APOLOGISTES GRECS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Caractères généraux des apologies

Placés dans des circonstances bien déterminées, les apologistes grecs du iie siècle furent amenés à traiter les mêmes questions. Ils eurent d'abord à réfuter les calomnies contre les chrétiens ; on les accusait d'immoralité, ils soulignèrent leur honnêteté, leur chasteté et leur intégrité ; ils insistèrent sur l'absurdité de la loi qui les condamnait parce que chrétiens, alors que nul ne peut être puni pour une étiquette, mais seulement pour des actes. Plus encore, ils s'efforcèrent de répondre à ceux qui prétendaient que le christianisme était un danger pour l'État, en montrant que la foi était une force de premier ordre pour la conservation et le bien-être du monde.

Passant à l'offensive, les apologistes opposèrent l'absurdité et l'immoralité du paganisme à la doctrine chrétienne qui seule donne une idée correcte de Dieu et de l'univers. Ils développèrent à ce propos les dogmes de l'unité de Dieu et de la divinité du Christ.

Enfin, ils s'efforcèrent de montrer la supériorité du christianisme sur la philosophie grecque, qui à des vérités fragmentaires avait mêlé un grand nombre d'erreurs, et sur la loi de Moïse, qui n'avait eu qu'une autorité temporaire et limitée, alors que le christianisme est la nouvelle et éternelle loi pour tous les humains.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : moine bénédictin, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification


Autres références

«  APOLOGISTES GRECS  » est également traité dans :

PATRISTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 8 815 mots

Dans le chapitre « Judaïsme et christianisme »  : […] Après le rejet par Israël de la communauté chrétienne primitive, considérée comme hérétique, et à la suite de mouvements très complexes, l'Église s'est séparée définitivement du judaïsme après 70. Comment devait-elle concevoir son rapport avec la tradition juive, à laquelle Jésus, son fondateur, appartenait ? Devait-elle aller jusqu'à la rupture radicale avec tout le passé ? Le christianisme appa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/patristique/#i_3721

THÉOPHILE saint (mort apr. 180)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 122 mots

Sixième évêque d'Antioche, dont il occupa le siège une dizaine d'années (jusqu'en 180 au moins), Théophile est le dernier en date des apologistes chrétiens du ii e  siècle, le seul qui ait occupé une place importante dans la hiérarchie. Dans ses trois Livres à Autolycus , Théophile explique la nature de Dieu et la Providence, oppose à la mythologie païenne la Genèse et les Prophètes, justifie les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theophile/#i_3721

TRINITÉ

  • Écrit par 
  • Hervé SAVON
  •  • 3 116 mots

Dans le chapitre « Le IIe siècle »  : […] Les penseurs chrétiens de la première moitié du ii e  siècle ont pour souci commun d'exalter le pouvoir et la dignité du Christ sauveur. Mais les uns voient dans Jésus un homme élevé à la divinité ; on parle, dans ce cas, de christologie «  adoptianiste ». Les autres se réfèrent à l'idée du Christ préexistant, déjà présente chez Paul et dans les écrits johanniques ; c'est ce que l'on appelle la «  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trinite/#i_3721

Pour citer l’article

Jacques DUBOIS, « APOLOGISTES GRECS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/apologistes-grecs/