ANIMALITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Le Rhinocéros par Albrecht Dürer

Le Rhinocéros par Albrecht Dürer
Crédits : Christie's Images, Bridgeman Images

photographie

Emmanuel Kant

Emmanuel Kant
Crédits : AKG

photographie

Schopenhauer

Schopenhauer
Crédits : Hulton Getty

photographie

Claude Lévi-Strauss, 1981

Claude Lévi-Strauss, 1981
Crédits : M. Kalter/ AKG

photographie

Tous les médias


Animalité : la part mauvaise de l'humain ?

Dans la philosophie occidentale, du moins dans sa tradition dominante, l'animalité est définie comme une catégorie privée de tout ce dont l'homme est doté ou supposé être doté : une âme, une raison, une histoire, un langage, une conscience, un monde, etc. C'est comme différence, qualifiable de différence par défaut, que l'animalité est donc pensée. Le caractère a priori de cette conception est immédiatement visible dans la mesure où le même schéma est appliqué à tous les attributs : aucun d'entre eux n'est posé sans son contraire ; rien de ce qui se dit positivement de l'humain qui ne se dise en même temps négativement de l'animal. Tout se passe comme si, pour qu'une qualité (la raison, l'intelligence, la culture, etc.) fût véritablement donnée à l'humain et qu'elle manifestât son efficacité, il fallait qu'elle fût conjointement niée chez l'animal. C'est de leur caractère exclusif que ces qualités tirent sens et valeur.

Le Rhinocéros par Albrecht Dürer

Le Rhinocéros par Albrecht Dürer

Photographie

Le Rhinocéros par Albrecht Dürer (1471-1528). Gravure sur bois.  

Crédits : Christie's Images, Bridgeman Images

Afficher

Que la différence soit originelle ou qu'elle soit le produit d'un « arrachement à la nature », selon l'expression couramment employée, elle est fondatrice de deux ordres hétérogènes.

Si l'on se trouve paradoxalement conduit à parler de l'humain pour aborder l'animalité, c'est, on l'aura compris, à cause de la construction en miroir de ces deux concepts, l'animalité étant le produit d'un dépouillement des qualités qui font l'humain.

L'animalité rationnelle

Une parenthèse mérite d'être ouverte sur l'Antiquité, pour signaler l'importance du débat sur la nature animale et sa distinction avec l'homme, les liens entre l'intelligence et la vie, les conséquences morales de la métempsycose, la justice due aux êtres vivants. Les travaux des spécialistes sur le végétarisme antique, la définition du logos, le rôle des métaphores animales chez [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages


Écrit par :

  • : directeur de recherche deuxième classe à l'Institut national de la recherche agronomique

Classification


Autres références

«  ANIMALITÉ  » est également traité dans :

ANIMALIER DROIT

  • Écrit par 
  • Olivier LE BOT
  •  • 4 672 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Doctrines actuelles »  : […] À l'époque actuelle, la question des relations entre l'humanité et l'animalité est, dans le domaine philosophique, dominée par les auteurs anglo-saxons. Cette influence se retrouve dans le domaine juridique, les termes des différents débats étant très largement définis là aussi par les juristes anglo-saxons (sans que, pour autant, la richesse des discussions n'emporte dans ces pays une supériorit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-animalier/#i_91919

ASCÈSE & ASCÉTISME

  • Écrit par 
  • Michel HULIN
  •  • 4 663 mots
  •  • 1 média

Les diverses définitions classiques de l'homme prennent comme base son animalité à laquelle elles ajoutent la mention d'une différence spécifique : « animal politique », « animal doué de raison », « animal parlant » ou encore, comme dans la tradition indienne, « animal sacrifiant ». Toutes, donc, impliquent un minimum de compatibilité entre le genre et l'espèce ou entre le sujet et l'attribut. Au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ascese-et-ascetisme/#i_91919

BESTIAIRES

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD, 
  • Daniel POIRION
  •  • 10 708 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « L'âge préhistorique »  : […] L'aire de diffusion de l'art préhistorique est vaste et connaît peu de variations. Citons, en Europe, les sculptures pariétales des Eyzies, les peintures des grottes de Lascaux , des Combarelles, d'Altamira , les bisons d'argile du Tuc d'Audubert ; en Afrique, les fresques du Hoggar et du Fezzan, de Nubie, de Rhodésie et du Transvaal. Tous ces lieux offrent l'énigme d'un art absolument originel et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bestiaires/#i_91919

CHAMANISME

  • Écrit par 
  • Roberte Nicole HAMAYON
  •  • 4 966 mots

Dans le chapitre « Le chamanisme de chasse : échange avec la surnature nourricière »  : […] De fait, dans les sociétés classiquement considérées comme chamaniques, le chamanisme est étroitement lié à la chasse : il a pour fonction essentielle d'assurer la perpétuation de la vie en soumettant à des règles l'obtention du gibier, lui imposant un ordre qui à la fois pallie les aléas de son apparition et justifie sa prise par l'homme ; c'est une fonction régulière, fondamentale. Elle repose s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chamanisme/#i_91919

CULTURE - Nature et culture

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 7 880 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La leçon de l'anthropologie sociale et de la bio-anthropologie »  : […] La séparation entre l'étude de la nature et l'étude de la culture et, plus précisément, l'abandon du recours à des explications biologiques des variations culturelles semblent s'être produits vers la fin du xix e  siècle et au début du xx e , comme une conséquence de la prise en considération de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culture-nature-et-culture/#i_91919

DISCOURS SUR L'ORIGINE ET LES FONDEMENTS DE L'INÉGALITÉ PARMI LES HOMMES (J.-J. Rousseau) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Anouchka VASAK
  •  • 1 158 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De la nature à la société »  : […] Après un « triple portique » (J. Starobinski), la dédicace aux Genevois – mais le « citoyen de Genève » écrit à Chambéry –, une préface et un avertissement sur les notes, le Discours se déploie en deux parties de longueur égale. La première propose un tableau de l'« hypothétique » état de nature, la seconde une reconstitution narrative de la naissance de la société, donc de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/discours-sur-l-origine-et-les-fondements-de-l-inegalite-parmi-les-hommes-livre-de-j-j-rousseau/#i_91919

HOMME - La réalité humaine

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 14 321 mots
  •  • 6 médias

Un débat domine, depuis toujours, l'anthropologie. Suffit-il, pour situer l'homme, de le placer, simplement, en tête de la lignée des mammifères supérieurs, en lui accordant cette primauté parce qu'il se trouve doté d'un caractère, d'une « différence spécifique », qui le distingue de tous les autres membres de cette lignée, proches et lointains : la rationalité ? La fameuse définition que donne d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homme-la-realite-humaine/#i_91919

INDIVIDU & SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 4 488 mots

Dans le chapitre « Désir et sujet »  : […] L'ordre biologique est à définir à partir de la symbolisation qu'il rend possible – symbolisation qui l'annule lui-même et le transpose. Ce n'est donc pas dans le discours du positivisme qu'il doit être traduit, mais dans un discours où il recevra son statut de manque. Ainsi compris, l'ordre biologique a un destin comparable à celui qu'a, dans la théorie psychanalytique, la pulsion. Celle-ci, dont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/individu-et-societe/#i_91919

JEU - Le jeu chez l'enfant

  • Écrit par 
  • Jean CHATEAU
  •  • 5 483 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le jeu animal et le jeu de l'enfant »  : […] On pourrait penser que le jeu de l'enfant continue seulement le jeu des petits animaux. C'est ce qu'ont cru des auteurs comme K. Groos. Mais le premier possède une qualité spéciale qu'ignore le second : c'est le jocus , le badinage, toujours placé sous le signe du « comme si ». C'est pourquoi ce jeu-là, s'il rappelle des traits psychiques présents chez l'animal, révèle aussi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeu-le-jeu-chez-l-enfant/#i_91919

L'OURS. HISTOIRE D'UN ROI DÉCHU (M. Pastoureau)

  • Écrit par 
  • Patrick BOUCHERON
  •  • 1 040 mots

En août 2007, la mort de l'ourse Franska – l'une des dernières rescapées de la population ursine réintroduite dans les Pyrénées – était vécue en France comme un deuil national. La lecture du livre de Michel Pastoureau L'Ours. Histoire d'un roi déchu (Seuil, 2007) permet de mieux comprendre l'émotion politique suscitée par la mort de l'animal. Mais l'ours est-il vraiment un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-ours-histoire-d-un-roi-dechu/#i_91919

PHYSIOGNOMONIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LECOQ
  •  • 8 003 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « D'Aristote à Lavater »  : […] Le texte fondateur de la physiognomonie, les Physiognomonica , fut longtemps attribué à Aristote lui-même et appartient sans doute à son école. Plus tard, trois autres auteurs y puisèrent tout en le complétant : le sophiste grec Polémon ( ii e  s. apr. J.-C.), un anonyme latin parfois identifié à Apulée ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physiognomonie/#i_91919

HISTOIRE NATURELLE DES ANIMAUX SANS VERTÈBRES (J.-B. de Monet de Lamarck)

  • Écrit par 
  • Laurent LOISON
  •  • 1 392 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Expliquer la complexité des animaux »  : […] Lamarck commence le premier volume de son Histoire naturelle des animaux sans vertèbres en posant la question de la définition de l’animalité. Plus précisément, il espère montrer ici, notamment contre Cuvier, que l’organisation animale a quelque chose de spécifique qu’on ne rencontre ni chez les corps bruts (non vivants), ni chez les végétaux, mais que cette spécificité n’e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-naturelle-des-animaux-sans-vertebres/#i_91919

SCHOPENHAUER ARTHUR (1788-1860)

  • Écrit par 
  • Jean LEFRANC
  •  • 3 154 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une anthropologie pessimiste »  : […] Schopenhauer reproche avec virulence aux religions du Livre leur mépris de l' animalité, et la supériorité des religions de l'Inde sur ce point lui paraît manifeste. Mais il est vrai qu'avec le langage l'homme devient capable de se détacher de l'expérience immédiate, de penser le passé et l'avenir, de prendre conscience d'être mortel et de se poser la question du sens de son existence. Là est la s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-schopenhauer/#i_91919

SOCIÉTÉ PROTECTRICE DES ANIMAUX, France

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 197 mots

La première société protectrice des animaux fut fondée à Londres en 1824. Deux ans plus tôt, Richard Martin avait fait passer une loi sanctionnant les auteurs de mauvais traitements envers les animaux. La société fondée à Paris en 1845 par les docteurs Pariset et Dumont, et reconnue d'utilité publique le 22 décembre 1860, s'est donné pour tâche principale de veiller à l'application de la loi Gram […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/societe-protectrice-des-animaux-france/#i_91919

TROCKEL ROSEMARIE (1952- )

  • Écrit par 
  • Bénédicte RAMADE
  •  • 707 mots

Rosemarie Trockel est à ce jour l'artiste allemande femme la plus reconnue. Pourtant, lorsqu'elle reprend en 1974 des études artistiques après une formation d'institutrice, elle n'accède qu'à une école d'arts appliqués. Agoraphobe, la jeune femme ne quitte guère son atelier et passe de longues heures à pratiquer le dessin, son médium de prédilection. Mais il n'est pas pour autant facile de reconn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rosemarie-trockel/#i_91919

Voir aussi

Pour citer l’article

Florence BURGAT, « ANIMALITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/animalite/