ANNA KARÉNINE, Léon TolstoïFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un roman contemporain

Venue à Moscou en visite chez son frère le bon vivant Stépan (Stiva) Oblonski, dont l'épouse Dolly vient de découvrir l'infidélité, la jeune et belle Anna Karénine, femme d'Alexis Karénine, un haut fonctionnaire pétersbourgeois, mère d'un garçon de huit ans, rencontre à sa descente du train le brillant officier Alexeï Vronski. Le coup de foudre qui les attire irrésistiblement l'un vers l'autre désespère la jeune sœur de Dolly, Kitty, qui, amoureuse de Vronski, a refusé sa main au gentilhomme campagnard Constantin Lévine. Bientôt, à Saint-Pétersbourg, la liaison d'Anna Karénine et de Vronski éclate au grand jour. Enceinte, la jeune femme est sur le point de mourir en couches. Alexis Karénine lui accorde son pardon, tandis que Vronski tente de se suicider. Rétablie, elle quitte son mari et son enfant pour vivre avec Vronski en marge de la société aristocratique et mondaine qui les rejette, cependant que Constantin Lévine, qui a fini par épouser Kitty, remise de son premier chagrin d'amour, commence avec elle une vie laborieuse de propriétaire rural, vouée à la fondation d'une famille et rythmée par les travaux des champs. Au contraire, le couple Anna Karénine-Vronski, condamné à se refermer sur lui-même, n'est pas heureux. La passion jalouse, exclusive d'Anna commence à peser à son amant. Leur amour est de plus en plus empoisonné par le ressentiment mutuel, et Anna, victime d'une passion à laquelle elle a tout sacrifié, finit par se jeter sous un train.

Ce sujet de tragédie est traité avec les instruments du roman réaliste, que Tolstoï compare à une « expérience de laboratoire », consistant à faire vivre des personnages imaginaires dans des scènes concrètes de la vie quotidienne de leur milieu social et de leur temps. Anna Karénine nous offre ainsi une vaste fresque de la société russe contemporaine, au lendemain de la révolution économique et sociale engendrée par l'abolition du servage : « Tout a été mis sens dessus dessous et commence seulement à se remettre en place », dit l'un des personnages. Ces bouleversements sont vécus au quotidien par Constantin Lévine, qui se rattache à la lignée des personnages autobiographiques à travers lesquels Tolstoï se projette dans ses œuvres. Il engendre ainsi une deuxième ligne narrative, rythmée par l'alternance des saisons, qui se développe en contrepoint de la tragédie d'Anna et donne au roman une épaisseur « épique » proche de celle de Guerre et Paix.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-Sorbonne et à l'École normale supérieure

Classification

Autres références

«  ANNA KARÉNINE, Léon Tolstoï  » est également traité dans :

TOLSTOÏ LÉON NIKOLAÏÉVITCH (1828-1910)

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER
  •  • 4 546 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les grands romans (1863-1877) »  : […] Marié le 23 septembre 1862 avec Sophie Bers (Sofija Andreevna Bers, 1844-1919), fille d'un médecin militaire, Tolstoï s'installe à Iasnaïa Poliana où la vie de famille et les soins de son domaine l'absorbent, tout en lui laissant suffisamment de loisirs et de liberté d'esprit pour entreprendre une œuvre monumentale. L'amnistie qui, à l'avènement d'Alexandre II, a permis le retour de certains décem […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel AUCOUTURIER, « ANNA KARÉNINE, Léon Tolstoï - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/anna-karenine/