ARACHNIDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Venin et moyens de défense

Trois groupes d’arachnides sont venimeux, le venin intervenant prioritairement dans la fonction de nutrition. Les glandes sécrétrices du venin occupent des positions différentes suivant les groupes concernés : elles sont localisées dans le post-abdomen chez les scorpions, dans les chélicères et le céphalothorax chez les araignées, dans les pattes mâchoires chez les pseudoscorpions. L’organe inoculateur (aiguillon des scorpions, crochets des araignées, pinces des pseudoscorpions) est utilisé pour attaquer les proies mais il peut parfois être aussi un moyen de défense très efficace.

Face aux prédateurs, les arachnides ont développé pour se défendre plusieurs techniques d’évitement comme le mimétisme, c’est-à-dire la ressemblance avec un autre animal (comme les araignées myrmécomorphes) ou avec l’environnement pouvant même aller jusqu’à l’homochromie (harmonisation de la coloration avec le milieu). La fuite est la tactique la plus répandue pour beaucoup d’espèces tandis que d’autres se laissent choir de leur support. D’autres encore utilisent la méthode de la thanatose, simulation d’un état de mort apparente, recroquevillées sur elles-mêmes ou plaquées au sol. Certaines araignées, comme les pholques, rencontrés fréquemment dans les habitations, et les opilions sont agités de mouvements oscillatoires très rapides et réguliers, qui les rendent pratiquement invisibles et difficiles à capturer. Toutes les araignées ont également la faculté d’autotomie, c’est-à-dire qu’elles peuvent se séparer volontairement d’une de leurs pattes si celle-ci est saisie (régénération possible à la mue suivante). Quand ils sont inquiétés, les uropyges expulsent un liquide par les glandes anales auquel on attribue un rôle défensif, sous forme d’un nuage à odeur piquante, d’où leur surnom de « scorpions puants ». De même, le corps des opilions porte de chaque côté une fossette correspondant à l’ouverture d’une glande dite odorante, qui secrète un liquide à effet répulsif sans que son rôle soit clairement défini.

Opilion

Photographie : Opilion

Rilaena triangularis est une espèce d'opilion ou faucheux. Elle se rencontre en France dans une très large variété de biotopes : jardins, bois, parcs, buissons, bord des rivières. Cet arachnide, caractérisé par ses longues pattes frêles, a un corps qui mesure environ 5 mm. 

Crédits : A. Hakola/ Shutterstock

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Arachnides

Arachnides
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Argyronète

Argyronète
Crédits : D. Kucharski; K. Kucharska/ Shutterstock

photographie

Arachnides : classification

Arachnides : classification
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Uropyge

Uropyge
Crédits : R. M. Bolton/ Shutterstock

photographie

Afficher les 10 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en sciences biologiques, maître de conférences au Muséum national d'histoire naturelle, Paris, enseignant-chercheur

Classification

Autres références

«  ARACHNIDES  » est également traité dans :

ACARIENS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis CONNAT, 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 6 635 mots
  •  • 4 médias

Le terme acarien fait souvent penser aux êtres minuscules qui vivent dans la poussière des habitations et sont responsables de nombreuses allergies. En fait, ce groupe zoologique comprend un très grand nombre d'espèces dont les tailles varient de quelques dixièmes de millimètres (pour le sous-groupe des acariformes) à plus de 1 centimètre pour les tiques (encore appelées ixodes) gorgées de sang ( […] Lire la suite

ARAIGNÉES ou ARANÉIDES

  • Écrit par 
  • Christine ROLLARD
  •  • 5 367 mots
  •  • 7 médias

Les araignées (qui constituent l'ordre des Aranéides) sont des animaux à huit pattes capables de sécréter des fils de soie qui peuvent servir, pour certaines espèces, à tisser des toiles. Elles appartiennent au groupe des arachnides comme les scorpions, les acariens, les opilions et les pseudo-scorpions. Ce ne sont pas des insectes (qui sont des animaux à six pattes) mais, tout comme eux, les ara […] Lire la suite

CHÉLICÉRATES

  • Écrit par 
  • Roland LEGENDRE, 
  • Max VACHON
  •  • 2 478 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Composition du sous-embranchement »  : […] Tels que nous venons de les définir, les Chélicérates comprennent à la fois des formes actuelles (marines ou terrestres) et des formes fossiles (marines ou saumâtres). Certains d'entre eux sont connus depuis le Cambrien, c'est-à-dire depuis plus d'un demi-milliard d'années. L'ensemble des spécialistes considère généralement que les Chélicérates sont formés de deux classes, celle des Mérostomes et […] Lire la suite

EXCRÉTION

  • Écrit par 
  • René LAFONT
  •  • 5 261 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les produits terminaux du catabolisme azoté »  : […] Les réactions du catabolisme cellulaire conduisent, d'une part, à la formation d'eau, de gaz carbonique et, d'autre part, à celle de divers composés azotés (fig. 1) . Ceux-ci sont les seuls que l'on doive envisager dans le cadre de l'excrétion au sens strict. La dégradation des acides aminés et des bases pyrimidiques produit de l' ammoniac par des réactions de désamination (fig. 2) . Ces réaction […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Christine ROLLARD, « ARACHNIDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/arachnides/