PRELJOCAJ ANGELIN (1957- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un succès dans le monde entier

Angelin Preljocaj est devenu un des chorégraphes français les plus demandés au monde. Avec sa compagnie, il a déjà créé une quarantaine de chorégraphies. Dans la décennie 2000, on peut citer : un Sacre du printemps (2001) iconoclaste mais résolument dans l'esprit du thème comme de la partition, commandé par Daniel Barenboïm pour le Staatsoper de Berlin ; Near Life Experience (2003), une pièce de sommeil et de corps hallucinés où le regard « s'éthère » dans une fusion de lumière et d'air ; N (2004), une chorégraphie qui veut dénoncer toute forme de violence  ; Les Quatre Saisons (2005), œuvre à laquelle il associe le plasticien Fabrice Hyber ; Eldorado (2007), un spectacle qu'il crée au festival de Montpellier Danse et qui est conçu sur la musique Sonntags-Abschied de Karlheinz Stockhausen. En 2008, Angelin Preljocaj crée Blanche Neige, un grand ballet romantique et contemporain sur les symphonies de Gustav Mahler, faisant appel au couturier Jean-Paul Gaultier pour les costumes.

Sur l’invitation de Brigitte Lefèvre, Angelin Preljocaj crée, en 2010, Siddharta pour l’Opéra national de Paris (musique de Bruno Mantovani, scénographie de Claude Lévêque). Parallèlement, dans le cadre de l’année France-Russie, le Bolchoï lui commande une création, Suivront mille ans de calme, qui sera interprétée à la fois par des danseurs du théâtre du Bolchoï et du Ballet Preljocaj, sur une musique de Laurent Garnier et une scénographie de Subodh Gupta.

En 2011, il signe, pour Air France, le film publicitaire L’Envol, avec Benjamin Millepied (ex-danseur du New York City Ballet, qui prendra en octobre 2014 la direction de la danse à l’Opéra national de Paris) et Virginie Caussin (danseuse du Ballet Preljocaj), un duo inspiré de son ballet Le Parc qui, la même année, entre au répertoire du théâtre Mariinsky à Saint-Pétersbourg. Il chorégraphie ensuite, pour la biennale de la danse de Lyon, Ce que jʼappelle oubli (2012), dʼaprès le texte de Laurent Mauvignier puis, dans le cadre de Marseille-Provence, Les Nuits (2013), une pièce librement inspirée des contes des Mille et Une Nuits (costumes d’Azzedine Alaïa).

Parallèlement à ces spectacles très grand public, Angelin Preljocaj crée des pièces plus intimistes, comme Le Funambule (2009), solo qu’il interprète autour du texte de Jean Genet, ou encore Empty Moves, un quatuor chorégraphié sur la composition Empty Words de John Cage. Création au long cours, cette pièce comprend trois parties composées, respectivement, en 2004, 2007 et 2014. Preljocaj y déploie une sorte d’abécédaire fantastique de son écriture, que l’on retrouve traversée par ses chorégraphies, le tout dans une abstraction totale, mêlant à la fluidité des arabesques, des gestes anguleux à des portés audacieux, dans des imbrications subtiles.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PRELJOCAJ ANGELIN (1957- )  » est également traité dans :

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 654 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Le renouvellement du ballet »  : […] Les hostilités entre la danse classique et la danse moderne se sont atténuées. L'Opéra de Paris en offre l'exemple. Après les expériences faites avec Carlson et Garnier, Noureev décide, en 1989, que toute la troupe peut danser les commandes qu'il passe à Twyla Tharp ou Maguy Marin. Par la suite, cette grande institution ouvrira ses portes à des compagnies contemporaines telles que celles de Cunni […] Lire la suite

DUPONT AURÉLIE (1973- )

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 023 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une danseuse à la technique implacable »  : […] Née à Paris le 15 janvier 1973, d’un père professeur et chercheur en médecine et d’une mère infirmière, Aurélie Dupont, enfant timide et très réservée, rêve de devenir pianiste concertiste. Mais ses parents ne l’encouragent pas dans cette voie, peut-être pour lui éviter de se refermer davantage sur elle-même. Comme ses deux sœurs (la cadette fera notamment carrière au Ballet national de Marseille […] Lire la suite

HYBERT FABRICE (1961- )

  • Écrit par 
  • Françoise NINGHETTO
  •  • 1 417 mots

Dans le chapitre « Une entreprise de déproduction »  : […] Cette production, Fabrice Hybert l'a engagée dans un processus de création de véritables entreprises économiques en lien avec la société UR (Unlimited Responsability) qu'il a créée en 1994. Lui permettant d'entrer en relation avec d'autres sociétés, UR est notamment chargée d'accompagner des projets, dont les POF – prototypes d'objets en fonctionnement, autrement dit des objets imaginés, sans usag […] Lire la suite

Pour citer l’article

Agnès IZRINE, « PRELJOCAJ ANGELIN (1957- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/angelin-preljocaj/