pour le virus de la fièvre jaune et d'autres sont en cours d'évaluation ou de mise au point pour quelques maladies importantes.

Aède (moustique)

Aède (moustique)

Photographie

Petit insecte diptère piqueur, le moustique (ici genre Aedes) est l'une des créatures les plus impopulaires du monde. Mais seules les femelles se nourrissent de sang, élément nécessaire à la maturation des œufs. C'est lors du repas sanguin qu'il y a un risque de transmission de maladies... 

Crédits : khlungcenter/ Shutterstock

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : professeur à l'Institut Pasteur, chef de l'unité d'écologie virale
  • : docteur en pharmacie, docteur ès sciences, directeur expert virologie, Sanofi Pasteur

Classification


Autres références

«  ARBOVIRUS  » est également traité dans :

CHF-C VIRUS

  • Écrit par 
  • Pierre SUREAU
  •  • 258 mots

Le sigle CHF-C désigne les virus responsables de la fièvre hémorragique de Crimée ( Crimean Haemorrhagic Fever  : CHF) et d'infections observées en Afrique (virus Congo : C). Le virus Congo a été isolé pour la première fois du sang d'un enfant africain en 1956 par G. Courtois au Congo belge (aujourd'hui République démocratique du Congo). Il a été retrouvé ensuite chez l'homme, divers animaux domes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/virus-chf-c/#i_6861

CHIKUNGUNYA

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 199 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le virus chikungunya »  : […] Le CHIKV appartient à la famille des Togaviridae, un terme construit à partir de la toge romaine, toga , pour décrire l’aspect drapé de leur enveloppe . Son matériel génétique est constitué d’un ARN à un seul brin, thermosensible, long de 15 000 nucléotides environ. La multiplication du génome viral dans la cellule n’est pas rigoureusement exacte, une propriété fréquente des virus à ARN, ce qui s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chikungunya/#i_6861

DENGUE

  • Écrit par 
  • Philippe DESPRÈS
  •  • 2 872 mots
  •  • 4 médias

Anciennement connue dans les régions tropicales, la dengue est aujourd'hui considérée comme la principale virose d'importance médicale transmise par des arthropodes ( arboviroses). Une première description possible de cette maladie est relatée dans une encyclopédie chinoise datant du iv e  siècle. Les mêmes symptômes sont décrits à partir du xvii e  siècle sous les noms de « maladie casseuse des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dengue/#i_6861

FIÈVRES HÉMORRAGIQUES VIRALES

  • Écrit par 
  • Yannick SIMONIN
  •  • 4 737 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Cycle de transmission des fièvres hémorragiques virales »  : […] Les virus associés à la plupart des FHV sont zoonotiques. Cela signifie qu‘ils résident naturellement dans un hôte réservoir et vecteur animal – arthropode, rongeur sauvage, commensal (rat, souris…) ou chauve-souris dans la plupart des cas. Ils sont totalement dépendants de leur hôte pour leur multiplication et leur persistance dans l’environnement. L’homme ne constitue donc en aucun cas le réser […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fievres-hemorragiques-virales/#i_6861

MAYARO FIÈVRE ET VIRUS

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 017 mots
  •  • 2 médias

On ne connaît qu’une petite partie du monde des virus. On découvre généralement ces organismes par hasard, lors d’études systématiques – cela fut le cas des mégavirus –, ou parce qu’ils sont responsables de maladies chez les végétaux ou les animaux. Concernant les maladies humaines d’origine virale, les médecins ont été surpris, au début du xxi e   siècle, par l’importance d’épidémies comme celle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fievre-et-virus-mayaro/#i_6861

NIL OCCIDENTAL VIRUS DU ou WEST NILE VIRUS

  • Écrit par 
  • Yannick SIMONIN
  •  • 1 872 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Description du West Nile Virus »  : […] Le WNV a été isolé pour la première fois en 1937 à partir d’un patient présentant une maladie fébrile et résidant dans le district du Nil occidental, au nord de l’Ouganda. C’est un arbovirus de la famille des Flaviviridae et du genre F lavivirus qui est composé de plus de 70 membres, tels que les virus de la dengue, de l’encéphalite japonaise ou encore de la fièvre jaune. Le WNV est un virus enve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nil-occidental-west-nile-virus/#i_6861

PARASITOLOGIE ET MALADIES PARASITAIRES

  • Écrit par 
  • Yves GOLVAN
  • , Universalis
  •  • 8 215 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les viroses »  : […] Les viroses, actuellement désignées sous le terme d'arboviroses ( Arthropod-borne viruses ) sont transmises par des Arthropodes hématophages (cf. ARBOVIRUS ). Parmi ces anthropozoonoses, on distingue : – Les méningo-encéphalites, transmissibles soit par les moustiques, soit par les tiques, qui frappent l'homme et les animaux sauvages et domestiques, tant les Mammifères que les Oiseaux. De nouveau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parasitologie-et-maladies-parasitaires/#i_6861

USUTU VIRUS

  • Écrit par 
  • Yannick SIMONIN
  •  • 2 253 mots
  •  • 3 médias

Le virus Usutu (USUV) est un virus émergent. Très proche du virus West Nile (WNV ou virus de la fièvre du Nil occidental) ou encore de celui de l’encéphalite japonaise, cet arbovirus, transmis par des moustiques, s’est propagé au cours des vingt dernières années sur une grande partie du continent européen, provoquant notamment des mortalités importantes dans les populations d’oiseaux. L’infectio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/virus-usutu/#i_6861

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude HANNOUN, Jean-François SALUZZO, « ARBOVIRUS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arbovirus/