e siècle"/ >

APOLOGISTES GRECS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Justin et son école

Le plus important des apologistes grecs du iie siècle est Justin. Il était né en Palestine à Naplouse (la Sichem de la Bible) de parents païens. Il se mit à l'école des philosophes – un stoïcien, un péripatéticien, un pythagoricien, enfin un platonicien – jusqu'au moment où il connut le christianisme et se convertit, probablement à Éphèse. Il décida alors de défendre sa foi chrétienne : il revêtit le pallium, le manteau que portaient les philosophes grecs, et se mit à voyager. Arrivé à Rome, il y fonda une école où il eut comme élèves deux apologistes, Tatien et Miltiade (les écrits de ce dernier sont perdus et son séjour à l'école de Justin n'est que probable).

Le philosophe cynique Crescens, adversaire passionné de Justin, se vengea d'avoir été convaincu d'ignorance au cours d'une discussion en allant le dénoncer ; Justin fut décapité, probablement en 165, avec six compagnons ; le récit de son martyre, qui comporte l'interrogatoire et la sentence, est le seul procès-verbal authentique de martyre qui ait été conservé pour la ville de Rome.

On possède de saint Justin deux apologies adressées à Antonin le Pieux (138-161) et le Dialogue avec Tryphon, la plus ancienne apologie dirigée contre les juifs.

Plus encore que par leurs développements apologétiques et théologiques, les œuvres de Justin intéressent par les descriptions qu'il donne de la liturgie du baptême et de l'eucharistie : c'est le plus ancien auteur qui décrit la célébration de la messe. Ce faisant, il s'écartait d'une consigne de silence habituellement suivie. Ne pouvant se soumettre à certaines pratiques païennes intimement mêlées à la vie sociale et obligés d'être discrets pour leur propre sécurité, les chrétiens vivaient dans un effacement volontaire, qui alimentait les pires calomnies, car il laissait supposer que leurs réunions étaient secrètes parce qu'elles comportaient des rites inavouables, tels qu'obscénités ou meurtres d'enfants. Justin fut le seul à penser que la meilleure défense était de raconter simplement ce qu'étaient ces réunions sans craindre d'exposer à tous les mystè [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : moine bénédictin, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (IVe section)

Classification


Autres références

«  APOLOGISTES GRECS  » est également traité dans :

PATRISTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 8 815 mots

Dans le chapitre « Judaïsme et christianisme »  : […] Après le rejet par Israël de la communauté chrétienne primitive, considérée comme hérétique, et à la suite de mouvements très complexes, l'Église s'est séparée définitivement du judaïsme après 70. Comment devait-elle concevoir son rapport avec la tradition juive, à laquelle Jésus, son fondateur, appartenait ? Devait-elle aller jusqu'à la rupture radicale avec tout le passé ? Le christianisme appa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/patristique/#i_3721

THÉOPHILE saint (mort apr. 180)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 122 mots

Sixième évêque d'Antioche, dont il occupa le siège une dizaine d'années (jusqu'en 180 au moins), Théophile est le dernier en date des apologistes chrétiens du ii e  siècle, le seul qui ait occupé une place importante dans la hiérarchie. Dans ses trois Livres à Autolycus , Théophile explique la nature de Dieu et la Providence, oppose à la mythologie païenne la Genèse et les Prophètes, justifie les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theophile/#i_3721

TRINITÉ

  • Écrit par 
  • Hervé SAVON
  •  • 3 116 mots

Dans le chapitre « Le IIe siècle »  : […] Les penseurs chrétiens de la première moitié du ii e  siècle ont pour souci commun d'exalter le pouvoir et la dignité du Christ sauveur. Mais les uns voient dans Jésus un homme élevé à la divinité ; on parle, dans ce cas, de christologie «  adoptianiste ». Les autres se réfèrent à l'idée du Christ préexistant, déjà présente chez Paul et dans les écrits johanniques ; c'est ce que l'on appelle la «  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trinite/#i_3721

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques DUBOIS, « APOLOGISTES GRECS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/apologistes-grecs/