DUHAMEL ANTOINE (1925-2014)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le compositeur de musiques de films

En 1957, un ami qui ne peut assurer l'écriture d'une musique pour un film publicitaire lui demande de le remplacer. Antoine Duhamel entre donc de nouveau dans le monde de l'image, mais par la petite porte. Malgré les contraintes et la frustration que cela peut représenter, il assume totalement cette activité dont il a toujours dit qu'elle lui avait appris tout ce que sa formation initiale ne lui avait jamais enseigné, c'est-à-dire à composer des javas, du jazz, des paso doble. En 1961, il écrit dans un esprit plutôt moderne un concerto pour orgue et cordes pour Diamètres, un court-métrage de Philippe Condroyer. Il prend alors conscience « qu'une musique composée pour un film pouvait avoir une vie propre, indépendante, comme une œuvre à part entière ».

Après avoir écrit la partition du Chevalier de Maison-Rouge de Claude Barma, premier feuilleton historique de la télévision française, Antoine Duhamel rencontre Jean-Daniel Pollet, qui se prépare à tourner Méditerranée (1963). Pour ce poème visuel sur le creuset de notre monde, sur le rapport entre soleil et mort, il compose trois grands motifs : le thème de la mer, qui évoque le désespoir de la jeunesse et de la mort ; une ballade inspirée d'un thème de bouzouki mais modernisée par l'emploi d'une guitare électrique ; un grand thème grave et sombre issu d'un duo pour violon et violoncelle écrit en 1955. La collaboration avec Pollet se poursuivra à travers de nombreux films, notamment L'Acrobate (1975), Dieu sait quoi (1992) et Ceux d'en face (2000). En 1964, Duhamel signe notamment les musiques de Tintin et les oranges bleues de Philippe Condroyer et du Voleur de Tibidabo de Maurice Ronet. L'année suivante, il rencontre Jean-Luc Godard, qui lui commande la musique de Pierrot le fou : il ne donne aucune indication précise, sa seule demande étant de lui composer des thèmes dans le style de Schumann. Duhamel réalise que la dualité du personnage Ferdinand-Pierrot correspond à la schizophrénie de Schumann. Pour ce film sur l'amour et sur la mort, il décide de bâtir une musique centrée sur [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Juliette GARRIGUES, « DUHAMEL ANTOINE - (1925-2014) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-duhamel/