LOBO ANTUNES ANTÓNIO (1942- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La mémoire et le grotesque

Les trois romans qui suivent, inspirés par Benfica, le quartier où l'écrivain a grandi, sont placés sous le signe de la nostalgie. Dans le Traité des passions de l'âme (1990), le Portugal des années 1970 alterne avec les années de l'enfance ; le livre est à la fois une satire du cynisme d'État et des milieux terroristes qui donne lieu, une fois encore, à un carnaval fellinien où évoluent des êtres désespérés. L'Ordre naturel des choses (1992), quant à lui, est constitué de dix monologues intérieurs inventés par une mourante pour conjurer son angoisse. Les thèmes, obsédants, sont ceux de la maladie, de la folie, de la solitude, de la mort. Il s'agit cette fois d'un livre grave, où la farce, la dérision, la férocité des œuvres précédentes font place à une grande compassion. Le troisième roman de ce cycle a pour titre La Mort de Carlos Gardel (1994). Revenant sur des thèmes anciens, l'auteur y présente de « petites tragédies de banlieue » évoquant l'incommunicabilité entre époux, entre parents et enfants, autour du lit d'hôpital d'un adolescent mourant d'une overdose.

António Lobo Antunes inaugure ensuite un nouveau cycle consacré au Portugal contemporain. Le Manuel des inquisiteurs (1996), dont le protagoniste, ancien ministre de Salazar, ne parvient pas à se faire à la démocratie, analyse les mécanismes du pouvoir et les rapports complexes entre riches et pauvres. Avec La Splendeur du Portugal (1998), qui reprend ironiquement dans son titre un vers de l'hymne national, le romancier revient sur la colonisation africaine, les relations difficiles entre Noirs et Blancs, et celles, plus difficiles encore, entre anciens colons et Portugais de Lisbonne. Comme dans les romans précédents s'y fait entendre une polyphonie de voix, de multiples soliloques qui se croisent sans se rencontrer, multipliant les points de vue, témoignant aussi et toujours de la solitude désespérée de chacun. Semblable polyphonie se fait entendre dans Exhortation aux crocodiles (1999) où Lobo Antunes évoque, par la voix de femmes meurtries, qui ne font que les pressentir, le [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : professeur des Universités, professeur de portugais à l'université de Lyon-II-Lumière, traductrice

Classification


Autres références

«  LOBO ANTUNES ANTÓNIO (1942- )  » est également traité dans :

LE MANUEL DES INQUISITEURS, António Lobo Antunes - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Alice RAILLARD
  •  • 921 mots
  •  • 1 média

Le Manuel des inquisiteurs, paru en 1996, est le onzième roman de l'écrivain portugais António Lobo Antunes (né en 1942). Le titre de ce roman, qui semble avoir une résonance ibérique, est emprunté à un ouvrage français du xive siècle. Lobo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-manuel-des-inquisiteurs/#i_20582

MON NOM EST LÉGION (A. Lobo Antunes) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 1 038 mots
  •  • 1 média

Parmi les romanciers portugais de sa génération (Maria Velho da Costa, Américo Guerreiro de Sousa, Almeida Faria, Lidia Jorge...), António Lobo Antunes est, depuis la « révolution des œillets », l'un des auteurs les plus originaux, par la richesse de l'écriture, des tonalités et des thèmes. La destinée de sa patrie, l'absurdité du monde, l'obses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mon-nom-est-legion-a-lobo-antunes/#i_20582

QUELS SONT CES CHEVAUX QUI JETTENT LEUR OMBRE SUR LA MER ? (A. Lobo Antunes) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 896 mots

Né en 1942 à Lisbonne dans une famille de la grande bourgeoisie, António Lobo Antunes est un romancier portugais dont l’œuvre commence à la fin des années 1970, après la « révolution des œillets ». Sa précoce vocation littéraire fut d'abord contrariée par des études de médecine et par l'expérience de la gu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quels-sont-ces-chevaux-qui-jettent-leur-ombre-sur-la-mer/#i_20582

Pour citer l’article

Michelle GIUDICELLI, « LOBO ANTUNES ANTÓNIO (1942- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-lobo-antunes/