ARACHNIDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les divers groupes d’arachnides

Au sein des arachnides, on distingue 11 groupes différents (fig. 1 et 2).

Les acariens sont les seuls arachnides chez lesquels les chélicères et les pédipalpes se trouvent localisés sur une région séparée du corps, une sorte de rostre appelé gnathosome. Ils sont parmi les plus importants en nombre de tous les microarthropodes du sol, où ils jouent un rôle non négligeable dans le recyclage des débris organiques. Le nombre d’espèces, environ 30 000, est sans doute largement sous-estimé. La plupart sont de taille microscopique, de 0,1 à 0,7 millimètre, et les plus grosses espèces atteignent près de 2 centimètres. La forme des acariens est très variable ainsi que leur milieu de vie (terrestre, aquatique, zone de balancement des marées). Ces animaux sont représentés par deux groupes distincts : les acariformes, comme les acariens des poussières ou encore les thrombidions (surnommés « araignées rouges »), et les parasitiformes dans lesquels sont rangées les tiques. Ces dernières, suceuses de sang (hématophages) et répandues dans le monde entier, ont un rôle pathogène direct en tant que vecteurs de nombreuses affections (dont la maladie de Lyme chez l’homme).

Les amblypyges ou phrynes, couramment appelés araignées à fouet, possèdent un corps aplati avec de forts pédipalpes armés de dents. Leur première paire de pattes locomotrices, très longue et en forme d’antenne, est utilisée non pas pour la locomotion mais pour toucher et se repérer au sein de leur environnement. Les quelques 170 espèces, dont la taille varie de 4 à 50 millimètres, se répartissent en Afrique, Amérique centrale et Amérique du Sud ainsi qu’en Europe. Lucifuges (fuyant la lumière), cavernicoles ou thermophiles (capables de vivre dans des habitats où la température est élevée), ils restent souvent durant la journée cachés sous des pierres, des troncs d’arbres ou des fissures de rochers, et chassent la nuit.

Amblypyge

Photographie : Amblypyge

Les pédipalpes de l'amblypyge sont des organes de préhension très efficaces, avec leur extrémité en forme de pince et leurs bords dentelés. Sensible à la moindre perturbation de son environnement, cet arachnide a tendance à s'immobiliser en se plaquant sur son support ou à fuir en se... 

Crédits : R. M. Bolton/ Shutterstock

Afficher

Les araignées (Aranéides) constituent, avec les acariens, les deux groupes les plus importants en termes de nombre d’espèces. Plus de 44 000 espèces d’araignées ont été répertoriées dans le monde sous toutes les latitudes et parfois à de très hautes altitudes. Leur taille varie de 0,3 millimètre à environ 13 centimètres pour le corps. Leurs formes, stratégies de chasse, comportements reproducteurs ou encore milieux de vie sont très variés. Leur caractéristique principale est de produire différents types de fils de soie qu’elles vont utiliser pour divers usages au cours de leur vie.

Les opilions (Opilionides), que l’on rencontre essentiellement en région tropicale, comptent environ 6 500 espèces, d’une taille qui varie de 1 à 20 millimètres. Ils sont communément appelés « faucheux » en raison des mouvements saccadés conservés par leurs pattes lorsque celles-ci ont été détachées du corps. La plupart des espèces ont des mœurs nocturnes et peuvent être trouvées dans les mêmes endroits que les araignées. Les plus petites espèces vivent dans la litière, la mousse ou les herbes (leurs pattes étant souvent assez courtes) tandis que d’autres s’abritent sous les pierres, les bois morts ou dans les grottes.

Les palpigrades sont presque microscopiques (de 0,5 à 2 mm de longueur) et comprennent plus de 80 espèces présentes en régions tempérées chaudes d’Europe ainsi qu’en Australie, Afrique et Amérique. Ils sont dépendants d’un niveau d’hygrométrie précis et vivent dans des lieux, ni trop humides ni trop secs, souvent au sol.

Palpigrade

Photographie : Palpigrade

Cet individu, appartenant à l'espèce Eukoenenia spelaea, est un palpigrade dépourvu d'yeux, tout comme un bon nombre des représentants de ce groupe. Il vit dans la litière des sols humides, où il se nourrit de minuscules proies. Son corps mesure environ 1 mm. 

Crédits : PLoS One, 2013

Afficher

Les pseudoscorpions (Pseudoscorpionides) sont également appelés faux scorpions ; leur taille varie de 2 millimètres à 2 centimètres. Représentés par 3 400 espèces environ, ils sont souvent discrets du fait de leurs mœurs nocturnes. Ce sont les hôtes pourtant fréquents des litières mais aussi des écorces, des mousses, des nids d’oiseaux ou encore des termitières. Une espèce, Chelifer cancroïdes, est même fréquente dans les habitations, se nourrissant principalement de larves de punaises. Les pseudoscorpions ressemblent aux scorpions mais leur abdomen n’est pas prolongé par une queue, leurs glandes à venin étant situées dans les pattes mâchoires. Ils peuvent parfois effectuer de courts déplacements à l’air libre ou se laisser transporter par d’autres animaux (phénomène de phorésie) comme des insectes, des oiseaux, des opilions…

Pseudoscorpion

Photographie : Pseudoscorpion

Encore appelé faux scorpion, ce pseudoscorpion neutralise sa proie en lui injectant du venin, via la pince d'un de ses pédipalpes (ou pattes-mâchoires). Il produit aussi des fils de soie destinés à la fabrication de cocons. Les glandes produisant ces fils, appelées glandes séricigènes,... 

Crédits : H. Larsson/ Shutterstock

Afficher

Les ricinules (Ricinulides) constituent l’ordre le plus pauvre en espè [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Arachnides

Arachnides
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Argyronète

Argyronète
Crédits : D. Kucharski; K. Kucharska/ Shutterstock

photographie

Arachnides : classification

Arachnides : classification
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Uropyge

Uropyge
Crédits : R. M. Bolton/ Shutterstock

photographie

Afficher les 10 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en sciences biologiques, maître de conférences au Muséum national d'histoire naturelle, Paris, enseignant-chercheur

Classification

Autres références

«  ARACHNIDES  » est également traité dans :

ACARIENS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis CONNAT, 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 6 635 mots
  •  • 4 médias

Le terme acarien fait souvent penser aux êtres minuscules qui vivent dans la poussière des habitations et sont responsables de nombreuses allergies. En fait, ce groupe zoologique comprend un très grand nombre d'espèces dont les tailles varient de quelques dixièmes de millimètres (pour le sous-groupe des acariformes) à plus de 1 centimètre pour les tiques (encore appelées ixodes) gorgées de sang ( […] Lire la suite

ARAIGNÉES ou ARANÉIDES

  • Écrit par 
  • Christine ROLLARD
  •  • 5 367 mots
  •  • 7 médias

Les araignées (qui constituent l'ordre des Aranéides) sont des animaux à huit pattes capables de sécréter des fils de soie qui peuvent servir, pour certaines espèces, à tisser des toiles. Elles appartiennent au groupe des arachnides comme les scorpions, les acariens, les opilions et les pseudo-scorpions. Ce ne sont pas des insectes (qui sont des animaux à six pattes) mais, tout comme eux, les ara […] Lire la suite

CHÉLICÉRATES

  • Écrit par 
  • Roland LEGENDRE, 
  • Max VACHON
  •  • 2 478 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Composition du sous-embranchement »  : […] Tels que nous venons de les définir, les Chélicérates comprennent à la fois des formes actuelles (marines ou terrestres) et des formes fossiles (marines ou saumâtres). Certains d'entre eux sont connus depuis le Cambrien, c'est-à-dire depuis plus d'un demi-milliard d'années. L'ensemble des spécialistes considère généralement que les Chélicérates sont formés de deux classes, celle des Mérostomes et […] Lire la suite

EXCRÉTION

  • Écrit par 
  • René LAFONT
  •  • 5 261 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les produits terminaux du catabolisme azoté »  : […] Les réactions du catabolisme cellulaire conduisent, d'une part, à la formation d'eau, de gaz carbonique et, d'autre part, à celle de divers composés azotés (fig. 1) . Ceux-ci sont les seuls que l'on doive envisager dans le cadre de l'excrétion au sens strict. La dégradation des acides aminés et des bases pyrimidiques produit de l' ammoniac par des réactions de désamination (fig. 2) . Ces réaction […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Christine ROLLARD, « ARACHNIDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/arachnides/