ANOREXIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La thérapeutique

Compte tenu de ces différents aspects de la psychologie de l'anorectique, il faut que soient abandonnées les défenses rigides qu'avait antérieurement établies ou entretenues le système des interactions familiales, avec une intensité variable selon les cas.

Beaucoup d'attitudes de l'adolescente, qui sont considérées comme manipulatrices vis-à-vis de l'entourage, constituent en fait autant d'appels qui se trouvent déniés en tant que tels. L'exhibition de l'apparence corporelle est un appel à l'aide, voire une mise en accusation, que le discours vient annuler. C'est pourquoi la séparation d'avec les parents – à la faveur d'une hospitalisation, par exemple – facilite la remise en cause du système des interactions, ce à quoi ne pourra pas toujours permettre d'aboutir un abord psychothérapique individuel ou même le recours aux thérapies familiales. Il est très important de reconnaître l'existence du désarroi sous-jacent à la sémiologie manifeste du comportement, car le recours aux conduites agies constitue, en lui-même, une défense contre ce désarroi. Cela explique que de nombreuses adolescentes acceptent l'hospitalisation beaucoup plus facilement qu'on ne pourrait le craindre. Cette expérience nouvelle – caractérisée par la prise en charge, par la régression et, surtout, par la séparation d'avec le milieu familial habituel – peut faciliter l'accès ultérieur à la psychothérapie.

La gravité de l'anorexie est très variable d'un cas à un autre et elle n'est pas directement liée au degré d'amaigrissement. L'important est d'évaluer les risques de son évolution : plus le rapport est étroit avec la crise de l'adolescence, meilleur est le pronostic. Ainsi en est-il des formes survenant dès la puberté et particulièrement chez les filles uniques. Beaucoup de ces formes mineures, n'étant pas vues par les psychiatres, échappent à l'hospitalisation et ne sont donc pas prises en compte par les statistiques. L'un des risques majeurs de la maladie est que, alors qu'elle dure habituellement de deux à quatre ans, elle ne se prolonge en s'installant en quelque sorte dans une [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : ancien chef de clinique et assistant des Hôpitaux de Paris, maître assistant à l'Institut de psychologie, attaché de consultation à la Salpêtrière, psychiatre et psychanalyste

Classification

Autres références

«  ANOREXIE  » est également traité dans :

ALIMENTATION (Comportement et pratiques alimentaires) - Troubles du comportement

  • Écrit par 
  • Laurence APFELBAUM-IGOIN
  •  • 3 348 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le trouble alimentaire comme symptôme »  : […] Dès les débuts, l'investigation psychanalytique a reconnu dans les troubles alimentaires des « signes de névrose » pouvant exprimer un conflit qui se dérobe à la conscience. On les trouve mentionnés dans des récits de cures et interprétés en fonction de chacune des histoires des sujets en question : ainsi, pour Freud, le refus de manger témoigne d'un dégoût de la sexualité chez sa patiente Dora, d […] Lire la suite

AMPHÉTAMINES

  • Écrit par 
  • Michel HAMON
  •  • 502 mots

Drogues sympathicomimétiques dérivées de la phényl-éthylamine. Ainsi l'amphétamine racémique proprement dite est la ± α-méthyl-phényl-éthylamine. Deux propriétés caractérisent ce groupe : suppression de de l'appétit (effet anorexigène), stimulation de l'activité du système nerveux central. Le dérivé dextrogyre, la dexamphétamine, est deux fois plus actif que le racémique. Chez l'homme, il fait dis […] Lire la suite

DÉNUTRITION

  • Écrit par 
  • Jean TRÉMOLIÈRES
  •  • 3 900 mots

Dans le chapitre « Circonstances psychiques »  : […] L' anorexie mentale se manifeste soit par un dégoût de vivre portant sur la libido alimentaire comme sur les autres libidos en rapport avec le monde extérieur, soit par un chantage, un moyen de capter l'intérêt des siens, soit par un narcissisme dont l'essence est la coupure avec le monde extérieur. La crainte des sensations digestives douloureuses, l'extraordinaire retentissement des états psychi […] Lire la suite

DROGUE

  • Écrit par 
  • Alain EHRENBERG, 
  • Olivier JUILLIARD, 
  • Alain LABROUSSE
  • , Universalis
  •  • 12 113 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les paradoxes du corps mort »  : […] « Exposée en termes de défi, la position de l'anorexique renvoie paradoxalement à une obsession de la faim, du même type que la boulimie. Refuser la nourriture jusqu'à en mourir vaut bien mourir pour en avoir trop pris... », écrit Noëlle Châtelet ( Le Corps à corps culinaire , Seuil, Paris, 1977). Et, toujours à propos de la position de l'anorexique, Laurence Apfelbaum-Igoin remarque (cf.  alime […] Lire la suite

TRANSSEXUALISME

  • Écrit par 
  • Bernard CORDIER
  •  • 6 249 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le diagnostic de transsexualisme »  : […] Le diagnostic de transsexualisme repose sur trois critères : – une souffrance induite par une dysharmonie entre, d’une part, le genre physique et civil et, d’autre part, l’identité de genre subjective. C’est ce qu’on appelle la « dysphorie de genre » (DG) ; – une identification à l’autre sexe. Cette inversion, qui doit être une idée précoce, prévalente et constante, se manifeste dans les goûts, le […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard BRUSSET, « ANOREXIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/anorexie/