APELLE (IVe s. av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une biographie fragmentaire

La mosaïque d'anecdotes rapportées sur Apelle ne suffit pas en effet à composer une biographie : quelques pages de Pline, un texte de Lucien, des notations éparses chez Plutarque et les historiens d'Alexandre. D'autant que bon nombre des récits que rapporte Pline l'Ancien au livre XXXV de son Histoire naturelle, la plus importante de ces sources, correspondent à des lieux communs parfois attribués, par d'autres auteurs, à d'autres artistes, Zeuxis notamment. En traçant le portrait d'Apelle, c'est plutôt un catalogue des figures littéraires de l'« artiste » que dresse Pline. C'est ainsi sans doute qu'il fut lu, plus que comme un document sur la carrière du peintre préféré d'Alexandre le Grand.

Peu importe, dès lors, que le véritable peintre grec qui a porté le nom d'Apelle soit effectivement né à Cos en 332 avant J.-C., comme on le déduit de Pline et d'Ovide, ou à Colophon, comme l'affirme Suidas (Souda), qu'il ait été l'élève de son père, le peintre Pythéas d'Éphore à Éphèse ou de Pamphile d'Amphipolis. Synthèse des écoles de la Grèce, il allie la légèreté de l'école ionienne et l'esprit rigoureux des peintres de Sicyone. En ce sens, il incarne donc l'artiste complet. Archétype du peintre, il constitue à la Renaissance une figure d'autant plus efficace qu'il ne peut être assimilé à aucun motif plastique conservé, qu'il n'est réductible à aucun catalogue. Il occupe pour Pline, au Panthéon des peintres, la place du maître qui « surpasse les artistes présents et à venir », topos rhétorique que Vasari devait appliquer à Michel-Ange. Dans les textes concernant Apelle, les humanistes trouvent ainsi la quasi-totalité du répertoire des figures qui servent à l'éloge d'un peintre.

Miroir des artistes, la figure d'Apelle est faite pour susciter la comparaison. [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, ancien élève de l'École normale supérieure, maître de conférences à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  APELLE ( IV e s. av. J.-C.)  » est également traité dans :

BOTTICELLI SANDRO (1445-1510)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 4 441 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'atelier florentin »  : […] Celui-ci, en 1481, part pour Milan où l'appelle Ludovic le More. Botticelli retrouve à Florence son atelier, ses élèves, dont le nombre s'accroît, ses clients qui lui demandent surtout des Madones et des tableaux de dévotion. Ses travaux à Rome lui ont acquis pourtant une nouvelle réputation comme fresquiste : il reçoit, pour le palais de la Seigneurie, la commande d'un décor qu'il n'exécutera pas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sandro-botticelli/#i_1613

CRITIQUE D'ART, Antiquité gréco-romaine

  • Écrit par 
  • Agnès ROUVERET
  •  • 4 829 mots

Dans le chapitre « L'ekphrasis ou l'œuvre absente »  : […] La rencontre d'Encolpe et du vieux poète Eumolpe dans la pinacothèque permet à Pétrone de résumer et de mettre en scène, non sans une certaine ironie, tous les apports de la critique d'art précédemment définis : analyse « xénocratéenne » des tableaux des vieux maîtres qui culmine avec Apelle ( lxxxiii ), histoire et mort de l'art classique ( lxxxviii ), variation sur le thème de l' ut pictura poes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-d-art-antiquite-greco-romaine/#i_1613

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Les arts de la Grèce

  • Écrit par 
  • Pierre DEVAMBEZ, 
  • Agnès ROUVERET
  •  • 18 509 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La grande peinture et la cour des rois de Macédoine »  : […] À côté d'Agatharchos de Samos, auteur d'un traité de « scénographie », d'Apollodore d'Athènes, l'« inventeur » de la technique des ombres et des lumières, se détachent les figures emblématiques et rivales de Zeuxis et Parrhasios, artistes itinérants, à la mise excentrique, vendant ou donnant leurs œuvres selon leur gré, véritables pendants dans l'art pictural des sophistes dans le domaine de la p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-les-arts-de-la-grece/#i_1613

HISTOIRE NATURELLE. LIVRE XXXV, Pline l'Ancien - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 1 070 mots

Dans le chapitre « Pline lu par les artistes »  : […] À l'inverse de l' ekphrasis , dont la description du bouclier d'Achille par Homère est le grand modèle de référence, qui vise à donner à une œuvre un équivalent littéraire susceptible, autant qu'elle, d'être admiré, l'exercice de transposition en peinture des descriptions de Pline n'est pas devenu une figure de style. La Calomnie d'Apelle de Botticelli (musée des Offices, Florence), tableau savan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-naturelle-livre-xxxv/#i_1613

Voir aussi

Pour citer l’article

Adrien GOETZ, « APELLE (IVe s. av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/apelle/