ANTHROPOLOGIE DE L'ART

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Bronislaw Malinowski

Bronislaw Malinowski
Crédits : Alamy/ Photo12

photographie

Masque à transformation kwakiutl

Masque à transformation kwakiutl
Crédits : Richard A. Cooke/ Corbis/ Getty Images

photographie

Sceptre cultuel yoruba (Nigeria)

Sceptre cultuel yoruba (Nigeria)
Crédits : Musée du quai Branly - Jacques Chirac/Jean-Gilles Berizzi/ RMN-Grand Palais

photographie


Les prémices

À ses débuts, l’intérêt anthropologique pour l’art se focalisa sur les sociétés non occidentales par le biais des artefacts rapportés des grands voyages d’exploration du monde puis entrés dans les collections européennes (cabinets de curiosités, trésors princiers) qui devaient par la suite enrichir les fonds muséographiques. Ils constituèrent ainsi les principaux matériaux de réflexion des savants de la fin du xixe siècle qui travaillaient au sein de ces institutions et participèrent, pour certains, aux expéditions scientifiques en terres lointaines. En l’absence de connaissances ethnographiques par immersion prolongée sur le terrain, la vision des cultures se réduisait alors à leur matérialité, les objets procurant les principales sources d’information.

Sous l’influence des théories évolutionnistes, ces précurseurs de l’ethnologie les envisageaient comme les témoins concrets des sociétés dont ils permettaient de mesurer le stade d’évolution sur l’échelle supposée du progrès humain. Leur attention se porta préférentiellement sur l’étude de l’ornement que certains considéraient à l’origine de l’art dans l’histoire de l’humanité (Evolution in Art, Haddon, 1895). Peu à peu, toutefois, l’essor concurrent des théories diffusionnistes (Frobenius, Graebner et Ankermann) axées sur les emprunts culturels les conduisit à s’interroger sur les processus (contacts préhistoriques, migrations...) ayant conduit des sociétés géographiquement éloignées les unes des autres à élaborer des motifs graphiques ou plastiques proches.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ANTHROPOLOGIE DE L'ART  » est également traité dans :

ART (Le discours sur l'art) - L'histoire de l'art

  • Écrit par 
  • André CHASTEL
  •  • 4 730 mots

Dans le chapitre « Une problématique originale »  : […] Sensible à l'importance de toutes ces orientations et soucieux de les faire converger en une enquête cohérente, Focillon, dans la Vie des formes (Paris, 1934), rappelait éloquemment que « l'œuvre d'art n'existe qu'en tant que forme », mais que, d'autre part, la forme tend toujours à signifier autre chose et plus qu'elle-même. Il se trouvait ainsi formuler l'essentiel d'une problématique qui n'a c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-le-discours-sur-l-art-l-histoire-de-l-art/#i_56974

SURVIVANCE, arts

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN, 
  • Sylvie RAMOND
  •  • 1 139 mots

La notion de « survivance » est centrale pour l'histoire de l'art depuis que l'historien de l'art allemand Aby Warburg (1866-1929) l'a placée au cœur de son dispositif intellectuel et léguée comme une question essentielle. Nulle autre œuvre que la sienne, après celle de son compatriote Johann Joachim Winckelmann (1717-1768), n'aura d'ailleurs marqué de manière aussi décisive la discipline, en rep […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/survivance-arts/#i_56974

Voir aussi

Pour citer l’article

Brigitte DERLON, Monique JEUDY-BALLINI, « ANTHROPOLOGIE DE L'ART », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie-de-l-art/