ANTHROPOLOGIE DU PATRIMOINE

Médias de l’article

Galerie des Offices, Florence

Galerie des Offices, Florence
Crédits : Gordon Bell/ Shutterstock

photographie

Palais du facteur Cheval, Hauterives (Drôme)

Palais du facteur Cheval, Hauterives (Drôme)
Crédits : Emmanuel Georges/ Collection Palais Idéal

photographie


Un corpus patrimonial en expansion

À partir des richesses archéologiques, artistiques et naturelles que les pouvoirs politiques héritiers des Lumières avait protégées à partir du xviiie siècle, la fin du xxe siècle et le début du xxie siècle ont considérablement étendu la typologie des biens que l’on entend mettre hors de danger de disparition. Elles ont également diffusé une idéologie patrimoniale de conservation et de sauvegarde qui dépasse le cadre strictement occidental et régalien. Les savoirs érudits et les savoir-faire artisanaux, les stocks génétiques végétaux, les performances rituelles, musicales ou culinaires sont maintenant dignes d’être préservés, et les groupes ethniques en diaspora, les ensembles régionaux transfrontaliers ou des associations de citoyens sont devenus des acteurs du patrimoine. En prenant l’UNESCO comme référence, le champ patrimonial est ainsi passé des vestiges remarquables du passé national (convention sur le patrimoine mondial de 1972) à un ensemble de savoirs et de pratiques culturelles (convention de 2003 sur le patrimoine culturel immatériel) démontrant à la fois leur spécificité locale et leur commune humanité. Ces changements s’expriment aujourd’hui à travers des institutions intergouvernementales ou des conventions régionales, comme celle de Faro de 2005 émanant de la Commission européenne. Ces cadres légaux internationaux promeuvent aujourd’hui des activités de conservation de la culture humaine se rapprochant de l’acception anthropologique du concept de culture, constituée non seulement de réalisations matérielles, de sites et de paysages, mais également de performances, de croyances et de savoirs.

Palais du facteur Cheval, Hauterives (Drôme)

Palais du facteur Cheval, Hauterives (Drôme)

photographie

Au cours de la seconde moitié du XXe siècle, la notion de monument historique a évolué, désignant non plus seulement des édifices prestigieux mais aussi des œuvres valant moins pour leur adéquation aux canons de l'esthétique traditionnelle que pour leur singularité. C'est ainsi qu'en... 

Crédits : Emmanuel Georges/ Collection Palais Idéal

Afficher

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Cyril ISNART, « ANTHROPOLOGIE DU PATRIMOINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie-du-patrimoine/