VIEIRA ANTÓNIO (1608-1697)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'homme d'action et l'orateur sacré

Né à Lisbonne, António Vieira va très tôt au Brésil où il entre dans la Compagnie de Jésus à Bahia. Il veut évangéliser les Indiens ; on en fera un professeur. La lutte contre les Hollandais le lance dans la politique. À partir de 1641, il est au Portugal où une profonde amitié le lie bientôt au nouveau roi Jean IV. Il devient son conseiller et son prédicateur attitré. Il voyage en France, en Hollande et à Rome pour des missions officieuses. Ses plans audacieux, ses activités indiscrètes irritent. En 1653, il retourne au Brésil et peut enfin évangéliser et protéger les Indiens. Les colons, furieux, le réexpédient en Europe. L'Inquisition ouvre alors son procès qui dure de 1663 à 1667. La politique le sauve ; il va prêcher à Rome, y triomphe et retourne au Brésil en 1680. Il meurt, ses illusions intactes, à Bahia, dans sa quatre-vingt-dixième année.

Vieira a revu et publié deux cent quatre de ses sermons. Pour l'entendre on réservait sa place à Lisbonne et on se bousculait à Rome. Il a parlé devant les rois et les cardinaux aussi bien que devant les esclaves dont il compare, au début de sa carrière, les souffrances avec celles de Jésus sur la croix. Avec lui la chaire chrétienne devient une tribune politique où tous les grands problèmes du moment sont traités et des solutions proposées. Les fidèles, assurés de ne pas s'ennuyer au sermon, risquent souvent d'être pris à partie. Pour Vieira, chaque sermon est un combat ; il exige toujours quelque chose de son public. Il veut l'efficacité avec passion, parle à chacun le langage qu'il peut entendre et semble connaître tout le monde personnellement. La richesse de son vocabulaire contribue pour beaucoup à l'impression de variété de ses discours. Prédicateur passionné, Vieira est parfois apocalyptique, il ose apostropher Dieu. Son style est souvent heurté. Marqué par le goût de son époque, il est obsédé par la cadence binaire et toujours attentif aux échos verbaux qui peuvent être des indications divines. Malgré cela, des discours entiers conserven [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : doyen de la faculté des lettres et sciences humaines de Poitiers

Classification


Autres références

«  VIEIRA ANTÓNIO (1608-1697)  » est également traité dans :

BRÉSIL - La littérature

  • Écrit par 
  • Mario CARELLI, 
  • Ronny A. LAWTON, 
  • Michel RIAUDEL, 
  • Pierre RIVAS
  •  • 12 484 mots

Dans le chapitre « Une identité en mouvement »  : […] Dès l'origine, deux figures fondatrices dégagent les veines constitutives de l'unité disjonctive de cette littérature, partagée entre enracinement brésilien, avec le bahianais Gregorio de Matos (1633-1697) et ouverture cosmopolite avec le jésuite Antonio Vieira (1608-1697). Un double registre, l'un, interne et vernaculaire, induisant une littérature régionaliste, réaliste voire sociale ; l'autre, […] Lire la suite

PORTUGAL

  • Écrit par 
  • Roger BISMUT, 
  • Cristina CLIMACO, 
  • Michel DRAIN, 
  • José-Augusto FRANÇA, 
  • Michel LABAN, 
  • Jorge MORAÏS-BARBOSA, 
  • Eduardo PRADO COELHO
  •  • 40 038 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Restauration et siècle des Lumières »  : […] L'année 1640 marque le recouvrement de l'indépendance par le Portugal et l'avènement de la dynastie de Bragance. Derrière la grandiose façade baroque, le pays est traversé de courants contradictoires. Tandis que l'aristocratie s'efforce de maintenir son influence en occupant les postes de direction et en s'assurant le monopole de l'exploitation des mines d'or du Brésil, une bourgeoisie d'affaires, […] Lire la suite

Pour citer l’article

Raymond CANTEL, « VIEIRA ANTÓNIO - (1608-1697) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-vieira/