ARAIGNÉES ou ARANÉIDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Caractères distinctifs des araignées

Le corps des araignées est divisé en deux parties distinctes (fig. 1) : à l'avant, le céphalothorax (fusion de la tête et du thorax) ou prosoma ; à l'arrière, l'abdomen ou opisthosoma. Ces deux régions sont reliées par un fin pédicule (caractère qui les distingue des autres arachnides).

Araignée vue ventrale

Dessin : Araignée vue ventrale

Le corps de l'araignée est constitué de deux parties reliées par un pédicule : le céphalothorax, qui porte quatre paires de pattes ambulatoires, la paire de pédipalpes et deux chélicères ; l'abdomen dont l'extrémité est pourvue de filières d'où sort la soie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le céphalothorax, qui est recouvert d'une cuticule rigide, porte six paires d'appendices articulés, qui sont représentées par :

– quatre paires de pattes ambulatoires, pourvues à leur extrémité de deux griffes ou trois (en particulier chez les araignées tissant des toiles), qui servent à se déplacer ;

– une paire de pattes mâchoires ou pédipalpes, organes à la fois sensoriels, de préhension mais aussi associé à la reproduction chez les mâles ;

– une paire de chélicères formées d'une tige mobile portant un crochet à l'extrémité duquel s'ouvre l'orifice de la glande à venin ; ils sont utilisés pour empoisonner, paralyser ou immobiliser les proies.

Vers l'avant du céphalothorax, se trouvent, en position ventrale, la bouche entourée de pièces buccales et, en position dorsale, les yeux. Ces derniers sont le plus souvent au nombre de huit. Certaines espèces en ont 6, 4, 2 ou aucun (espèces cavernicoles). Contrairement aux insectes, les yeux sont simples (non composés de facettes), constitués d'une lentille sous laquelle le corps vitré et la rétine – prolongée par le nerf optique – se sont formés. La vision n'est pas très développée. Elle est compensée par d'autres organes en particulier les soies (ou « poils ») réparties sur toutes leurs pattes, ce qui leur permet de posséder un équipement sensoriel original, à la fois tactile, vibratoire et odorant (. 2). On distingue différents types de soies. Certaines sont des chimiorécepteurs qui détectent les odeurs, de leurs congénères ou de leurs proies. D'autres sont des mécanorécepteurs de plusieurs sortes, comme des trichobothries et des lyrifissures, dont le rôle est de percevoir les déplacements d'air (provoqués par exemple par le vent ou le vol d'un insecte), les vibrations (comme celles provoquées par des proies qui se prennent dans les toiles), les tapotements (émis en particulier par les mâles au moment de la reproduction, soit sur les fils des pièges des femelles, soit au sol ou sur la végétation).

Patte ambulatoire d'une araignée

Dessin : Patte ambulatoire d'une araignée

On peut distinguer les différentes parties (articles) d'une patte articulée d'araignée servant à la locomotion. Celle-ci est pourvue de divers types d'organes sensoriels (les soies ou « poils »). Les mécanorécepteurs sont représentés par les milliers de soies tactiles et les... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

L'abdomen mou (non recouvert d'une cuticule, porte vers l'extrémité de sa face ventrale, les filières, appendices articulés excréteurs des soies (en général au nombre de six), ainsi que l'anus (fig. 1). L'appareil séricigène, qui élabore la soie, est composé d'au moins trois types de glandes situées dans l'abdomen pour l'ensemble des araignées (fig. 3), mais il peut y en avoir jusqu'à six types chez certaines espèces d'aranéomorphes. Chaque type de glande produit des fils de soie de structure différente qui auront des usages divers au cours de la vie de l'araignée : tissage d'un piège de soie, réalisation d'une loge d'habitation, fabrication des cocons, emmaillotage des proies, production de fils de déplacement (fig. 4)...

Araignée vue ventrale

Dessin : Araignée vue ventrale

Le corps de l'araignée est constitué de deux parties reliées par un pédicule : le céphalothorax, qui porte quatre paires de pattes ambulatoires, la paire de pédipalpes et deux chélicères ; l'abdomen dont l'extrémité est pourvue de filières d'où sort la soie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Coupe d’une araignée

Dessin : Coupe d’une araignée

Position des principaux organes d’une araignée. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Glandes séricigènes des araignées

Dessin : Glandes séricigènes des araignées

Chaque type de glandes (nommée en fonction de leur forme) produit un fil de soie particulier avec une fonction spécifique. Cette soie, alors liquide, va être acheminée des glandes jusqu'à l'extrémité des filières. Durant ce trajet, la soie se structure et les molécules la constituant... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La respiration se fait par des trachées, des poumons ou les deux à la fois. L'ouverture de ce système respiratoire est visible sur la face ventrale de l'abdomen tout comme la fente génitale des deux sexes.

Les araignées pratiquent une digestion externe (exo-digestion) de leurs proies avant de les consommer : le venin et les sucs digestifs sécrétés, répandus sur ou dans la proie ont pour rôle de liquéfier les tissus. Certaines araignées ne font ensuite que sucer le liquide interne ; il ne reste alors de l'insecte que le squelette externe intact mais vidé de son contenu. D'autres malaxent la proie à l'aide de leurs chélicères tout en absorbant la bouillie au fur et à mesure. Dans ce cas, les restes correspondent soit à une boulette informe des parties non aspirées, soit à des morceaux de proie non consommables.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Araignée vue ventrale

Araignée vue ventrale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Patte ambulatoire d'une araignée

Patte ambulatoire d'une araignée
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Coupe d’une araignée

Coupe d’une araignée
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Glandes séricigènes des araignées

Glandes séricigènes des araignées
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en sciences biologiques, maître de conférences au Muséum national d'histoire naturelle, Paris, enseignant-chercheur

Classification

Autres références

«  ARAIGNÉES ou ARANÉIDES  » est également traité dans :

ARACHNIDES

  • Écrit par 
  • Christine ROLLARD
  •  • 3 672 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les divers groupes d’arachnides »  : […] Au sein des arachnides, on distingue 11 groupes différents (fig. 1 et 2). Les a cariens sont les seuls arachnides chez lesquels les chélicères et les pédipalpes se trouvent localisés sur une région séparée du corps, une sorte de rostre appelé gnathosome. Ils sont parmi les plus importants en nombre de tous les microarthropodes du sol, où ils jouent un rôle non négligeable dans le recyclage des d […] Lire la suite

CHÉLICÉRATES

  • Écrit par 
  • Roland LEGENDRE, 
  • Max VACHON
  •  • 2 478 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'évolution des Chélicérates »  : […] L'ensemble des Chélicérates présente certains phénomènes évolutifs dont on peut suivre le déroulement chez pratiquement tous les représentants du taxon. Un des plus importants phénomènes est celui qui a entraîné la courbure de l'axe longitudinal du corps. Cet axe, rectiligne chez l'ancêtre présumé des Chélicérates, s'est peu à peu recourbé dans la région antérieure du corps ramenant vers le haut, […] Lire la suite

CONSTRUCTIONS ANIMALES

  • Écrit par 
  • Rémy CHAUVIN
  •  • 7 147 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Toiles et tissages »  : […] La toile des araignées n'a pas été aussi bien étudiée qu'on pourrait le croire, bien qu'il s'agisse d'un objet des plus communs ; ou plus exactement elle a été décrite, on a analysé la physiologie des filières, on a même essayé l'influence des drogues sur le comportement de filage (il est possible d'obtenir des toiles tout à fait anormales en administrant aux araignées des drogues psychotropes), […] Lire la suite

FANTASTIQUE

  • Écrit par 
  • Roger CAILLOIS, 
  • Éric DUFOUR, 
  • Jean-Claude ROMER
  •  • 21 082 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Aberrations »  : […] Parmi les scandales qui, d'évidence, passent la mesure admissible, on peut citer comme particulièrement « inacceptables », outre un mammifère de l'Amérique du Nord, la taupe à nez étoilé ou Condylura , un homoptère du nord du Brésil, le fulgore porte-lanterne. Cet insecte a suscité de nombreuses polémiques parmi les naturalistes, du fait de la luminosité qui lui a longtemps, et à tort, été attri […] Lire la suite

PRÉDATION

  • Écrit par 
  • Rémy CHAUVIN
  •  • 2 945 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La prédation chez les invertébrés »  : […] La chasse à l'affût . Elle utilise ou non des pièges, comme la toile d' araignée. Il nous faut signaler, à ce propos, que les insectes et les araignées sont les seuls animaux avec l'homme qui fabriquent des pièges. De tels engins n'existent ni chez les mammifères ni chez les oiseaux. Tout le monde connaît les toiles si caractéristiques des araignées, mais elles affectent une très grande variété d […] Lire la suite

VENINS

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe CHIPPAUX, 
  • Max GOYFFON
  •  • 6 921 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les autres composants  »  : […] Parmi les composés toxiques non protéiques des venins, les amines, simples ou polyaminiques, occupent une place particulière. Tous les venins contiennent des amines biogènes (adrénaline et noradrénaline, dopamine, histamine, sérotonine...) qui possèdent des effets physiologiques connus de longue date, mais dont le rôle dans la toxicité des venins n'est pas encore établi. On a pendant longtemps at […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Christine ROLLARD, « ARAIGNÉES ou ARANÉIDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/araignees-araneides/