ANTIGONE (mort en -37) roi des Juifs (-40--37)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'Aristobule II, Antigone est le dernier roi asmonéen. Son règne est marqué par la lutte pour le pouvoir entre les Asmonéens et les Hérodiens d'Idumée.

À son arrivée en ~ 63 en Judée, Pompée dépose le roi Aristobule II et l'emmène à Rome comme prisonnier où, libéré par César, il est assassiné par les partisans de Pompée. Après le départ d'Aristobule II de Judée, Pompée avait nommé le frère aîné d'Aristobule, Hyrcan (ou Hyrkan) II, grand prêtre et ethnarque ; le titre de roi lui fut refusé. Il ne restait donc du côté asmonéen à prétendre au titre de roi de Judée, Aristobule II étant prisonnier à Rome, que les deux fils de celui-ci, Antigone et Alexandre, recueillis par Ptolémée de Chalcis, roi des Ituréens. Lysanias, fils et successeur de Ptolémée, intervint par la suite en faveur d'Antigone. En ~ 57, Alexandre essaya de prendre le pouvoir, sans succès. Il fut décapité en ~ 49. Hyrcan II fut agréé par les Romains et par Antoine ; il était secondé du côté hérodien par les fils d'Antipater, Phasaël et Hérode, devenus tétrarques ; mais l'offensive des Parthes, qui met fin au pouvoir romain en Syrie et leur permet d'entrer en Palestine, favorise Antigone qu'ils proclament roi de Judée. Phasaël et Hyrkan II furent pris et Hérode s'enfuit. À la suite de ces événements, Phasaël se suicida et Hyrcan II, après avoir été maltraité par les Parthes, eut les oreilles coupées par son neveu Antigone ; cette mutilation l'empêchait de redevenir grand prêtre — charge qu'on ne peut exercer que si l'on est exempt de toute tare corporelle. C'est Antigone qui reçut alors la dignité de grand prêtre. Des monnaies de bronze l'attestent, qui portent l'exergue « Basileôs Antigonou » autour d'une couronne de feuillage, et au revers en hébreu « Mattathias le grand prêtre ». Antigone essaie d'étendre son pouvoir sur l'Idumée mais il échoue devant Massada. En ~ 40, le sénat romain nomme Hérode roi de Juda. En ~ 39, Hérode débarque à Ptolémaïs, mais il doit entreprendre, contre Antigone, une guerre qui dure deux ans. Hérode, appuyé par les légions romaines, assiège enfin Jérusalem avec trente-cinq mille hommes environ ; il brise l'aristocratie sadducéenne et se livre à un véritable carnage. Antigone est fait prisonnier et, emmené à Antioche, il subit des humiliations et des supplices inouïs pour un roi ; il est finalement décapité. Avec lui disparaît le dernier membre de la dynastie asmonéenne.

—  Marguerite JOUHET

Écrit par :

  • : membre de l'Association catholique française pour l'enseignement de la Bible

Classification


Autres références

«  ANTIGONE (mort en ~37) roi des Juifs (~40-~37)  » est également traité dans :

PALESTINE

  • Écrit par 
  • Ernest-Marie LAPERROUSAZ, 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 31 610 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les deux derniers siècles de la Jérusalem juive : de la prise de la ville par Pompée (63 av. J.-C.) à la fin de la « Guerre d'Hadrien » (135 apr. J.-C.) »  : […] tétrarque de Galilée et Samarie. Mais, en 40, les Parthes envahissent le pays, se saisissant d'Hyrcan et de Phasaël, nommant roi et grand prêtre Antigone (40-37), et livrant à ce dernier leurs deux captifs : Phasaël se suicidera, et Hyrcan sera mutilé – afin de lui enlever toute possibilité de redevenir grand prêtre – puis emmené en Parthyène […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/palestine/#i_21158

Pour citer l’article

Marguerite JOUHET, « ANTIGONE (mort en -37) roi des Juifs (-40--37) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/antigone-mort-en-37-roi-des-juifs-40-37/