ANIMAUX MODÈLES, biologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Tatou à neuf bandes

Tatou à neuf bandes
Crédits : K. Thornsley/ NASA

photographie

Xénope du Cap

Xénope du Cap
Crédits : T. Vinckers

photographie


Modèle : une notion polysémique

Cette question s'inscrit dans la relation ambiguë que l'homme entretient avec les autres membres d'un monde animal étranger et si proche à la fois. Sur le plan de la démarche expérimentale en biologie et médecine, des animaux ont été utilisés, sans que soit posée la question de leur valeur en tant que modèle, pour des recherches qu'on ne pouvait pratiquer sur des humains. Les grenouilles de Spallanzani et de Helmholtz, les chiens de Pavlov ou la drosophile de Morgan sont des exemples bien connus de l'utilisation d'animaux pour étudier le rôle des spermatozoïdes, la conduction de l'influx nerveux, le conditionnement ou enfin la fonction des chromosomes dans l'hérédité. Dans cette circulation entre animal et humain, l'animal est un outil introductif à l'homme du fait de l'universalité supposée des grands mécanismes biologiques. Cette place s'est affinée au cours du xixe siècle et restera dominante sans pour autant interdire la recherche de singularités d'espèces, dans lesquelles l'animal est le modèle de lui-même et de ses apparentés. La signification scientifique du mot modèle change au début du xxe siècle : il prend le sens d'outil, intellectuel ou physique, qui permet une interprétation nouvelle de ce qu'on observe ou calcule et incite à concevoir une nouvelle approche ou une nouvelle expérience. Le terme n'apparaît cependant en biologie avec cette signification que vers 1960 avec les modèles en génétique bactérienne inspirés des modèles physiques de la rétroaction. Il se popularise, mais surtout, « quelque chose » change profondément en biologie avec le développement, à partir de 1985 environ, de procédures de manipulation délibérée des gènes des animaux pour en étudier les fonctions in vivo. Le terme « modèle » prend alors un autre sens pour revenir essentiellement à celui inclus dans la reproduction à l'identique d'un o [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages




Écrit par :

  • : chercheur en histoire des sciences, université Paris-VII-Denis-Diderot, ancien chef de service à l'Institut Pasteur

Classification


Autres références

«  ANIMAUX MODÈLES, biologie  » est également traité dans :

TÉRATOMES ET TÉRATOCARCINOMES

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 084 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Biologie expérimentale des embryons »  : […] Ce sont précisément ces cellules capables de toutes différenciations (totipotentes) qui ont attiré l'attention des biologistes à partir des années 1960. En effet, si les tératomes ont été décrits par les médecins vers 1890, leur étude expérimentale débute vers 1955 lorsque LeRoy Stevens, chercheur au Jackson Laboratory dans le Maine (États-Unis), caractérise une souche de souris qui développe un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/teratomes-et-teratocarcinomes/#i_53570

Voir aussi

Pour citer l’article

Gabriel GACHELIN, « ANIMAUX MODÈLES, biologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/animaux-modeles-biologie/