ANGLAIS (ART ET CULTURE)Aquarelle

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Clair de lune sur le lac de Lucerne avec le mont Righi, Suisse, J. M. W. Turner

Clair de lune sur le lac de Lucerne avec le mont Righi, Suisse, J. M. W. Turner
Crédits : AKG

photographie

Bromfield sur la rivère Onny, près de Ludlow, Shropshire, J. M. W. Turner

Bromfield sur la rivère Onny, près de Ludlow, Shropshire, J. M. W. Turner
Crédits : Sotheby's/ AKG

photographie


Le génie du lieu

Avec Thomas Girtin (1775-1802) et Joseph Mallord William Turner (1773-1851), l'aquarelle anglaise atteignit des sommets de virtuosité jamais égalés. Les deux artistes avaient beaucoup de points communs : tous deux Londoniens, ils avaient appris le métier en travaillant chez des artistes « topographes » exigeant la précision du trait et la maîtrise de la perspective. Tous deux avaient été encouragés par le docteur Monro, qui leur avait fait découvrir et copier l'œuvre de J. R. Cozens. Très vite, Girtin et Turner ont atteint un niveau d'exécution exceptionnel à l'aquarelle, doublé d'un sens aigu de la nuance. Les vues de Yorkshire de Girtin, comme Kirkstall Abbey, 1802 (British Museum, Londres) et Storiths Heights, Wharfdale (coll. privée) allient un art magistral de la composition à un raffinement chromatique exquis. Girtin, comme tous les grands artistes, a rapidement assimilé l'héritage du passé avant de le dépasser en définissant son style propre. Il n'a fait aucune concession au pittoresque et peut être considéré comme le plus classique des grands aquarellistes. Sans distraire le spectateur par des coquetteries de détail, il désigne fermement un sujet principal unique, dans la partie centrale de l'image, et s'attache à en exprimer la richesse plastique particulière. Ainsi, dans La Cathédrale de Durham, 1799 (Whitworth Art Gallery, Manchester), l'artiste met en relief les arêtes des bâtiments empilés sur la colline pour souligner la complexité du paysage urbain résultant du labeur des hommes durant plusieurs siècles. La tonalité rose et ocre de l'ensemble renforce l'unité et la simplicité de l'œuvre, sans en atténuer la complexité. Vers 1800, Girtin était l'aquarelliste anglais qui savait le mieux rendre ce que Pope appelait le génie du lieu, et Turner voyait en son collègue un rival sérieux. Mais Girtin mourut trop tôt pour qu'il y ait jamais concurrence réelle entre ces deux artistes exceptionnels. De toute façon, l'originalité et la fécondité de Turner ont maintenu pendant le demi-s [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Clermont-Ferrand-II-Blaise-Pascal

Classification


Autres références

«  ANGLAIS ART ET CULTURE  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 108 mots

Il est significatif que les deux ouvrages les plus importants consacrés au particularisme marqué de l'art anglais, à son caractère unique au sein de l'histoire de l'art occidental, et en tout cas les premiers à poser délibérément cette question et à en faire l'objet principal de leur réflexion, L'« Anglicité » de l'art anglais et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-vue-d-ensemble/

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Langue

  • Écrit par 
  • Guy Jean FORGUE, 
  • Hans KURATH
  •  • 6 440 mots
  •  • 2 médias

L'anglais est une langue germanique qui, par sa structure, appartient à la catégorie des langues indo-européennes. Il est étroitement apparenté au frison, au hollandais, au bas allemand qui, avec le haut allemand, constituent le groupe occidental des langues germaniques.Importé dans les îles Britanniques dès le ve siècle par les envahisseurs venus du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-langue/

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 29 médias

Toute histoire littéraire sous-entend une perspective et la perspective a rapport au temps présent, le passé étant vu en fonction de problèmes contemporains ; ainsi, maint écrivain dont le nom est consacré dans le panthéon des célébrités peut se trouver aujourd'hui ou demain dans la situation de la semence qui tombe sur le basalte. Si l'on conçoit l'histoire littéraire comme dynamique et non plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-litterature/

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Peinture

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ, 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 8 171 mots
  •  • 13 médias

La peinture anglaise est souvent évoquée avec condescendance de ce côté-ci de la Manche – quand elle n'est pas complètement ignorée. On y discerne seulement, entre deux abîmes de médiocrité, un bref « âge d'or » allant de 1750 à 1850 et culminant avec Turner. Pour comprendre comment cette présentation caricaturale a pu longtemps être crédible, il faut aborder de front le reproche habituel fait à l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-peinture/

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Sculpture

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 2 366 mots
  •  • 4 médias

La « sculpture anglaise » existe-t-elle vraiment ? Si l'on a évidemment pratiqué de tout temps la sculpture en Angleterre, l'expression ne prend corps qu'à l'âge contemporain avec l'invention de la sculpture moderne. Le xxe siècle est en effet marqué par une véritable effervescence de la création sculpturale en Angleterre, phénomène qui a été analysé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-sculpture/

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Architecture

  • Écrit par 
  • Monique MOSSER
  •  • 7 812 mots
  •  • 28 médias

L'architecture anglaise reste étrangement méconnue en France. Or le développement de cet art au cours des quatre siècles qui vont de la Renaissance à l'orée des temps contemporains, de l'avènement d'Élisabeth à la mort de Victoria, prouve qu'à côté de l'Italie et de la France l'Angleterre fut une des terres les plus fécondes en grands praticiens et en mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-architecture/

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Musique

  • Écrit par 
  • Jacques MICHON
  • , Universalis
  •  • 6 928 mots
  •  • 8 médias

Les arts sont les témoins des civilisations et sont, comme elles, largement façonnés par le contexte géographique et historique qui les voit naître et se développer. La musique anglaise n'échappe pas à cette loi.Protégée de l'influence immédiate de ses voisins les plus proches par l'existence entre elle et eux d'un bras de mer, c'est en son propre terroir qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-musique/

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Cinéma

  • Écrit par 
  • N.T. BINH
  •  • 3 484 mots
  •  • 4 médias

Depuis ses origines, le cinéma britannique s'épanouit dans la contradiction – un peu comme l'humour anglais, que l'on caractérise comme conformiste d'un côté, iconoclaste de l'autre. On le déclare périodiquement « fini » pour mieux parler de ses « renaissances » ; les généralisations sont tentantes, souvent réductrices, parfois abusives, car à bien des égards, cette cinématographie reste déroutant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-cinema/

Pour citer l’article

Jacques CARRÉ, « ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Aquarelle », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-aquarelle/