ANTICORPS MONOCLONAUX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Molécules thérapeutiques

À l'origine, la grande majorité des essais cliniques ont donné des résultats décevants, à l'exception de l'anticorps OKT3, utilisé dans la prévention du rejet aigu des allogreffes. Plusieurs facteurs furent à l'origine de cette désillusion : choix hâtifs d'anticorps aux propriétés mal contrôlées (affinité médiocre, spécificité douteuse, faible capacité à recruter les cellules effectrices du système immunitaire), modes d'administration empiriques et surtout origine non humaine des anticorps. Les anticorps de première génération ont donc constitué des outils remarquables pour la recherche, mais décevants pour l'immuno-intervention thérapeutique.

Les connaissances sur la structure des anticorps et les progrès de la biologie moléculaire ont permis d'améliorer progressivement l'utilisation thérapeutique des immunoglobines. Un anticorps est constitué de deux chaînes, une chaîne lourde et une chaîne légère, chacune possédant une région variable, responsable de la fixation à l'antigène, et une région constante, assurant les interactions avec des molécules « tueuses » (les molécules du complément) ou avec des cellules de l'immunité (exprimant des récepteurs pour ces régions constantes, ou RFc), telles que les macrophages, les polynucléaires ou les cellules natural killer...).

Ces deux régions étant codées par des gènes différents, les chercheurs ont fabriqué des anticorps chimériques homme-souris en associant les gènes humains des régions constantes aux gènes de souris des régions variables de l'anticorps monoclonal initial. Les anticorps chimériques sont beaucoup moins immunogènes, étant composés à près de 80 p. 100 de séquences d'origine humaine, et, la région constante étant désormais humaine, leurs propriétés effectrices sont fortement améliorées. Certains anticorps chimériques ont donné des résultats cliniques encourageants, ce qui a conduit à leur approbation par la Food and Drug Administration américaine et à l'obtention d'autorisations européennes de mise sur le marché (anticorps anti-HER2/Neu, un ré [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale
  • : maître de conférences à l'université de Nancy-I

Classification


Autres références

«  ANTICORPS MONOCLONAUX  » est également traité dans :

ANTIGÈNES

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF
  •  • 7 370 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les déterminants antigéniques (structure épitopique des Ag) »  : […] Le concept de déterminant (site) antigénique élaboré dès 1950 est actuellement un des paradigmes fondamentaux de l'immunologie. Les premiers travaux qui ont étayé ce concept ont été menés entre 1930 et 1965. Ils concernent l'étude de la réactivité des haptènes, des antigènes (protéines et polyosides) et de leurs fragments obtenus par clivage enzymatique ou chimique avec les anticorps homologues ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antigenes/#i_94646

AUTO-IMMUNITAIRES MALADIES ou AUTO-IMMUNES MALADIES

  • Écrit par 
  • Guy-André VOISIN
  •  • 2 600 mots

Dans le chapitre « Perspectives thérapeutiques »  : […] Les traitements utilisés, expérimentés ou envisagés sont de divers ordres. Les traitements symptomatiques, les premiers utilisés sont encore les principaux. Essentiellement substitutifs dans les M.A.I. spécifiques d'organe : insuline dans le diabète, thyroxine dans le myxœdème, vitamine B12 dans la maladie de Biermer, etc. et anti-inflammatoires dans les M.A.I. systémiques : stéroïdiens (corticoïd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladies-auto-immunitaires/#i_94646

BIOLOGIE - La biologie moléculaire

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 7 385 mots
  •  • 11 médias

La biologie moléculaire n'est pas en elle-même une discipline, c'est une expression commode pour désigner la « molécularisation » de la biologie, autrement dit le rôle central de l'approche moléculariste dans l'étude de la vie. Chacun y met à peu près le même contenu : la traduction des phénomènes du vivant – et en particulier la transmission et l'expression des caractères héréditaires – en terme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biologie-la-biologie-moleculaire/#i_94646

CANCER - Cancer et santé publique

  • Écrit par 
  • Maurice TUBIANA
  •  • 14 709 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Perspectives thérapeutiques nouvelles »  : […] Le choix d'un traitement dépend du type de la tumeur et de son extension au niveau local et à distance (métastases). Il nécessite une connaissance pratique des différentes possibilités d'action. Dans de nombreux cas, le traitement peut faire appel successivement ou simultanément à différents types de thérapeutique. Par exemple, l'acte chirurgical pourra être précédé ou suivi de chimiothérapie, ch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cancer-cancer-et-sante-publique/#i_94646

FIÈVRES HÉMORRAGIQUES VIRALES

  • Écrit par 
  • Yannick SIMONIN
  •  • 4 736 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Thérapeutiques et prévention des fièvres hémorragiques virales »  : […] La rareté relative et l'occurrence sporadique de ces maladies, associées à des considérations éthiques, constituent un obstacle majeur à la conduite d’essais cliniques sur l'homme, entravant le développement de nouvelles stratégies d'intervention. Les modèles animaux reproduisant fidèlement la plupart des aspects de la maladie humaine sont donc essentiels pour l'évaluation de nouveaux vaccins et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fievres-hemorragiques-virales/#i_94646

GÉNOMIQUE - Les fusions cellulaires

  • Écrit par 
  • Georges BARSKI, 
  • Marc FELLOUS, 
  • France LATRON
  •  • 3 122 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Hybridomes et production d'anticorps monoclonaux »  : […] Une des premières applications de l'hybridation cellulaire somatique a été la fusion entre cellules d'un myélome de souris et lymphocytes d'une souris immunisée (fig. 3). L'hybride obtenu, appelé hybridome , permet d'obtenir des clones cellulaires produisant des anticorps in vitro . Ce sont des lignées permanentes produisant des anticorps monospécifiques et homogènes en quan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genomique-les-fusions-cellulaires/#i_94646

HÉMATOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean BERNARD, 
  • Michel LEPORRIER
  •  • 8 445 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Traitements « ciblés » »  : […] La chimiothérapie des leucémies est toxique sur les cellules malignes, mais aussi sur les cellules ayant un rythme de renouvellement rapide, notamment les cellules normales du sang. Le rêve de l'hématologiste est de disposer de traitements attaquant spécifiquement et exclusivement les cellules leucémiques. Ce rêve est aujourd'hui réalité. La première est représentée par les anticorps dit monoclon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hematologie/#i_94646

IMMUNITÉ, biologie

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF, 
  • Michel FOUGEREAU, 
  • Dominique KAISERLIAN-NICOLAS, 
  • Jean-Pierre REVILLARD
  •  • 21 516 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Réponse humorale »  : […] Les effecteurs moléculaires de cette réponse sont les anticorps constitués par les immunoglobulines présentes à l'état soluble dans le plasma et la plupart des autres liquides biologiques de l'organisme, y compris le colostrum et le lait. Les anticorps sont synthétisés et sécrétés souvent en quantités élevées, voire massives, par les plasmocytes , qui peuvent produire jusqu'à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immunite-biologie/#i_94646

IMMUNOCHIMIE - Réaction antigène-anticorps

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF
  •  • 9 372 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Techniques de mesure des interactions primaires antigène-anticorps ou haptène-anticorps »  : […] De nombreuses techniques physiques permettent la mesure de l'affinité intrinsèque et donc l'interaction primaire. Elles sont pour la plupart basées sur la séparation des molécules de ligand libre et de ligand lié aux anticorps sans toutefois perturber l'équilibre représenté par l'équation (3). Le système expérimental consiste à incuber à une température donnée une quantité fixe d'anticorps et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immunochimie-reaction-antigene-anticorps/#i_94646

IMMUNOPATHIES

  • Écrit par 
  • Jean-François BACH, 
  • Jean-Claude BROUET, 
  • Claude GRISCELLI, 
  • Pierre VERROUST, 
  • Guy-André VOISIN
  •  • 11 761 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Monoclonalité et état de différenciation des cellules leucémiques dans les syndromes immunoprolifératifs »  : […] Comme la majorité des tumeurs malignes ou bénignes, les cellules qui prolifèrent chez un malade donné appartiennent toutes au même clone cellulaire, c'est-à-dire sont issues d'une seule cellule ayant subi le(s) événement(s) conduisant à la transformation maligne. Ce fait a été démontré par des études cytogénétiques, enzymatiques et immunologiques. La synthèse d'immunoglobulines (Ig) homogènes (mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immunopathies/#i_94646

KÖHLER GEORGES (1946-1995)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 539 mots

Immunologiste allemand, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1944 (conjointement à César Milstein et Niels Jerne), pour le développement d'une technique de production d'anticorps monoclonaux. Ces molécules protéiques pures, toutes identiques, capables de reconnaître avec une grande sensibilité l'antigène correspondant, sont utilisées dans le diagnostic et le traitement de nombreuses maladies. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-kohler/#i_94646

MICROSCOPIE

  • Écrit par 
  • Christian COLLIEX, 
  • Jean DAVOUST, 
  • Étienne DELAIN, 
  • Pierre FLEURY, 
  • Georges NOMARSKI, 
  • Frank SALVAN, 
  • Jean-Paul THIÉRY
  •  • 19 715 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « « Voir » l'ultrastructure des tissus et des cellules »  : […] L' observation des tissus ou des cellules en culture a bénéficié des progrès des méthodes de fixation et d' inclusion qui permettent la réalisation en routine de coupes fines (0,1 μm) dans différents types de résines, éventuellement hydrosolubles, qui sont choisies en fonction de ce qu'on cherche à voir dans les objets inclus. Des cellules ayant subi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microscopie/#i_94646

MILSTEIN CÉSAR (1927-2002)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc TEILLAUD
  •  • 881 mots

Biochimiste britannique d'origine argentine qui a reçu, avec l'Allemand Georg J. F. Köhler (1946-1995) et le Danois Niels K. Jerne (1911-1994), le prix Nobel de physiologie ou médecine en 1984. Le nom de Milstein, ainsi que celui de Georg Köhler, reste associé à l'une des grandes découvertes technologiques de l'immunologie moderne : la fabrication des anticorps monoclonaux, c'est-à-dire d'anticor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cesar-milstein/#i_94646

PRIX NOBEL DE PHYSIOLOGIE OU MÉDECINE 2018

  • Écrit par 
  • Emmanuel DONNADIEU
  •  • 1 194 mots
  •  • 1 média

Le prix Nobel de physiologie ou médecine a été attribué le 1 er  octobre 2018 à l’Américain James P. Allison et au Japonais Tasuku Honjo pour leurs travaux ayant permis de faire avancer la connaissance dans le traitement du cancer . Ces deux chercheurs ont montré comment des protéines présentes sur certaines cellules immunitaires peuvent être utilisées pour manipuler le s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prix-nobel-de-physiologie-ou-medecine-2018/#i_94646

THÉRAPEUTIQUE - Immunorégulation

  • Écrit par 
  • Didier FRADELIZI
  •  • 6 834 mots

Dans le chapitre « Anticorps dirigés contre les cellules immunitaires »  : […] La compréhension des mécanismes du rejet des greffes et notamment du rôle respectif des deux sous-catégories de lymphocytes T (lymphocytes T auxiliaires CD4 + qui reconnaissent les disparités antigéniques entre l'hôte receveur et le greffon, lymphocytes tueurs CD8 + qui détruisent les cellules étrangères par contact direct) a permis de mettre au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/therapeutique-immunoregulation/#i_94646

TRANSPLANTATION D'ORGANES

  • Écrit par 
  • Henri BISMUTH, 
  • Jean-François DELFRAISSY, 
  • Jean DORMONT, 
  • Jean HAMBURGER, 
  • Didier SAMUEL
  •  • 5 602 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le traitement et la surveillance du receveur »  : […] Il est nécessaire de traiter le receveur d'organe par des médications capables de diminuer l'intensité de ses réactions immunologiques contre l'homotransplant. Les médicaments «  immunosuppresseurs" les plus couramment employés sont les suivants. L' azathioprine , spécialisée sous le nom d' Imuran ou Imurel, est un corps de la série chimique des purines qui déprime électiveme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/transplantation-d-organes/#i_94646

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Luc TEILLAUD, Michel MAUGRAS, « ANTICORPS MONOCLONAUX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/anticorps-monoclonaux/