ARAMBOURG CAMILLE (1885-1969)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les contributions d’Arambourg à l’histoire de l’homme

Le continent africain a été le terrain de prédilection de Camille Arambourg. Trois sites archéologiques, qu’il a découverts et fouillés en Algérie, sont devenus célèbres car ils ont délivré des hominidés et une faune de savane alors inconnus. Il s’agit d'abord des premières explorations dans le golfe de Bougie (Béjaïa) qui lui permettent de découvrir et de fouiller, de 1928 à 1934, les grottes paléolithiques de Beni Segoual. Si Camille Arambourg a étudié le contexte environnemental des vertébrés aux caractéristiques africaines et eurasiatiques, c'est l’anthropologue français René Verneau (1852-1938), de l'Institut de paléontologie humaine de Paris, spécialiste notamment des Guanches de l'archipel des Canaries, qui fera l'analyse de toute la diversité humaine de Mechta-Afalou (nom donné aux populations trouvées sur ce site), Homo sapiens aux caractères cromagnoïdes. Entre 1931 et 1937, dans le cadre des missions du Muséum de Paris, les nouvelles campagnes de fouille organisées sur les sites fossilifères et archéologiques d'Aïn Boucherit (datés de la fin du Tertiaire) et d'Aïn Hanech (datant du début du Quaternaire) près d'El Eulma, dans la région de Sétif, valorisantes pour l'époque, ont révélé les toutes premières industries lithiques de type galets aménagés. Sur le site de Ternifine (fouillé de 1954 à 1956), Arambourg découvre et décrit un nouveau taxon humain, qu’il nomme Atlanthropus mauritanicus (l’« homme de l’Atlas »), associé à des industries lithiques et à des restes d’autres vertébrés.

La grande fierté de Camille Arambourg, en dehors de ses travaux en Afrique du Nord, est d’avoir dirigé, de 1967 à 1969, les fouilles de l'équipe française, au nord du lac Rodolphe (aujourd’hui lac Turkana), dans la basse vallée de l’Omo en Éthiopie. C’est au cours de cette mission qu’un nouvel hominidé est découvert, Paraustralopithecus (ou Australopithecus) aethiopicus. Arambourg le décrit avec le jeune [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur habilité à diriger des recherches, archéologue, paléontologue au service archéologie du Val-de-Marne

Classification

Autres références

«  ARAMBOURG CAMILLE (1885-1969)  » est également traité dans :

COPPENS YVES (1934- )

  • Écrit par 
  • Herbert THOMAS
  •  • 2 326 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du Tchad à l'Éthiopie »  : […] L'opération conduite au Tchad – qui en réalité dure sept ans, de 1960 à 1966 – se solde par la découverte de plusieurs dizaines de gisements de vertébrés, du Miocène supérieur à l'Holocène, et de plusieurs centaines de gisements archéologiques. Ces travaux, qui permettent à Yves Coppens d'établir une échelle biostratigraphique pour les grands Mammifères et de reconstituer des paysages et des clima […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Djillali HADJOUIS, « ARAMBOURG CAMILLE - (1885-1969) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/arambourg-camille-1885-1969/