ARALES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Type étudié : l'arum ou gouet

C'est une plante herbacée dont les feuilles en fer de lance (hastées) sont attachées sur une tige souterraine profonde ou rhizome. Ces feuilles, enroulées à l'état jeune, sont souvent tachetées de noir et présentent une nervation réticulée. Leur pétiole, très long, est bordé, dans la partie inférieure, d'une membrane ou gaine.

Arum

Dessin : Arum

Arum maculatum L. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Au printemps apparaissent des inflorescences d'un type particulier : un grand cornet verdâtre, la spathe, dont la base présente un étranglement, enveloppe un axe charnu, le spadice, qui se termine par une massue violacée, et qui porte, à sa partie inférieure, des fleurs minuscules.

Caractères botaniques

L'anatomie présente les caractères des Monocotylédones. Les pétioles sont constitués d'un tissu spongieux (parenchyme lacuneux) contenant des canaux laticifères. Le parenchyme des rhizomes est riche en amidon.

L'inflorescence donne l'illusion d'une fleur dont le périanthe serait la spathe, et le pistil, le spadice. En réalité, celui-ci est un épi de fleurs, recouvert d'une bractée immense. Sur cet épi, dont le sommet est stérile, sont insérés de haut en bas :

– une couronne de fleurs avortées formant des poils ;

– un manchon de fleurs mâles fertiles, souvent soudées par quatre ;

– un amas de fleurs femelles fertiles, séparées des précédentes par quelques fleurs stériles.

Ces fleurs sont très réduites, unisexuées, sans périanthe (fleurs nues) : une seule étamine constitue la fleur mâle, un ovaire, dépourvu de style, représente la fleur femelle. Au fond de l'unique carpelle sont insérés plusieurs ovules (placenta basilaire). Ces ovules sont droits (orthotropes).

Arum

Dessin : Arum

Arum maculatum L. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La pollinisation est obligatoirement croisée, fleurs mâles et fleurs femelles n'arrivant pas à maturité en même temps. Elle est assurée par les insectes (entomophilie).

Les fruits sont groupés en un épi de baies rouges contenant chacune plusieurs graines albuminées à embryon droit. Ces graines, dispersées par les oiseaux, perdent rapidement leur pouvoir germinatif.

Arum

Dessin : Arum

Arum maculatum L. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les plantules se développent comme celles des Monocotylédones à albumen, avec un cotylédon-suçoir.

Arum

Dessin : Arum

Arum maculatum L. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Biologie. Écologie

Les insectes jouent un rôle important dans la pollinisation. Ils pénètrent au fond de la spathe, attirés par l'odeur d'ammoniaque et la chaleur qui y règnent. Ils y restent prisonniers, car la couronne de fleurs stériles, correspondant à la zone d'étranglement de la spathe, ferme le passage. Ils pollinisent les fleurs femelles par du pollen étranger qui s'est fixé à leur abdomen lors d'une visite à une autre spathe. Après la fécondation, le piège ne fonctionne plus ; les étamines arrivées à maturité saupoudrent de pollen les insectes qui iront, à leur tour, polliniser le spadice d'un autre arum.

Après la fructification, les parties aériennes disparaissent, mais le rhizome persiste ; la plante est un géophyte, vivace par ses organes souterrains. Ces derniers doivent subir une période de froid pour produire de nouvelles pousses. À la fin du rameau aérien mort, un bourgeon se développe en ajoutant au rhizome un nouveau tronçon (ramification sympodique). De plus, sur les racines, peuvent naître des bourgeons adventifs ou bulbilles. La multiplication végétative est donc très importante : la plante peut être envahissante dans les sous-bois frais sur sol riche en humus neutre (mull) où elle se localise (chênaies-charmaies).

Géographiquement, on les trouve dans les bois humides de l'Europe occidentale et méditerranéenne. Le genre, qui comporte quinze à vingt espèces, présente un génotype variable ; le nombre chromosomique 2N est 28 ou 36, et la polyploïdie est fréquente. Chez le gouet, elle présente un caractère géographique, étant plus élevée en Angleterre (2N = 28 × 2 ou 3) que sur le continent (2N = 28 × 1 ou 2).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Arum

Arum
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Aracée (feuille)

Aracée (feuille)
Crédits : G. Brad Lewis/ Stockbyte/ Getty Images

photographie

Arales : inflorescences

Arales : inflorescences
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Les Aracées

Les Aracées
Crédits : Ernst Haas/ Getty Images

photographie

Afficher les 8 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Chantal BERNARD-NENAULT, Jacques MIÈGE, « ARALES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/arales/