ARAMBOURG CAMILLE (1885-1969)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De l’agronomie et la paléontologie

Camille Louis Joseph Arambourg est né en 1885 à Paris. Son père, issu d’une famille de notables installée dès le xixe siècle dans l'Oranais (Ouest algérien), s'est lancé dans la production viticole. Celui-ci, voyant son fils achever ses études d'ingénieur agronome en 1908 après deux baccalauréats passés à Paris, le sollicite pour mettre en place une meilleure irrigation de ses vignobles. Les aménagements hydriques effectués par Camille Arambourg lui permettent d’explorer ces terrains riches en fossiles (formations du Tertiaire marin de la Méditerranée occidentale) et font naître en lui une véritable passion pour la géologie et la paléontologie.

Camille Arambourg remarque que les terres familiales font partie d’une formation géologique datant de la fin du Miocène et du début du Pliocène (soit entre 11 et 5 millions d’années), connue sous le nom de Sahélien. Cet étage marin, décrit pour la première fois en 1858 par Auguste Pomel (1821-1898), fixe la transition Miocène-Pliocène dans la zone méditerranéenne oranaise. Les labours successifs de ces terres font remonter en surface un grand nombre de poissons fossiles qui permettent au jeune ingénieur agronome de faire ses premières armes en paléontologie.

En 1914, la mobilisation de Camille Arambourg, d'abord aux Dardanelles puis en Macédoine, n’interrompt pas sa passion pour les fossiles. Il réussit à effectuer des prospections paléontologiques et des relevés géologiques au nord de Salonique, sur une chaîne de montagnes formée de dépôts lacustres ayant sensiblement le même âge que la formation sahélienne d’Oran. D’importants gisements de vertébrés seront découverts à la suite de ces missions. Les fouilles entreprises par Camille Arambourg dans cette région permettent de constituer de grandes collections de vertébrés fossiles conservées aujourd’hui au Muséum national d'histoire naturelle de Paris.

De retour en Algérie, après la fin de la Grande Guerre, Camille Arambourg délaisse les vignobles familiaux et décide de se consacrer entièrement à la géo [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : docteur habilité à diriger des recherches, archéologue, paléontologue au service archéologie du Val-de-Marne

Classification


Autres références

«  ARAMBOURG CAMILLE (1885-1969)  » est également traité dans :

COPPENS YVES (1934- )

  • Écrit par 
  • Herbert THOMAS
  •  • 2 326 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du Tchad à l'Éthiopie »  : […] L'opération conduite au Tchad – qui en réalité dure sept ans, de 1960 à 1966 – se solde par la découverte de plusieurs dizaines de gisements de vertébrés, du Miocène supérieur à l'Holocène, et de plusieurs centaines de gisements archéologiques. Ces travaux, qui permettent à Yves Coppens d'établir une échelle biostratigraphique pour les grands Mammifères et de reconstituer des paysages et des clima […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yves-coppens/#i_56202

Pour citer l’article

Djillali HADJOUIS, « ARAMBOURG CAMILLE - (1885-1969) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arambourg-camille-1885-1969/