ANTICIPATIONS, économie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La formation des anticipations

Nature et mesure des anticipations

La distinction suggérée par Gunnar Myrdal (1933) entre l'ex ante (a priori) et l'ex post (a posteriori) est au cœur de la dynamique économique : il n'y a aucune raison pour que les prévisions coïncident exactement avec les variations effectives ; de l'écart constaté par les agents entre les deux types de grandeurs découlent des adaptations des comportements et les mouvements économiques.

Gunnar Myrdal

Photographie : Gunnar Myrdal

Photographie

Le Suédois Karl Gunnar Myrdal (1898-1987), Prix Nobel d'économie avec Friedrich von Hayek en 1974. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Plusieurs critères permettent de distinguer les anticipations de concepts voisins, et diverses catégories d'anticipations :

– Le degré de contrôle. Est posée ici la question de l'articulation entre le plan et l'anticipation, la pondération entre le souhaitable (dimension normative) et le probable (aspect « positif »). Dès 1939, Erik Lindahl élaborait une théorie du planning individuel : les plans sont conditionnés à la fois par les anticipations et par l'évaluation des diverses conséquences des actions menées, compte tenu des prévisions. Henri Theil (1965) poussait plus loin la distinction. D'après lui, un agent ne peut concevoir de plan que pour les variables exclusivement contrôlées par lui. Pour les autres variables, même celles qui sont partiellement contrôlées, il ne peut former à leur sujet que des anticipations. Dans le même esprit, Leif Johansen (1977) suggérait une typologie plus fine. La projection désigne toute description de l'état futur de l'économie, sans hypothèse aucune sur sa probabilité d'occurrence ou son caractère souhaitable. La prévision consiste en une représentation de l'état futur de l'économie, considérée par l'agent comme probable, voire la plus probable. La planification introduit dans la prévision une dimension normative, en pondérant le probable et le souhaitable.

– Le degré de certitude. La certitude des anticipations recouvre deux situations qu'il convient de dissocier. Les anticipations certaines évoquent tout d'abord l'absence d'erreurs de prévision. Poser a priori une telle hypothèse, c'est méconnaître l'incertitude dans laquelle se trouvent p [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Gunnar Myrdal

Gunnar Myrdal
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Milton Friedman

Milton Friedman
Crédits : George Rose/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Courbe de Phillips

Courbe de Phillips
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Courbe de Phillips de longue période

Courbe de Phillips de longue période
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ANTICIPATIONS, économie  » est également traité dans :

BANQUES CENTRALES

  • Écrit par 
  • Sylvie DIATKINE
  •  • 6 873 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La recherche de crédibilité »  : […] Depuis 1980, dans un contexte de développement et de libéralisation des marchés financiers internationaux et des innovations financières, de désinflation, la politique monétaire a recherché une « crédibilité » qui a coïncidé avec les idées des « nouveaux classiques » (Robert Lucas, 1972). Il est apparu que les anticipations des agents économiques étaient déterminantes dans la réussite des politiq […] Lire la suite

BOURSE - Marchés de valeurs mobilières

  • Écrit par 
  • Daniel GOYEAU, 
  • Amine TARAZI
  •  • 8 114 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Les fluctuations des cours sont-elles prévisibles ? »  : […] Un élément essentiel pour comprendre l'évolution des cours en bourse est le rôle clé joué par les anticipations des agents économiques. Acheter une action ou une obligation, c'est acheter une chronique de flux futurs de revenus (et éventuellement un flux de revente) procurés par cette action ou cette obligation. Si les revenus (les coupons) sont connus d'avance pour une obligation à taux fixe, il […] Lire la suite

CHANGE - Les opérations de change

  • Écrit par 
  • Henri BOURGUINAT, 
  • Gunther CAPELLE-BLANCARD
  •  • 7 002 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'opportunité »  : […] Les entreprises qui travaillent sur le marché international ont trois possibilités pour gérer le risque de change auquel leurs opérations les exposent : ne jamais se couvrir, le faire systématiquement, adopter une attitude sélective. La première attitude serait hasardeuse tant les évolutions non anticipées des cours de change sont nombreuses et les pertes constatées fréquentes. Se couvrir systémat […] Lire la suite

CHANGE - Les théories du change

  • Écrit par 
  • Hélène RAYMOND-FEINGOLD
  •  • 9 061 mots

Dans le chapitre «  Le renouvellement des théories du taux de change d'équilibre à moyen et long terme »  : […] L'incapacité des modèles traditionnels à prévoir les fluctuations de change à court terme a réorienté la recherche en macroéconomie ouverte vers l'analyse de la dynamique du cours de change à moyen et long terme. En effet, le poids des anticipations sur le taux de change futur, élevé dans les mouvements de change à court terme, faiblit largement à plus long terme. Longtemps limitées à l'hypothèse […] Lire la suite

CHANGE - Le système monétaire international

  • Écrit par 
  • Henri BOURGUINAT, 
  • Gunther CAPELLE-BLANCARD
  •  • 6 569 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le flottement des monnaies »  : […] Après la seconde dévaluation du dollar (février 1973), les banques centrales autres que celle des États-Unis décident, en mars 1973, de ne plus se considérer comme tenues d'acquérir des dollars au cas où leur monnaie dépasserait la marge de fluctuation par rapport au cours pivot antérieur. Le flottement des monnaies s'installe de facto. Les États-Unis se refusant eux-mêmes, traditionnellement, à […] Lire la suite

CONJONCTURE

  • Écrit par 
  • Philippe NASSE
  •  • 4 565 mots

Dans le chapitre « La conjoncture et son environnement »  : […] Cet effort pour décrire, expliquer et prévoir la situation conjoncturelle n'a pas pour seul motif le désir de connaissance. En effet, les agents économiques dont les comportements sont l'objet de l'analyse conjoncturelle sont aussi intéressés par le résultat de cette étude. Acteurs d'un jeu dans lequel ils font des choix, ils sont aussi observateurs du jeu, attentifs à utiliser la liberté de décis […] Lire la suite

CRISES ÉCONOMIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Charles ASSELAIN, 
  • Anne DEMARTINI, 
  • Pascal GAUCHON, 
  • Patrick VERLEY
  •  • 21 774 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Crise du capitalisme ou crise de l'État »  : […] Le retour de la crise surprend des économistes qui s'étaient habitués à une croissance indéfinie ; les keynésiens en particulier sont déroutés mais aussi, fait plus surprenant, les marxistes. La crise économique provoque ainsi une crise de la pensée économique dont émergent deux grandes écoles : la théorie de la régulation et le renouveau libéral. Les théoriciens de la régulation partent de la cr […] Lire la suite

CRISES FINANCIÈRES - Instabilité financière

  • Écrit par 
  • Dominique PLIHON
  •  • 7 126 mots

Dans le chapitre « L'explication des crises de change »  : […] Après les crises bancaires, les crises de change – c'est-à-dire la baisse brutale du cours des monnaies résultant d'attaques spéculatives – constituent la deuxième manifestation de l'instabilité financière. La dernière décennie du xx e  siècle a été marquée par des crises de change fréquentes, que ce soit en Europe (crise du système monétaire européen [S.M.E.] de 1992-1993) ou dans les pays émerge […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Une science trop humaine ?

  • Écrit par 
  • Bernard GUERRIEN
  •  • 4 849 mots

Dans le chapitre « Théorie économique et autoréalisation  »  : […] Le discours des économistes, leurs prévisions, leurs spéculations se révèlent souvent erronés. Mais ils exercent aussi une influence plus ou moins grande sur les personnes auxquelles ils sont destinés, et dont l'action façonne la vie économique. Aux facteurs relativement stables que sont les goûts, les techniques disponibles, la répartition des ressources viennent s'ajouter, au moment de la décisi […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 716 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Monétarisme et néo-libéralisme »  : […] L' école monétariste est menée par Friedman (1953, Essays in Positive Economics  ; 1956, Studies in the Quantity Theory of Money  ; 1969, The Optimum Quantity of Money and Other Essays ) qui, dans les années 1950 et 1960, critique le système de taux de change fixes de Bretton-Woods et les politiques inspirées du keynésianisme. De façon générale, Milton Friedman conteste la possibilité pour les a […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian de BOISSIEU, « ANTICIPATIONS, économie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/anticipations-economie/