APPRENTISSAGE DE L'ÉCRITURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrire : un long apprentissage

Écrire, c’est à la fois produire des morphocinèses, c’est-à-dire des gestes qui développent dans l’espace graphique les formes caractéristiques de chaque lettre, et des topocinèses, c’est-à-dire des mouvements qui assurent l’organisation spatiale de l’écriture dans l’espace, comme l’espacement entre les mots, le maintien d’une ligne de base, etc. C’est aussi apprendre à adopter une posture qui libère au mieux les mouvements du membre supérieur dominant, tout en garantissant un appui du corps suffisant et un contrôle visuel optimal sur la trace écrite produite, apprentissage très lent qui n’est achevé que vers dix-douze ans. Enfin, c’est encore apprendre à utiliser une saisie mature et adaptée de l’instrument scripteur, ce qui s’établit vers sept-huit ans, et peut évoluer par la suite, plusieurs types de tenue du crayon pouvant donner lieu à des écritures tout aussi lisibles et rapides. Qu’est-ce qui, dans l’apprentissage de l’écriture, peut donc donner lieu à la formation d’automatismes, pour que cette activité soit au service plutôt qu’une entrave à la pensée ? Les scientifiques s’accordent à reconnaître que ce sont les programmes moteurs responsables de la production des lettres qui doivent s’automatiser pour que celle-ci libère des ressources attentionnelles de l’enfant, comme, à un niveau hiérarchique plus élevé, la récupération automatique de la forme orthographique des mots contribuera également à dégager les ressources cognitives nécessaires à la production du texte visé. Les premières lettres de l’enfant de cinq-six ans sont cabossées, retouchées, avec des tailles trop grandes, des courbures inappropriées. Le tracé est incertain, lent, sans fluidité, les mouvements étant sous un contrôle perceptif, visuel, proprioceptif et kinesthésique constant (on parle de contrôle rétroactif). La vitesse augmente de manière continue au travers les âges. Une première automatisation des gestes apparaît vers huit-neuf ans, avec la production d’une écriture à la fois lisible et fluide en grande partie indépendante de feedback (ou retours) perce [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Annie VINTER, « APPRENTISSAGE DE L'ÉCRITURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/apprentissage-de-l-ecriture/