ANTON REISER, Karl Philipp MoritzFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Prestige et méfaits de l'imagination

Plusieurs aspects du récit exercent une fascination profonde sur les lecteurs modernes. Même si Moritz prend soin d'organiser et de recomposer le réel, l'ouvrage se caractérise par sa valeur « documentaire » : il nous fait découvrir la vie du petit peuple et des artisans au xviiie siècle, des chapeliers, des cordonniers, des bouchers, leurs idées religieuses, leurs superstitions, leurs lectures, leurs intérêts. On apprend à connaître les matières enseignées et les méthodes d'enseignement dans les écoles, la hiérarchie des élèves, les manifestations solennelles qui, dans une cité allemande, brisent la monotonie du quotidien. Mais Anton Reiser est surtout, comme l'indique le sous-titre (ein psychologischer Roman), un « roman psychologique ». Il explore avec une rare minutie l'instabilité de l'âme du protagoniste et, non sans une certaine distance rétrospective, décrit sa mélancolie : ses sautes d'humeur, ses espoirs, ses illusions et ses frustrations, ses moments de joie et d'abattement qui alternent de façon cyclique.

Pour Anton Reiser, la réalité extérieure ne joue guère que le rôle de catalyseur. Elle renvoie aux mouvements de son âme. Le réel se transforme ainsi en un système de signes. Dans une perspective qui fait penser à Proust, Karl Philipp Moritz souligne par exemple le pouvoir d'évocation des sensations et des images, mais aussi de certains mots et de certains discours : « Le nom Hanovre avait une sonorité magnifique à ses oreilles et, avant même de la voir, il se représentait une ville remplie de maisons et de clochers très grands, d'aspect clair et lumineux.

Brunswick lui paraissait être oblongue, sombre et plus grande, et, dans son esprit, Paris était avant tout, d'après l'impression obscure qu'il tirait du nom, pleine de maisons claires et blanches. »

On le voit, le roman de Moritz décrit de façon saisissante le prestige et les méfaits de l'imagination. Cette faculté, comment ne serait-elle pas développée chez quelqu'un pour qui le réel n'est guère que source de vexations et de déconvenues ? C'est là enfin que réside l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : agrégé d'allemand, ancien élève de l'École normale supérieure, maître de conférences à l'université de Paris-VIII

Classification

Autres références

«  ANTON REISER, Karl Philipp Moritz  » est également traité dans :

MORITZ KARL PHILIPP (1727-1793)

  • Écrit par 
  • Michel-François DEMET
  •  • 722 mots

Écrivain allemand né à Hameln, le 15 septembre 1727, Karl Philipp Moritz est mort à Berlin le 26 juin 1793. Le milieu modeste où il est né, son enfance pauvre d'apprenti errant sur les routes d'Allemagne l'ont définitivement marqué. Il fréquente tant bien que mal diverses « écoles de latin », voit dans le théâtre le moyen d'une ascension sociale et d'une libération psychologique. Nommé en 1789 pro […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian HELMREICH, « ANTON REISER, Karl Philipp Moritz - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/anton-reiser/