ANTIMOINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Triage du minerai

Triage du minerai
Crédits : Three Lions/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Antimoine : propriétés physiques

Antimoine : propriétés physiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Oxyde d'antimoine III

Oxyde d'antimoine III
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau


Historique

Un vase chaldéen en antimoine pur datant d'environ quatre mille ans avant notre ère a été retrouvé.

Les Égyptiens des Ve et VIe dynasties se servaient de récipients en cuivre recouvert d'antimoine pour le transport de l'eau.

La Bible mentionne le sulfure d'antimoine : Jézabel se fardait les yeux avec de la stibine. Cette pratique était répandue parmi les Égyptiens pour des raisons à la fois d'esthétique et d'hygiène ; Grecs, Romains et Chinois connaissaient également ses vertus curatives. Au xve siècle, un personnage mystérieux, le moine Basile Valentin, décrit dans un pamphlet célèbre, Triumphwagen des Antimonii (Le Char triomphal de l'antimoine), les propriétés de la plupart des composés usuels à côté de la préparation du métal et de ses alliages. Partant de la capacité qu'a l'antimoine de libérer l'or de ses impuretés, il lui attribuait les mêmes effets sur l'organisme humain.

L'utilisation des composés antimoniés en thérapeutique interne fut fréquente à la fin du xvie siècle. Des abus entraînèrent de nombreux accidents mortels et furent à l'origine d'une querelle entre les facultés de Montpellier et de Paris. Cette dernière en fit même interdire l'emploi. Cependant, les dérivés organiques de l'antimoine sont encore utilisés de nos jours dans la lutte contre divers parasites internes. À cette vulgarisation des composés antimoniés se rattache un vocabulaire désuet et curieux qui a parfois subsisté jusqu'à nos jours : le kermès minéral est l'oxysulfure naturel et l'émétique (ou tartre stibié) est un dérivé tartrique d'antimoine et de potassium. Le trioxyde, l'oxychlorure, le pentasulfure et le trichlorure étaient appelés respectivement fleurs argentines d'antimoine, poudre d'algaroth, soufre doré et beurre d'antimoine.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : docteur ès sciences, maître assistant à l'université de Haute-Normandie

Classification


Autres références

«  ANTIMOINE  » est également traité dans :

ARSENIC

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 4 537 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Propriétés »  : […] Au sein de la classification périodique des éléments, l'arsenic se situe au milieu de la cinquième colonne : il succède à l'azote et au phosphore typiquement non métalliques dont les degrés d'oxydation fondamentaux sont − III, + III et + V ; il précède l' antimoine et le bismuth chez lesquels le caractère métallique s'accentue avec prépondérance presque exclusive du degré d'oxydation + III. L'ars […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arsenic/#i_3015

CHINE - Les régions chinoises

  • Écrit par 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 11 735 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les basses montagnes du Jiangnan »  : […] Au sud du Yangzi, en contrebas des Wuyishan à l'est, des montagnes de Guizhou à l'ouest et des Nanling au sud, s'étend une zone confuse de basses montagnes qui s'élève de 150 mètres au nord à 400 mètres au sud. Elles correspondent approximativement aux deux provinces du Hunan et du Jiangxi, que les géographes chinois groupent sous le nom de « Jiangnan ». Aux confins des deux provinces, un certa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-les-regions-chinoises/#i_3015

PHARMACOLOGIE

  • Écrit par 
  • Edith ALBENGRES, 
  • Jérôme BARRE, 
  • Pierre BECHTEL, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT, 
  • Georges HOUIN, 
  • Henri SCHMITT, 
  • Jean-Paul TILLEMENT
  •  • 20 274 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « De l'âge magique aux découvertes des « chimiatres » »  : […] Les origines sont lointaines et datent vraisemblablement des âges préhistoriques. Nos ancêtres arboricoles avaient probablement remarqué les effets sur l'organisme des narcotiques, tel l'opium, ainsi que les propriétés cathartiques de certaines plantes. L'utilisation par les peuplades primitives de stimulants, d'hypnotiques et de poisons pour la chasse ou la pêche appuie cette hypothèse. Les effe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pharmacologie/#i_3015

PLOMB

  • Écrit par 
  • Claude FOUASSIER, 
  • Michel PÉREYRE, 
  • Michel RABINOVITCH, 
  • Jean-Louis VIGNES
  •  • 6 741 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Propriétés et usages du métal et de ses alliages »  : […] Les propriétés du plomb sont données dans le tableau 2. Le plomb possède quatre isotopes naturels non radioactifs ; sa masse atomique varie, selon son minerai d'origine, de 207,19 à 207,27, la composition isotopique dépendant des apports de plomb radiogénique provenant de la désintégration de l'uranium et du thorium. Il est mauvais conducteur de l'électricité. La température critique, 7,2 K, au-de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plomb/#i_3015

SULFURES ET SULFOSELS NATURELS

  • Écrit par 
  • Roland PIERROT, 
  • Guy ROGER
  •  • 6 119 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Stibine »  : […] La stibine Sb 2 S 3 , orthorhombique (P  bnm ), est fréquemment bien cristallisée en prismes allongés et striés verticalement et pouvant atteindre 40 cm de longueur. En général, la stibine est en agrégats aciculaires, radiés, en masses fibreuses ou en fines aiguilles disséminées dans la gangue. Sa couleur gris de plomb est souvent ternie en bleu noirâtre. Le clivage parfait d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sulfures-et-sulfosels-naturels/#i_3015

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean PERROTEY, « ANTIMOINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/antimoine/