ANTONELLO DE MESSINE (1430 env.-1479)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Géopolitique et contacts culturels

Antonello de Messine fut un sujet de la couronne d'Aragon. Après le bref règne du roi René Ier d'Anjou (1435-1442), Naples et la Sicile voient se développer le mécénat d'Alphonse V d'Aragon (1442-1458) et de son fils Ferrante Ier. La lettre de renseignements sur l'histoire de la peinture méridionale adressée par l'humaniste napolitain Pietro Summonte, en 1524, à un amateur d'art vénitien, Marcantonio Michiel, évoque le peintre Colantonio comme le maître d'Antonello. Colantonio est un fervent admirateur de la peinture flamande, copiste littéral de plusieurs œuvres de Van Eyck dans les collections du roi d'Aragon, en contact non seulement avec les œuvres de Flamands (Rogier van der Weyden, Petrus Christus), mais aussi avec les interprétations créatives de la peinture flamande par les peintres provençaux de l'entourage de René d'Anjou (Barthélemy d'Eyck, Enguerrand Quarton), et par les peintres ibériques, notamment valenciens, actifs à Naples (Jacomart Baço, Pere Reixach). Formé à Naples dans son atelier, Antonello a pu ainsi avantageusement compenser sa marginalité géographique grâce à ces stratifications et convergences culturelles venues du Ponant.

Durant la première partie de son activité professionnelle (vers 1455-1475), Antonello tient un atelier familial et répond sans concurrence aux commandes d'images religieuses de la Sicile orientale et de la côte calabraise. Remarqué sans doute par la colonie vénitienne de Messine, il semble avoir étéattiré à Venise par la perspective d'y élargir ses commandes de portraits. La navigation autour de la mer Méditerranée, accrue par les liens politiques entre Valence, Barcelone, Marseille et Naples, faisait nécessairement escale à Messine. Dans ce port franc, les galées vénitiennes relâchaient deux fois par an dans leurs périples vers les Flandres, et c'est vraisemblablement cette opportunité qu'utilisa Antonello lorsqu'il se rendit à [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Autoportrait, A. de Messine

Autoportrait, A. de Messine
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Crucifixion, A. de Messine

Crucifixion, A. de Messine
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Le Christ mort porté par un ange, A. de Messine

Le Christ mort porté par un ange, A. de Messine
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Portrait d'homme dit Le Condottiere, A. de Messine

Portrait d'homme dit Le Condottiere, A. de Messine
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure de Sèvres, maître de conférences en histoire de l'art des Temps modernes à l'université de Provence

Classification

Autres références

«  ANTONELLO DE MESSINE (1430 env.-1479)  » est également traité dans :

CARPACCIO VITTORE (1460 env.-1526)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 2 784 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Antonello de Messine »  : […] Le séjour d'Antonello de Messine à Venise (1475-1476) a profondément marqué le milieu dans lequel s'est formé Carpaccio. Antonello révèle aux peintres de la lagune un univers pictural où la lumière modèle des formes simples, équilibre la composition et donne à la surface peinte une densité nouvelle. Carpaccio découvre-t-il cet univers à travers Montagna, Alvise Vivarini, Giovanni Bellini ou par le […] Lire la suite

LUMINISME, peinture

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 426 mots

La première intuition du luminisme, c'est-à-dire du rôle de la lumière dans l'organisation cohérente des formes par le jeu des valeurs tonales, s'exprime à Venise à partir des leçons recueillies par Antonello de Messine chez les Flamands. Si Léonard de Vinci sait exploiter avec une géniale aisance les mystérieux pouvoirs de l'ombre et de la lumière — du noir et du blanc —, c'est dans l'œuvre de Gi […] Lire la suite

SICILE

  • Écrit par 
  • Maurice AYMARD, 
  • Michel GRAS, 
  • Claude LEPELLEY, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉCHOUX
  •  • 17 946 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le Quattrocento »  : […] Replacée dans l'orbite politique et économique catalane, la Sicile sort de son isolement architectural pour accueillir à nouveau l'art gothique, un gothique tardif, sous ses deux formes alors dominantes : gothique napolitain « durazzesque », caractérisé par des arcs surbaissés et la préférence accordée aux plafonds sur la voûte d'ogives (représenté principalement autour de Messine, on le retrouve […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Martine VASSELIN, « ANTONELLO DE MESSINE (1430 env.-1479) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/antonello-de-messine/