ANVERS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Histoire de la ville

Les origines

Des établissements humains existent sur la rive concave du méandre de l'Escaut à l'époque gallo-romaine (iie ou iiie siècle) et à l'époque mérovingienne. Le site originel d'Anvers est un petit promontoire fortifié de quelques mètres de hauteur s'avançant d'une trentaine de mètres dans le fleuve, à l'emplacement du Steen, protégeant un appontement (un werf, d'où l'étymologie aan het werf). Un autre site originel était vraisemblablement situé un peu plus au sud, à l'emplacement de l'abbaye Saint-Michel fondée au xiie siècle. Comme tant d'autres, l'établissement fut détruit par les Normands en 837. Il fut rebâti, peut-être par des Frisons, et avait déjà pris de l'importance vers la fin du xe siècle. Terre d'empire depuis 843, faisant face, sur l'autre rive de l'Escaut, au comté de Flandre, vassal de la France, Anvers fut le siège d'un margraviat ou marquisat (comté de frontière), par la suite intégré au duché de Brabant, dont Anvers sera une des quatre villes capitales, avec Bruxelles, Louvain et 's-Hertogenbosch.

Au xiiie siècle, la place devint une étape entre l'Allemagne (Cologne) et l'Angleterre (Londres). C'était aussi un port d'exportation vers cette dernière des productions agricoles brabançonnes. Lors des troubles qui agitèrent la Flandre, l'entrepôt de la laine fut provisoirement fixé à Anvers. En 1357, la ville et ses alentours furent temporairement annexés à la Flandre, et Louis de Maele se garda bien de favoriser l'activité commerciale de sa conquête.

L'apogée de la première moitié du XVIe siècle

Après la mort de Charles le Téméraire, sous la régence de Maximilien de Habsbourg, Anvers, restée fidèle au prince, reçut en contrepartie de nombreux privilèges juridiques et commerciaux. Les commerçants hanséates quittèrent Bruges ; d'autres se replièrent de Gand vers Anvers qui bénéficia de l'accès plus direct à la mer par l'Escaut occidental, le nouveau bras du fleuve ouvert par les marées de tempête, qui s'étaient produites en Zélande au xve siècle. Anvers reçut aussi l'entrepôt de l'alun des États pontificaux. En outre, la ville pouvait se prévaloir de la présence des Merchant Adventurers anglais, des marchands de Haute-Allemagne et des Portugais qui choisirent Anvers comme étape pour le poivre et les autres épices de l'Inde, dont l'Europe septentrionale était si friande. La laine écossaise et le drap anglais étaient traités sur place, à Anvers, et exportés en Inde par les Portugais. Ceux-ci échangeaient leurs épices contre le métal de la Haute-Allemagne. Ce commerce se développa en quelques années, au début du xvie siècle. Le port était alors constitué de sept lieux d'accostage sur l'Escaut, de quatre bassins, et le trafic dans l'intérieur de la ville utilisait les ruisseaux et fossés rattachés au fleuve, les ruien. De nouveaux bassins sont construits au nord de la ville au xvie siècle, dans la nieuwstad, la ville nouvelle incluse dans l'enceinte espagnole. La Maison hanséatique était le plus bel entrepôt de la ville. En cent ans, la population de la ville passa de 10 000 à près de 100 000 habitants, chiffre exceptionnel pour la moitié du xvie siècle. À Anvers naquirent aussi de nouvelles techniques financières et commerciales : les lettres de change au porteur avec assignation et endossables. L'introduction de l'endossement date de 1500. La circulation de ces billets au porteur fut à l'origine du succès de la monnaie de papier bancaire anglaise et écossaise au xviie siècle. De même, l'escompte moderne et l'assurance maritime ont vu le jour à Anvers. L'ouverture du bâtiment de la Bourse en 1531 rend compte du développement de ces techniques financières. Les étrangers représentaient un septième de la population ; ils disposaient de consuls et jurisprudences spécifiques.

Vers 1550, Anvers fut le théâtre de troubles sociaux et de difficultés économiques. Les iconoclastes s'attaquent aux statues des églises en 1566. À partir de 1568, lors de la rébellion des Pays-Bas contre Philippe II, roi d'Espagne, cette ville, comptant beaucoup de calvinistes, de luthériens et de sociétés libertaires, choisit le camp des rebelles et des radicaux contre le Roi Très Catholique. La garnison espagnole met la ville à sac en 1574 et en 1576 (la « Furie espagnole »). En 1585, Anvers, assiégée par Alexandre Farnèse, duc de Parme, capitula. Plusieurs dizaines de milliers de commerçants, d'artisans, d'hommes de science et d'hommes de lettres quittèrent leur ville natale et s'installèrent en Hollande pour nombre d'entre eux. L'Escaut fut fermé et Anvers cessa d'être un port de mer, situation confirmée en 1648 par le traité de Münster. L'essor d'Amsterdam au xviie siècle est largement tributaire de la chute d'Anvers. La population tombe à moins de 40 000 habitants à la fin du xvie siècle.

Le déclin

La ville continua toutefois à produire des objets de luxe et garda un important marché de capitaux. Mais c'est à peine si elle recevait de cinq à dix bâtiments maritimes par an. Cette situation dura jusqu'à la Révolution française et l'occupation de la Belgique par les Français (à partir de 1795). Elle n'a toujours qu'un peu plus de 45 000 habitants en 1800. Napoléon remarqua le parti que l'on pouvait tirer de la position d'Anvers par rapport à la Grande-Bretagne et fit développer l'infrastructure du port, tant militaire que marchande. Une première rectification des quais de l'Escaut fut réalisée entre 1804 et 1810. Mais le blocus continental freina momentanément la pleine reprise de l'activité portuaire, en attendant la période de l'union de la Belgique avec les Pays-Bas septentrionaux. En 1830, la ville compte près de 75 000 habitants.

Lors de la révolution belge contre le royaume uni de Guillaume Ier en 1830, les Hollandais bloquèrent le port et investirent la citadelle, libérée en 1832 seulement par une intervention française sous le commandement du maréchal Gérard. Le passage sur l'Escaut pour les bateaux battant pavillon belge ne fut libéré qu'en 1839, mais le roi Guillaume Ier des Pays-Bas exigea un tonlieu, payé par l'État pour ne pas gêner l'essor de la ville. En 1863, l'État racheta ce péage aux Pays-Bas. À partir de ce moment, la prospérité d'Anvers s'affirma. Mais la ville fut désignée comme « réduit national » en 1859, et était la principale place forte de la Belgique. La destruction des fortifications espagnoles et leur remplacement par une ceinture de boulevards, les leien, durant les années 1860, libéra quelque peu la ville de son carcan, mais le gouvernement entreprit plus à l'extérieur la construction d'une nouvelle ceinture de fortification, di [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

Belgique : carte administrative

Belgique : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Cathédrale d'Anvers

Cathédrale d'Anvers
Crédits : Richard Elliott/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Paysage d'hiver avec un piège à oiseaux, Bruegel l'Ancien

Paysage d'hiver avec un piège à oiseaux, Bruegel l'Ancien
Crédits : Bridgeman Images

photographie

David décapitant Goliath, M. Coxie

David décapitant Goliath, M. Coxie
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en droit, licencié en sciences politiques et diplomatiques
  • : chercheur au Centre des arts plastiques d'Anvers
  • : docteur en sciences géographiques, professeur à l'Université libre de Bruxelles, membre de la classe des lettres de l'Académie royale de Belgique, président de la Société royale belge de géographie

Classification

Autres références

«  ANVERS  » est également traité dans :

ANVERS PROVINCE D'

  • Écrit par 
  • Christian VANDERMOTTEN
  •  • 553 mots
  •  • 1 média

La province belge d'Anvers (Antwerpen en néerlandais), située en Région flamande, couvre 2 867 kilomètres carrés et compte 1 813 280 habitants en 2015. Elle a pris la suite en 1815 du département français des Deux-Nèthes, formé lui-même de la seigneurie de Malines et surtout de la portion septentrionale de la partie de l'ancien duché de Brabant restée sous le contrôle des Habsbourg. Elle est divi […] Lire la suite

BELGIQUE - Géographie

  • Écrit par 
  • Christian VANDERMOTTEN
  •  • 6 518 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  Répartition de la population et armature urbaine »  : […] La répartition de la population reflète les modalités du développement économique tout autant que l'impact hérité des milieux naturels. La haute Belgique a les densités les plus faibles, même si elles augmentent autour d'Arlon, dans l'extrême sud-est. De même, le nord-est est moins densément peuplé que la Flandre intérieure, malgré une forte fécondité jusque dans les années 1960. Cette situation […] Lire la suite

BELGIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS
  •  • 20 612 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Sous la domination espagnole »  : […] Peu avant sa mort (1594), Philippe II concéda la souveraineté sur les Pays-Bas (tant du Nord que du Sud) à sa fille Isabelle, qui épousa Albert d'Autriche. La soumission du Nord était évidemment une chimère et les archiducs régnèrent exclusivement sur le Sud. Toutefois, après un siège de quatre ans, le général Ambrogio Spinola reprit Ostende à la République. À l'initiative d'Albert, on engagea de […] Lire la suite

FAYDHERBE LUC (1617-1697)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 313 mots

Il serait sans doute excessif de faire de Luc Faydherbe le Rubens de la sculpture ; la puissance des deux artistes n'est pas comparable. Il n'en reste pas moins que Faydherbe, né et mort à Malines, est, de tous les sculpteurs qui ont travaillé aux Pays-Bas au xvii e  siècle, le plus proche du peintre d'Anvers. Entré en 1636 dans son atelier, il y restera trois ans, et l'on peut voir des œuvres de […] Lire la suite

FLORIS CORNELIS (1514-1575) & FRANS (1516-1571)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie MARQUIS
  •  • 482 mots

Artistes flamands. Cornelis Floris fut un propagateur de l'italianisme dans le domaine de l'architecture et de la sculpture. On lui doit surtout l'hôtel de ville d'Anvers (1561) ; comme son frère Frans, Cornelis conserve, sous un vernis italien, une tradition flamande accusée. Frans I er de Vrient, dit François Floris, petit-fils et fils de sculpteur, se consacra d'abord à l'étude de la sculpture […] Lire la suite

FRANCKEN LES

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 937 mots

Importante dynastie de peintres anversois des xvi e et xvii e  siècles. Frans I (1542-1616) et Ambrosius I le Vieux (1544-1618) appartiennent à l'école de Frans Floris et représentent à Anvers à la fin du xvi e  siècle le même courant conservateur et académique de grande peinture religieuse que Frans Pourbus I et Otto Van Veen (Venius), mais avec plus de raideur grinçante et moins de convenance f […] Lire la suite

FUGGER LES

  • Écrit par 
  • Georges LIVET
  •  • 1 838 mots

Dans le chapitre « Anton, « le prince des marchands » »  : […] Homme de la seconde génération, Anton prend à trente-deux ans la direction de l'affaire. Il a été formé, de même que son frère Raymond, par la méthode classique d'apprentissage commercial : séjour dans les comptoirs de Breslau dès 1512, puis de Bohême et de Hongrie, à Rome enfin où le comptoir des Fugger est devenu, au début du xvi e  siècle, la banque des princes et hauts dignitaires ecclésiastiq […] Lire la suite

HUYSSENS PIETER (1577-1637)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques DUTHOY
  •  • 318 mots

Jésuite qui a été l'un des plus brillants constructeurs de son ordre à une époque où celui-ci élevait en Belgique les plus belles églises baroques. Pieter Huyssens participe à la construction de Saint-Charles-Borromée à Anvers (1615-1621), sans que l'on puisse déterminer exactement quelle part il prit à l'exécution des plans. Il est désigné en 1617 pour diriger les travaux à la mort de son supérie […] Lire la suite

METSYS ou MASSYS QUENTIN (1465/66-1530)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 985 mots
  •  • 2 médias

À la différence de tant d'autres peintres nordiques des xv e et xvi e siècles, Quentin Metsys ne fut jamais oublié et, cas rarissime, était encore considéré en pleine époque baroque comme un très grand peintre dont le souvenir restait intact (cf. les biographies si louangeuses de Fickaert, en 1648, et de Fornenbergh, en 1658). Plus personne ne saurait contester aujourd'hui, à la suite du chroniq […] Lire la suite

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE PEINTURE

  • Écrit par 
  • Lyckle DE VRIES
  •  • 10 174 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'époque des successeurs brillants (XVIIe s.) »  : […] Quand s'ouvre le xvii e  siècle, le travail de pionnier de l'art néerlandais est accompli. Le paysage et la peinture de genre s'étaient déjà émancipés. Le portrait, gloire du xvi e  siècle européen, avait aussi atteint sa spécificité et avait engendré le genre typiquement hollandais du tableau de groupe (portrait en groupe de membres de corps constitués). La nature morte avait commencé sa vie in […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

4 février 2021 Belgique. Condamnation d'un ancien diplomate iranien pour terrorisme.

d’Anvers condamne un ancien diplomate attaché à l’ambassade d’Iran en Autriche, Assadollah Assadi, à vingt ans de prison pour « tentative d’assassinat à caractère terroriste » et « participation à un groupe terroriste », pour avoir coordonné un projet d’attentat contre une réunion du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), un mouvement  […] Lire la suite

12 janvier 2021 Belgique. Procès de l'affaire des visas humanitaires.

d’Anvers condamne l’ancien conseiller communal de Malines (Flandre), Melikan Kucam (Alliance néo-flamande, N-VA), à huit ans de prison, une amende de 696 000 euros et une privation de ses droits civiques et politiques pour dix ans, dans l’affaire des trafics de visas humanitaires révélée en janvier 2019. Melikan Kucam est reconnu coupable de trafic […] Lire la suite

12-26 août 2020 Belgique. Stabilisation de la situation sanitaire.

d’Anvers lève le couvre-feu et annule l’obligation du port du masque dans l’espace public.  […] Lire la suite

1er-27 juillet 2020 Belgique. Report de la phase 5 du déconfinement.

d’Anvers Cathy Berx impose un couvre-feu et le port du masque partout dans la province.  […] Lire la suite

24-25 avril 2019 Belgique. Meurtre d'un enfant dans un centre pour demandeurs d'asile.

Anvers). Le 25, cinq Palestiniens soupçonnés de prise d’otage et de meurtre sont arrêtés. Les membres de la famille de la victime indiquent avoir fait l’objet d’une demande de rançon. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guido PEETERS, Carl VAN DE VELDE, Christian VANDERMOTTEN, « ANVERS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/anvers/