SYLVESTRE ANNE (1934-2020)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le chemin des mots

Anne-Marie Beugras, dite Anne Sylvestre, naît à Lyon le 20 juin 1934. Sa famille s’installe en région parisienne alors qu’elle est adolescente. Élève d’hypokhâgne et adepte du scoutisme, elle forge son caractère aux Glénans, une école de voile créée en Bretagne en 1947 par deux anciens résistants. En 1955, elle y joue de la guitare, chante autour du feu, et empoche le numéro de téléphone de Michel Valette, le patron du cabaret parisien La Colombe, où elle débute en 1957. Ce lieu accueille alors Serge Gainsbourg, Brigitte Fontaine, Léo Ferré, Jean Ferrat et, en vedette, Hélène Martin et Guy Béart. Cheveux longs et frange sur le front, la jeune Anne s’accompagne à la guitare.

Le style « rive gauche » fait rage. En 1959, Anne Sylvestre sort son premier 45-tours, chez Philips, où Jacques Canetti, patron des Trois-Baudets, exerce les fonctions de directeur artistique. Deux ans plus tard, paraît son premier 33-tours : Anne Sylvestre chante… Tout y est déjà : « Porteuse d'eau », « Maryvonne », « Philomène ». En première partie de Jean-Claude Pascal à Bobino, de Gilbert Bécaud à l'Olympia, puis en solo, partout où le music-hall se crée, Anne Sylvestre est plébiscitée par son public, louée par des artistes tels que Georges Brassens et reçoit des récompenses, notamment, le grand prix du disque de l’Académie Charles-Cros.

Avec la déferlante « yéyé », Anne Sylvestre s’efface, mais elle a le cuir dur. En 1973, après avoir rompu avec Philips puis avec les disques Meys, elle impose un modèle inédit à l’époque en fondant son propre label discographique, les Productions Anne-Sylvestre. Elle triomphe en 1973 au théâtre des Capucines, se retire à nouveau, avant de revenir en 1986 à l'Olympia, puis au théât [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SYLVESTRE ANNE (1934-2020)  » est également traité dans :

FERRAT JEAN (1930-2010)

  • Écrit par 
  • Alain POULANGES
  •  • 2 252 mots

« C'était un homme engagé mais il n'était pas hurleur de sentences. Il le faisait avec poésie. » C'est ainsi que Georges Moustaki dépeint son ami Jean Ferrat. Artiste porté par l'idéal communiste, depuis le début des années 1950, Ferrat a signé quelque deux cents chansons qui courent encore dans les rues, emportées par sa voix de velours. Ses colères et ses combats sont toujours enveloppés de ce […] Lire la suite

Pour citer l’article

Véronique MORTAIGNE, « SYLVESTRE ANNE - (1934-2020) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/anne-sylvestre/