APOLOGISTES GRECS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un succès tardif

On cite une douzaine d'apologistes grecs, dont un anonyme, l'auteur de l'Épître à Diognète, mais la majorité de leurs œuvres sont perdues et les titres ne sont connus que par l'historien des premiers siècles Eusèbe de Césarée († 304).

Les progrès rapides de la pensée chrétienne au iiie et surtout au ive siècle et l'évolution des temps retirèrent tout intérêt à ces écrits de circonstances. Par comparaison avec les définitions des grands conciles, leurs exposés de la doctrine chrétienne paraissaient flous, parfois inexacts.

Mais ce qu'on avait considéré comme un défaut pendant plus d'un millénaire devint aux temps modernes une qualité. Les historiens de la théologie recherchèrent passionnément des écrits qui témoignent des premiers essais de réflexion philosophique sur le dogme chrétien et contiennent des détails importants sur une époque ancienne et difficile à connaître. En conséquence, le contraste entre les deux périodes est saisissant : l'Épître à Diognète n'est pas citée dans la littérature patristique et byzantine, elle a été ignorée d'Eusèbe de Césarée, de Gennade et de Photius, les meilleurs bibliographes anciens, elle n'a été conservée que par un manuscrit, copié au xive siècle et qui disparut dans l'incendie de la bibliothèque de Strasbourg en 1870, mais, depuis 1592, elle a été imprimée au moins soixante-cinq fois.

On ne s'est pas contenté de rechercher les manuscrits grecs. Certains textes ne nous sont parvenus qu'à l'état fragmentaire, d'autres dans des traductions. La transmission la plus étonnante est celle de l'Apologie d'Aristide, qui a été insérée par saint Jean Damascène au viie siècle dans l'histoire édifiante de Barlaam et de Josaphat, roman dont la trame est un décalque de la légende du Bouddha, où se greffe une théorie du monachisme chrétien.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : moine bénédictin, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification


Autres références

«  APOLOGISTES GRECS  » est également traité dans :

PATRISTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 8 815 mots

Dans le chapitre « Judaïsme et christianisme »  : […] Après le rejet par Israël de la communauté chrétienne primitive, considérée comme hérétique, et à la suite de mouvements très complexes, l'Église s'est séparée définitivement du judaïsme après 70. Comment devait-elle concevoir son rapport avec la tradition juive, à laquelle Jésus, son fondateur, appartenait ? Devait-elle aller jusqu'à la rupture radicale avec tout le passé ? Le christianisme appa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/patristique/#i_3721

THÉOPHILE saint (mort apr. 180)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 122 mots

Sixième évêque d'Antioche, dont il occupa le siège une dizaine d'années (jusqu'en 180 au moins), Théophile est le dernier en date des apologistes chrétiens du ii e  siècle, le seul qui ait occupé une place importante dans la hiérarchie. Dans ses trois Livres à Autolycus , Théophile explique la nature de Dieu et la Providence, oppose à la mythologie païenne la Genèse et les Prophètes, justifie les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theophile/#i_3721

TRINITÉ

  • Écrit par 
  • Hervé SAVON
  •  • 3 116 mots

Dans le chapitre « Le IIe siècle »  : […] Les penseurs chrétiens de la première moitié du ii e  siècle ont pour souci commun d'exalter le pouvoir et la dignité du Christ sauveur. Mais les uns voient dans Jésus un homme élevé à la divinité ; on parle, dans ce cas, de christologie «  adoptianiste ». Les autres se réfèrent à l'idée du Christ préexistant, déjà présente chez Paul et dans les écrits johanniques ; c'est ce que l'on appelle la «  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trinite/#i_3721

Pour citer l’article

Jacques DUBOIS, « APOLOGISTES GRECS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/apologistes-grecs/