BORN & OPPENHEIMER APPROXIMATION DE

BORN MAX (1882-1970)

  • Écrit par 
  • Viorel SERGIESCO
  •  • 395 mots
  •  • 2 médias

Physicien d'origine allemande, Max Born est né le 11 décembre 1882 à Breslau (actuellement Wrocław en Pologne). Naturalisé britannique (1939), revenu en Allemagne fédérale (1954), Prix Nobel de physique (1954, avec W. Bothe ), Born effectua des travaux dans tous les domaines de la physique théorique, plus particulièrement en mécanique quantique (fondements) et en physique de la matière condensée. […] Lire la suite

CHIMIE THÉORIQUE

  • Écrit par 
  • Lionel SALEM, 
  • François VOLATRON
  •  • 4 284 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'équation de Schrödinger »  : […] L'équation fondamentale de la chimie théorique est l'équation de Schrödinger : qui signifie essentiellement : « L'opération de l'opérateur hamiltonien H sur la fonction d'onde Ψ, fonction des coordonnées de toutes les particules (noyaux et électrons), donne la même fonction Ψ multipliée par un nombre E. Le nombre E est l'énergie du système. L'équation admet généralement un ensemble de solutions E […] Lire la suite

MATIÈRE (physique) - État solide

  • Écrit par 
  • Daniel CALÉCKI
  •  • 8 602 mots
  •  • 13 médias

La matière se présente principalement sous trois états simples : gazeux, liquide et solide . Ce qui distingue l'état solide des deux autres états est l'incapacité d'une masse solide à épouser la forme du récipient dans lequel on la place ; en revanche, un gaz s'empresse d'envahir tout le volume qu'on lui offre et un liquide prend la forme de la partie du récipient qui le contient. Ce qui caractér […] Lire la suite

STÉRÉOCHIMIE - Stéréochimie et liaison chimique

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 2 056 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Détermination théorique de la structure »  : […] L' approche la plus usuelle de ce problème se fait dans le cadre de l'approximation de Born-Oppenheimer qui ramène le problème à celui du mouvement des noyaux dans le potentiel moyen créé par les électrons de la molécule. La position d'équilibre des noyaux – donc la géométrie de la molécule – est déterminée par le minimum de l'hypersurface-potentiel correspondante. Si la surface présente plusieur […] Lire la suite