APOCALYPSE NOW, film de Francis Ford Coppola

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Voyage initiatique et mystique

La nouvelle de Joseph Conrad Heart of Darkness (Au cœur des ténèbres, 1899) – qui a servi de point de départ au film – contient déjà la recherche, cette fois sur le fleuve Congo, d'un agent Kurtz, en rébellion contre sa compagnie exploitant l'ivoire. La traque de cet homme par le narrateur se transforme aussi en une quête identitaire puis s'étend, au fur et à mesure de la progression dans une nature et face à des populations de plus en plus hostiles, à des réflexions sur l'humanité, la folie des hommes et l'horreur.

Le film, quant à lui, s'appuie sur un grand nombre de séquences chocs en gros plans, pour évoquer le caractère excessif, absurde de la guerre du Vietnam et la débauche de moyens qu'elle a engendrée. Dans une suite d'enchaînements et de tableaux parfois confus, Coppola superpose un regard sur la folie individuelle et collective. Derrière cette horreur, le néant. Au cours de sa quête meurtrière et au terme d'un parcours initiatique semé d'épreuves et d'embûches, Willard s'est peu à peu identifié à Kurtz. La guerre et ses horreurs emportent les personnages dans une tragédie shakespearienne. Les péripéties dramatiques du groupe font écho à la solitude du rebelle hors norme jusqu'à la chute finale. Reprenant certaines théories de Conrad sur l'agressivité, Coppola pose la question de la responsabilité individuelle face au pouvoir. La situation de guerre place l'homme face à l'effondrement des valeurs morales. Le travail photo contrasté accentue la dureté des violences qui prennent alors la forme d'une rédemption lumineuse. Le voyage en bateau relève d'un rite plus initiatique au cours duquel l'homme part à la rencontre de son alter ego.

Le film adopte aussi certaines lois de l'opéra italien. La représentation des événements devient le théâtre d'affrontements sanglants dans un crescendo spectaculaire. Il s'apparente alors à une chorégraphie stylisée alternant scènes collectives et scènes intimes, moments de paix et moments d'hystérie. Ouvert sur une forme de fresque à grand spectacle, il se referme dans un tête-à-tête obscur et éto [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences, sociologue à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  APOCALYPSE NOW, Francis Ford Coppola  » est également traité dans :

APOCALYPSE NOW (F. F. Coppola), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 226 mots
  •  • 1 média

Sept ans de gestation, treize mois de tournage, deux ans de montage, plusieurs versions, jusqu'à la dernière en 2001 ! Œuvre de la démesure, Apocalypse Now est, selon l'expression même de F. F. Coppola, un « opéra filmique ». C'est lui qui, en tant que producteur, a suggéré à John Milius et George Lucas de construire leur projet à pa […] Lire la suite

PARLANT (CINÉMA) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 247 mots

1899 États-Unis. Th e Astor Tramp , « picture song » de Thomas Edison. Bande filmée destinée à être accompagnée d'une chanson chantée en salle (derrière l'écran) par des artistes invités. 1900 France. Présentation par Clément Maurice du Phono-Cinéma-Théâtre à l’'Exposition universelle. Au programme, une scène d' Ham l et interprétée par Sarah Bernhardt, une autre de Cyrano de Bergerac avec C […] Lire la suite

Pour citer l’article

Kristian FEIGELSON, « APOCALYPSE NOW, film de Francis Ford Coppola », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/apocalypse-now/