ANXIÉTÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Causes de l'anxiété

Freud, dès ses premiers travaux, a invoqué une absence de satisfactions sexuelles (continence, incomplétude de l'acte sexuel, inhibition par interdit « moral », etc.). Les exigences pulsionnelles libidinales ne pouvant être satisfaites et ne trouvant pas accès à des représentations mentales conscientes se transformeraient en un état d'excitation diffus qui serait à l'origine de la sensation d'angoisse. Cette théorie qui expliquerait, du moins en partie, l'origine de la névrose d'angoisse ne peut rendre compte du phénomène anxieux en général. Freud, un peu plus tard, rapprochera ce dernier de l'état physiologique du nouveau-né à la naissance et des premières expériences de séparation de l'enfant et de la mère.

Mais la théorie d'une peur non motivée par un danger réel a été très rapidement proposée comme une explication alternative. Freud lui-même reconnaissait que certaines phobies n'étaient pas secondaires à l'état d'angoisse mais, au contraire, qu'elles en constituaient la source chaque fois que l'individu se trouvait exposé, malgré lui, à la situation « phobogène ». Ces phobies seraient l'expression symbolique d'un conflit intrapsychique et apparentées à l'hystérie (d'où le terme d'hystérie d'angoisse, en opposition à celui de névrose d'angoisse). Avec Watson, le courant comportementaliste a mis l'accent sur le rôle du conditionnement. À la suite d'une situation réelle de peur (traumatisme) ou par connexion associative avec des situations réelles de danger, se développeraient des peurs immotivées. L'anxiété serait ainsi secondaire à des stimuli qui annoncent une punition ou une absence de récompense, et à des stimuli nouveaux.

Par un cheminement parallèle, Freud en vint à proposer une deuxième théorie de l'angoisse pathologique. Celle-ci, contrairement à la peur devant un danger réel (real angst), serait une réponse à un signal de danger inconscient (peur d'être séparé de la mère ou de son substitut protecteur, ango [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur de psychiatrie à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie, chef de service de psychiatrie (adultes) au groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière

Classification

Autres références

«  ANXIÉTÉ  » est également traité dans :

PSYCHOLOGIE CLINIQUE DE L'ANXIÉTÉ

  • Écrit par 
  • Alexandre HEEREN
  •  • 995 mots

Le terme « anxiété » est apparu au xiie siècle ; son usage est toutefois resté assez rare jusqu’à la fin du xixe siècle, date de la reconnaissance de son implication potentielle dans une série de troubles psychiatriques. Les troubles liés à l’anxiété (ou troubles anxieux) constituent aujourd’hui un problè […] Lire la suite

TROUBLE D'ANXIÉTÉ SOCIALE

  • Écrit par 
  • Grazia CESCHI
  •  • 1 175 mots

Le trouble d’anxiété sociale (T.A.S.), ou phobie sociale, se caractérise par une crainte extrême du regard d’autrui. Cette forte inquiétude peut s’exprimer, par exemple, lorsqu’on est obligé de parler face à une audience ou de manger en public. La peur de ce type de situations sociales et du regard des autres n’est pas une pathologie en tant que telle. To […] Lire la suite

ENFANTS À HAUT POTENTIEL INTELLECTUEL

  • Écrit par 
  • Nicolas GAUVRIT
  •  • 1 012 mots

Dans le chapitre « Caractéristiques socio-émotionnelles »  : […] Pendant longtemps, on a pensé qu’il existait un lien entre le haut potentiel intellectuel et une série de troubles. Le psychologue polonais Kazimierz Dabrowski émit dans les années 1960 l’hypothèse que les HPI souffrent d’hyperexcitabilité dans divers domaines. Selon sa thèse, les HPI seraient hypersensibles, une caractéristique débouchant sur un risque accru de dépression ou d’anxiété. Ils seraie […] Lire la suite

HYPOCONDRIE (histoire du concept)

  • Écrit par 
  • Michel GOUREVITCH
  •  • 1 293 mots

Dans le chapitre « Hypocondrie névrotique »  : […] Cette tendance banale peut se développer, se faire permanente et tyrannique, et caractériser la « constitution hypocondriaque » : l'intérêt de l'individu se limite plus ou moins à son arbre urinaire, à sa circulation sanguine, à sa colonne vertébrale, au fonctionnement de son tube digestif surtout ; sa vie en est plus ou moins rétrécie. G. Béard a ainsi décrit sous le nom de neurasthénie un group […] Lire la suite

NEUROSCIENCES COGNITIVES ET SOMMEIL

  • Écrit par 
  • Philippe PEIGNEUX
  •  • 1 393 mots

Dans le chapitre « Sommeil et régulation sociale et émotionnelle »  : […] Les perturbations du sommeil sont fréquentes dans les troubles psychologiques et psychiatriques, suggérant un lien bidirectionnel entre ces perturbations et la symptomatologie observée. Au-delà de la pathologie, les études montrent que le sommeil normal participe à la régulation de nos émotions. En effet, l’exposition à une expérience stressante et/ou émotionnelle modifie l’architecture du sommei […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE CLINIQUE COMPORTEMENTALE ET COGNITIVE

  • Écrit par 
  • Martine BOUVARD
  •  • 2 567 mots

Dans le chapitre « La psychologie clinique cognitive »  : […] La psychologie clinique cognitive s’intéresse aux processus de pensée qui filtrent et organisent la perception de l’environnement. Ce courant s’est développé à partir des travaux d’Aaron T. Beck sur la thérapie cognitive de la dépression. Selon cet auteur, l’émotion est dépendante de la cognition ; plus exactement, l’émotion résulterait de l’interprétation des événements par l’individu en raison […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE CLINIQUE DES TROUBLES OBSESSIONNELS COMPULSIFS

  • Écrit par 
  • Martine BOUVARD
  •  • 1 060 mots

Les obsessions et les rituels sont décrits depuis très longtemps : par exemple, la scrupulosité morbide – qui peut s’apparenter à la rumination obsessionnelle – rapportée par les moines, en médecine les « monomanies raisonnantes » d’Esquirol ou encore la folie du doute notée par Legrand du Saulle évoquent des caractéristiques du trouble obsessionnel compulsif. Cependant, il revient à Pierre Janet […] Lire la suite

PSYCHOMÉTRIE

  • Écrit par 
  • Jacques GRÉGOIRE
  •  • 6 273 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La validité des scores »  : […] Une autre qualité essentielle des scores à un test est leur validité. On considère généralement qu’un test est valide s’il mesure ce qu’il prétend mesurer. Par exemple, un questionnaire censé évaluer la dépression sera jugé valide s’il mesure bien ce syndrome et rien que celui-ci. Cette première définition simplifie toutefois une notion en réalité plus complexe. La validité n’est en effet pas une […] Lire la suite

PSYCHOTHÉRAPIE ET ÉMOTION

  • Écrit par 
  • Pierre PHILIPPOT
  •  • 2 064 mots

Dans le chapitre « Les émotions dans les modèles étiopsychopathologiques et dans la conceptualisation de cas  »  : […] Les phénomènes émotionnels émanent d’un ensemble de processus que l’on retrouve également dans les troubles psychopathologiques. L’émotion dirige automatiquement l’attention vers ce qui est pertinent pour elle. Ces biais attentionnels sont particulièrement accentués dans de nombreux troubles psychopathologiques : l’attention est automatiquement dirigée vers l’objet, la préoccupation de la patholog […] Lire la suite

RUMINATIONS MENTALES, psychologie

  • Écrit par 
  • Céline BAEYENS
  •  • 982 mots

Dans le chapitre « Différents modes de rumination »  : […] Les ruminations ne sont pas systématiquement associées à des conséquences négatives ou des troubles psychologiques. Selon la théorie des modes de traitement, les conséquences, positives ou négatives, des ruminations dépendent du mode de pensée qui sous-tend les ruminations. Certaines ruminations sont sous-tendues par un mode concret de pensée. Dans ce mode, l’attention est centrée sur l’instant p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Daniel WIDLÖCHER, « ANXIÉTÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/anxiete/