ANTHROPOLOGIE DES SCIENCES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’ethnographie de laboratoires

La sociologie des sciences, appelée, dans le monde anglo-saxon, social studies of science, prend forme au milieu des années 1970 à la faveur d’enquêtes inédites menées dans des laboratoires scientifiques. Si l’on reconnaît parfois que le biologiste et sociologue Ludwik Fleck (1896-1961) a, le premier, porté un regard ethnographique sur des sciences de laboratoire (Fischer, 2007), le tournant majeur s’opère bien plus tard avec les travaux que conduisent parallèlement une poignée de chercheurs formés à la sociologie ou à la philosophie. En 1976, Bruno Latour s’installe ainsi pour deux ans dans un laboratoire de neuroendocrinologie sur la côte ouest des États-Unis (Latour & Woolgar, 1979) ; Karin Knorr-Cetina, à la même époque, se poste en observation pendant une année dans un centre de recherche à Berkeley et décrit le travail d’une équipe de chercheurs qui se consacrent à la question des protéines végétales (1981) ; en ethnométhodologie, Michael Lynch enregistre les échanges ordinaires dans un laboratoire de neurosciences (1985) tandis que Sharon Traweek étudie la « culture » des physiciens des particules telle qu’elle se formule dans de grandes infrastructures de recherche au Japon, aux États-Unis et en URSS (1992). En donnant des bases empiriques à la question des relations qu’entretiennent l’ordre social existant à une époque donnée et les théories scientifiques qu’elle voit naître, ces travaux déplacent considérablement les préoccupations des épistémologues et des sociologues de la connaissance. S’intéressant au laboratoire lui-même comme une configuration sociotechnique où se trame quelque chose qui acquiert, en cours de route, la solidité d’un fait scientifique, ils suspendent, ne serait-ce que momentanément, le vocabulaire relatif à la nature, suspendent également les qualifications des procédures (logiques, objectives, duplicables…) et envisagent les pratiques scientifiques dans leur matérialité, comme un processus de production : ils [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : directrice de recherche au Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative, CNRS UMR7186/ Université Paris Nanterre

Classification

Autres références

«  ANTHROPOLOGIE DES SCIENCES  » est également traité dans :

HUMAINS ET NON-HUMAINS (anthropologie)

  • Écrit par 
  • Frédéric KECK
  •  • 2 230 mots

Philippe Descola a défini l’anthropologie comme l’étude des relations entre humains et non-humains dans des sociétés où celles-ci ne s’appuient pas sur l’opposition entre nature et culture qui a structuré les sciences européennes (2005). Ainsi, dans les sociétés amazoniennes, les animaux et les plantes sont traités comme des personnes à travers les chants qui leur sont adressés lors de la chasse […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Sophie HOUDART, « ANTHROPOLOGIE DES SCIENCES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie-des-sciences/