DIGESTIF APPAREIL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médicaments correcteurs des troubles de l'appareil digestif

Les médicaments correcteurs des troubles de l'appareil digestif sont de nature très variée.

Au niveau de l'estomac prévalent des troubles d'origine sécrétoire : ulcères, gastrites, dyspepsies, alors que l'intestin est plutôt le siège de troubles d'origine motrice : diarrhées, constipations, colopathies, etc.

Traitement des ulcères digestifs

Les ulcères gastroduodénaux sont des atteintes de la muqueuse gastrique qui résultent d'un déséquilibre entre la sécrétion acide, d'une part, et la sécrétion de mucus protecteur, d'autre part. Trois abords thérapeutiques principaux peuvent être envisagés : freiner la sécrétion acide, la neutraliser chimiquement, renforcer la protection au niveau de la muqueuse.

Dans le but de freiner la sécrétion acide, on cherche à bloquer de façon spécifique les effets stimulants qu'exercent sur la sécrétion acide gastrique des neuromédiateurs tels que l'acétylcholine ou l'histamine. Les médicaments anticholinergiques furent les premiers employés dans cette indication. Mais leurs effets secondaires gênants les ont fait quelque peu régresser par rapport aux antihistaminiques de type H2 tels que la cimétidine et la ranitidine, des substances très efficaces et d'effets secondaires moindres. La mise au point des inhibiteurs de la pompe à protons qui agit dans la muqueuse gastrique en libérant de l'acide chlorhydrique en direction de la cavité stomacale a constitué la troisième et décisive étape dans ce volet thérapeutique. Elle conditionne l'élimination par des antibiotiques d'Helicobacter pylori, germe responsable des ulcérations gastriques.

La neutralisation de la sécrétion acide gastrique peut, a minima, être obtenue par des médicaments de confort tels que des sels alcalins (hydroxydes, carbonates ou phosphates d'aluminium, de magnésium ou de calcium). La décomposition de ces sels dans l'estomac provoque une neutralisation chimique de l'acidité locale, diminuant ainsi son agressivité sur la muqueuse.

Les pansements gastriques ont pour but de renforcer la protection de la muqueuse gastrique. Dans cette voie, les sels de bismuth ont été largement utilisés ; mais des accidents neurologiques d'origine toxique observés lors de traitements de longue durée en ont imposé le retrait du marché. De nouveaux sels tels que le bicitrate pourraient constituer un palliatif intéressant. La carbénoxolone, une molécule isolée de l'extrait de réglisse, augmente la sécrétion de mucus, permettant ainsi une meilleure protection naturelle de la muqueuse.

Traitement des affections intestinales

La diarrhée est un symptôme extrêmement banal qui est bien souvent le reflet d'affections bénignes, très accessibles à des traitements symptomatiques. Parfois, elle est révélatrice de maladies particulières du tube digestif requérant un traitement spécifique tels que des antibiotiques, des antiseptiques intestinaux ou des antifongiques. Les médicaments antidiarrhéiques à visée symptomatique sont destinés à lutter contre l'accélération du transit intestinal et l'augmentation de l'élimination digestive de l'eau et du sodium. Parmi les ralentisseurs du transit figurent les spasmolytiques (inhibiteurs du système parasympathique) qui diminuent le tonus et les mouvements spontanés de l'intestin et les spasmogènes (morphiniques et préparations d'opium) qui bloquent le péristaltisme en créant un spasme de l'intestin. Les topiques intestinaux (poudres absorbantes, kaolin, charbon, astringents) diminuent l'excitabilité de la musculature intestinale par un effet protecteur local.

La constipation résulte d'un défaut du processus d'élimination des selles, le plus fréquemment d'origine fonctionnelle et ayant alors pour point de départ des erreurs hygiénodiététiques. Les laxatifs sont alors utilisés dans le but de favoriser ou provoquer l'évacuation des matières contenues dans l'intestin, sans colique ni diarrhée, contrairement aux purgatifs. Parmi les laxatifs mécaniques figurent des substances qui font masse (mucilages, son, agar-agar) ou lubrifiantes (huile de paraffine). Les agents tensio-actifs entraînent une émulsion des matières par liquéfaction. Les purgatifs, d'action plus marquée, voire irritante comprennent les solutions alcalines de sulfate de magnésium ou de sodium et l'huile de ricin, qui provoquent un appel d'eau da [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 24 pages

Médias de l’article

Appareil digestif

Appareil digestif
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Carrefour aérodigestif chez l'homme

Carrefour aérodigestif chez l'homme
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Estomac

Estomac
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Intestin humain

Intestin humain
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 10 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en médecine, professeur de clinique gastroentérologique, directeur de l'unité de recherche I.N.S.E.R.M. U54
  • : professeur de pharmacologie à la faculté de pharmacie de Strasbourg
  • : professeur à la faculté de médecine de Paris

Classification

Autres références

«  DIGESTIF APPAREIL  » est également traité dans :

ABDOMEN

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT
  •  • 6 346 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le contenu de l'abdomen »  : […] La cavité abdominale est recouverte d'une séreuse, le péritoine, qui tapisse le diaphragme, la face profonde des muscles larges, plus précisément le transverse de l'abdomen et la fosse iliaque, matelassée par le muscle psoas-iliaque. Le versant postérieur de la cavité (fig. 4) n'est pas péritonisé . Il comprend trois régions, l'une médiane, vertébrale, et deux régions latérales ou lombaires. La ré […] Lire la suite

ALIMENTATION (Aliments) - Prise alimentaire

  • Écrit par 
  • Jacques LE MAGNEN, 
  • Jean-Louis SCHLIENGER
  •  • 4 269 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le rôle du tractus digestif  »  : […] Le tractus digestif (bouche, estomac, intestin grêle) adresse des signaux mécaniques et des messages hormonaux aux structures de contrôle de la prise alimentaire. Les informations sensorielles olfactives et gustatives interviennent dans son contrôle quantitatif. Les variations de la pression intragastrique sont des stimuli transmis par le nerf vague et son augmentation participe au mécanisme de […] Lire la suite

AMPHIBIENS ou BATRACIENS

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER, 
  • Jean-Claude RAGE
  •  • 6 171 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Tube digestif »  : […] Il présente quelques caractères particuliers. L'œsophage a un épithélium pseudo-stratifié à cellules muqueuses et à cellules ciliées. L'épithélium stomacal est simple. En dehors des cellules épithéliales muqueuses, chaque glande gastrique est uniquement composée, comme chez les Poissons, d'un seul type de cellules séreuses sécrétant à la fois la pepsine et l'acide chlorhydrique. L'épithélium inte […] Lire la suite

ANNÉLIDES

  • Écrit par 
  • Robert MANARANCHE
  •  • 7 466 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Appareils et fonctions »  : […] Le trait le plus frappant que présente une coupe transversale dans la région moyenne du corps d'une Sangsue est l'absence de cavité cœlomique. Présent chez la larve, le cœlome, au cours du développement, est envahi par un tissu conjonctif d'origine mésodermique, creusé de cavités contenant les organes génitaux, et un système compliqué de sinus. Ce tissu particulier est appelé tissu botryoïdal  ; […] Lire la suite

ARACHNIDES

  • Écrit par 
  • Christine ROLLARD
  •  • 3 672 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Caractères distinctifs des arachnides »  : […] Le corps des arachnides est constitué d’une série de segments, disposés les uns à côté des autres, qui illustre la métamérisation (parfois presque totalement disparue chez certains groupes comme les araignées ou les acariens). La zone céphalique n’est pas individualisée et le corps se divise en deux régions : à l’avant le céphalothorax, ou prosome, qui résulte de l’union de la tête et du thorax ; […] Lire la suite

ARAIGNÉES ou ARANÉIDES

  • Écrit par 
  • Christine ROLLARD
  •  • 5 367 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Caractères distinctifs des araignées »  : […] Le corps des araignées est divisé en deux parties distinctes (fig. 1 ) : à l'avant, le céphalothorax (fusion de la tête et du thorax) ou prosoma ; à l'arrière, l'abdomen ou opisthosoma. Ces deux régions sont reliées par un fin pédicule (caractère qui les distingue des autres arachnides). Le céphalothorax, qui est recouvert d'une cuticule rigide, porte six paires d'appendices articulés, qui sont r […] Lire la suite

CÉPHALOCORDÉS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS
  •  • 3 667 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Appareils digestif et respiratoire »  : […] La cavité buccale, dont le fond est garni par une bandelette sinueuse formée de cellules à forte ciliature, comporte à son plafond une dépression dont la signification est obscure, la fossette de Hatschek. Elle se prolonge par un large pharynx qui assure le transport des aliments et la fonction respiratoire. Les parois latérales du pharynx sont percées de perforations étroites et nombreuses (180 p […] Lire la suite

CHIRURGIE

  • Écrit par 
  • Claude d' ALLAINES, 
  • Jean-Édouard CLOTTEAU, 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 8 642 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Bilan actuel et perspectives »  : […] Notre époque est si fertile en découvertes qu'il est bien difficile de prévoir ce que sera la chirurgie dans l'avenir. Certains secteurs de la pathologie médicale ont disparu, comme certaines maladies contagieuses, d'autres sont en plein remaniement. En revanche, des maladies nouvelles sont apparues, soit qu'elles aient été méconnues jusqu'alors, soit qu'elles aient été créées par les progrès dus […] Lire la suite

CHOLÉCYSTOKININE-PANCRÉOZYMINE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis SCHLIENGER
  •  • 380 mots

Découverte en deux temps, d'abord pour son action sur la contraction de la vésicule biliaire et rattachée à la cholécystokinine par Ivy et Golberg en 1928, puis pour son action sur la sécrétion enzymatique pancréatique, attribuée à la pancréozymine par Harper en 1943, cette hormone n'a vu reconnaître son unité structurale qu'en 1971 par Mutt. La cholécystokinine-pancréozymine est sécrétée par les […] Lire la suite

CRUSTACÉS

  • Écrit par 
  • Jacques FOREST
  •  • 7 672 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Tube digestif et organes excréteurs »  : […] Le tube digestif comprend un court œsophage, un large estomac, un intestin moyen et un intestin postérieur. Dans l'estomac, un système de pièces articulées calcifiées forme un véritable « moulin gastrique », dont le rôle est de broyer les aliments. Au niveau de l'intestin moyen débouche un hépatopancréas, qui sécrète les enzymes digestives et absorbe en partie les produits de la digestion. On retr […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Jacques BERNIER, Jean-Louis FRESLON, Claude GILLOT, « DIGESTIF APPAREIL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/appareil-digestif/