e-XVIe siècle)" />

APANAGE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Naissance des apanages (XIe-XIIIe siècle)

Pendant le xie et le xiie siècle, le problème de la dotation des enfants puînés du roi ne reçut pas de solution institutionnelle. La succession au trône évoluait de façon empirique : jusqu'à Philippe Auguste (associé au trône par son père Louis VII quelques mois avant sa mort en 1180), les rois faisaient couronner leur successeur. Le droit d'aînesse, qui s'établissait fermement dans la féodalité de la France du Nord, facilita le choix des souverains, qui se porta sur leur fils aîné. Ce choix fut rendu plus aisé par le fait que Hugues Capet n'eut qu'un fils légitime, Robert le Pieux. Celui-ci, après la mort de son fils aîné, Hugues, fit accepter – contre le désir de sa femme Constance qui favorisait leur troisième fils, Robert – le cadet, Henri. Par la suite, le principe de primogéniture, renforcé par l'association au trône, ne rencontra pas de résistance notable. L'exiguïté du domaine royal empêcha sans doute que le principe du partage entre fils, qui était de règle sous les dynasties germaniques des Mérovingiens et des Carolingiens, ne l'emportât sur la pratique de mieux en mieux établie du droit d'aînesse. Des hasards heureux permirent aussi d'assurer le rang des fils puînés ; Robert, frère de Henri Ier, reçut le duché de Bourgogne en conclusion d'une révolte contre le roi (1034), et Hugues, frère de Philippe Ier, le comté de Vermandois par mariage. Pour d'autres, l'illégitimité de leur naissance, la punition d'une révolte ou l'entrée dans les ordres permirent de les exclure sans difficultés majeures de la succession.

Louis VI (1108-1137) eut, après son fils aîné, le futur Louis VII, quatre fils : deux entrèrent dans les ordres ; l'un devint, par son mariage, seigneur de Courtenay, en Gâtinais, mais au cadet, Robert, Louis VI donna le petit comté d'Évreux, détaché du domaine royal. Cette donation peut être considérée, plus que la cession de la [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  APANAGE  » est également traité dans :

ART DE COUR

  • Écrit par 
  • Philippe VERDIER
  •  • 4 811 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'art de cour en France à la fin du XIVe siècle et les grands apanages »  : […] Les inventaires de Charles V (3 900 objets), ainsi que le banquet de huit cents couverts offert en 1378 à Paris par Charles V à l'empereur Charles IV et que décrivent les Grandes Chroniques , donnent une image du luxe à la cour de France. Les seules épaves en sont la coupe d'or émaillée de la Vie de sainte Agnès au British Museum, le sceptre du sacre, qui illustre la légende […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-de-cour/#i_14120

MONOPOLISATION PROCESSUS DE

  • Écrit par 
  • Christophe VOILLIOT
  •  • 981 mots

Dans son ouvrage Über den Prozess der Zivili s ation ( Sur le processus de civilisation ), paru initialement en 1939, le sociologue d’origine allemande Norbert Elias propose une analyse de la genèse de l’État à deux nive […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/processus-de-monopolisation/#i_14120

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques LE GOFF, « APANAGE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/apanage/