MACHADO ANTONIO (1875-1939)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'heure de la politique

Le problème de l'altérité, suggéré par une douloureuse recherche de communication avec ses semblables, reçut sa solution de l'extérieur. Le « maître » (déguisé en Abel Martín ou en Juan de Mairena) continuait à le débattre pour lui-même quand la guerre civile (1936) mit un terme à la réserve et à l'introversion du poète. Bien que malade, Machado n'hésita pas à prononcer des discours, à collaborer à des journaux politiques, à diriger des institutions de propagande : il luttait comme il pouvait contre le débordement des forces qui, déjà, avaient été responsables du retard et de l'obscurantisme espagnols, dans un dialogue direct avec la nation et avec le peuple. Symptomatique est l'entrée de Marx dans la série de ses penseurs préférés ; Machado voit dans le socialisme, sans infatuation et loin du dogmatisme, une palingenèse nécessaire. Dès lors ses proses demeurent sur le terrain solide de la situation et de la planification politico-culturelle ; dans ses dernières poésies, la guerre est une présence dramatique à laquelle se proportionnent espoirs et indignations, images et affections du passé, du présent. Se retirant devant l'avancée des franquistes et des fascistes, en janvier 1939, Machado passe la frontière française avec une colonne de réfugiés ; un mois plus tard, il meurt, à Collioure, non loin de son pays. Et avec Machado mouraient les espérances de l'Espagne.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MACHADO ANTONIO (1875-1939)  » est également traité dans :

CHAMPS DE CASTILLE, Antonio Machado - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 829 mots

L'installation à Soria, en Castille, d'Antonio Machado (1875-1939), son mariage avec Leonor Izquierdo, en 1909, un séjour à Paris en 1911, tels sont les événements qui précédent la publication en 1912 de Champs de Castille . Après les effusions sentimentales des premiers recueils ( Solitudes, 1903 ; Solitudes. Galeries. Nouveaux Poèmes , 1907), ce livre marque une étape nouvelle. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/champs-de-castille/#i_14342

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 803 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Nouveaux maîtres à penser »  : […] Ganivet était l'ami de Miguel de Unamuno (1864-1936), le maître de la génération de 1898 et l'une des figures capitales de l'Espagne, devenue légende à cause de sa carrière passionnée de lutteur, sa gloire de recteur de l'université de Salamanque, son exil sous Primo de Rivera, son retour triomphal à l'avènement de la république, sa mort solitaire lors de l'entrée des franquistes à Salamanque. Ay […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-arts-et-culture-la-litterature/#i_14342

SYMBOLISME - Littérature

  • Écrit par 
  • Pierre CITTI
  •  • 11 889 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Réception du symbolisme en Europe »  : […] Vers 1890 en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Autriche, en Hollande, en Italie, deux attitudes partagent presque toujours les lettres : nous n'avons pas besoin du symbolisme des Français ; et nous aussi nous sommes symbolistes. Deux attitudes qui peuvent être simultanées : Gabriele D'Annunzio apparaît comme un jeune poète nouveau (c'est-à-dire marqué de modernité européenne et notamment français […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-litterature/#i_14342

Pour citer l’article

Cesare SEGRE, « MACHADO ANTONIO - (1875-1939) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-machado/