PRELJOCAJ ANGELIN (1957- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’enfant terrible de la chorégraphie

Le parcours d’Angelin Preljocaj, né en 1957 à Sucy-en-Brie (Val-de-Marne) de parents albanais immigrés en région parisienne, est celui de toute la première génération de chorégraphes français contemporains avec quelques particularismes, comme celui de débuter par la danse classique tout en pratiquant les arts martiaux. Ces derniers lui donneront cette « patte » inimitable faisant de chacune de ses œuvres une sorte de concentré d'histoire de la danse qui n'exclut aucun style. En 1974, il découvre la danse contemporaine à la Schola Cantorum de Paris, grâce à Karin Waehner qui est alors une des pionnières du développement, en France, de ce type de danse. Devant l'absence de structures qui caractérisait la France de l'époque, il part à New York étudier avec Merce Cunningham pour parfaire son cursus avant de regagner le territoire national et d'intégrer la compagnie de Quentin Rouillier, puis le Centre national de danse contemporaine d'Angers, alors dirigé par Viola Farber. En 1982, il entre dans la compagnie de Dominique Bagouet dont il sera l'enfant terrible : son instinct le pousse déjà vers la chorégraphie. Il fait un premier essai, avec Michel Kelemenis : Aventures coloniales. Présenté en juillet 1984 au festival de danse de Montpellier, Montpellier Danse, le duo sera repris la même année à Paris pour l'ouverture du Théâtre contemporain de la danse. Dans la foulée, il crée Marché noir pour le Concours de Bagnolet, obtient le prix du ministère de la Culture, fonde sa propre compagnie qu'il installe à Champigny-sur-Marne. L'aventure ne fait que commencer.

Sa carrière débute de façon fulgurante. En 1986, il crée À nos héros et devient lauréat de l'A.D.I.A.M. (Association départementale d'information et d'action musicales et chorégraphiques) Île-de-France. En 1987, il reçoit le prix de la Villa Médicis Hors les murs, part au Japon étudier le nō et chorégraphie une pièce majeure, Hallali Romée. L’année suivante il conçoit Liqueurs de chair, puis la Biennale du Val-de-Marne lui passe commande de Noces, sur la musique de Stravinski, une chorégraphie de référence qui fera le tour du monde. En 1989, sa compagnie devient Centre chorégraphique national de Champigny-sur-Marne et du Val-de-Marne ; il reçoit aussi le prix de la S.A.C.D. (Société des auteurs et compositeurs dramatiques) pour son œuvre.

Au détour d'œuvres qui peaufineront peu à peu une gestuelle sophistiquée défiant toujours les lois de l'équilibre dans des corps à corps passionnés et des duos extatiques, le pays oublié resurgit, sorte d'esquille de mémoire fichée dans un escarpement du temps. Ainsi Enki Bilal, choisi pour collaborer à un Roméo et Juliette (1990) très orwellien pour le Lyon Opéra Ballet, lui rappelle des villes traversées enfant dans la Yougoslavie d'alors, où le délabrement s'érige en chef-d'œuvre tandis que le béton ronge d'anciennes splendeurs byzantines. On pourrait citer d'autres pièces, mais cela ne suffirait pas à définir le chorégraphe au regard amusé qui semble toujours avoir en réserve un « coup » d'avance, comme aux échecs auxquels il s'adonne pour se détendre.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PRELJOCAJ ANGELIN (1957- )  » est également traité dans :

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 654 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Le renouvellement du ballet »  : […] Les hostilités entre la danse classique et la danse moderne se sont atténuées. L'Opéra de Paris en offre l'exemple. Après les expériences faites avec Carlson et Garnier, Noureev décide, en 1989, que toute la troupe peut danser les commandes qu'il passe à Twyla Tharp ou Maguy Marin. Par la suite, cette grande institution ouvrira ses portes à des compagnies contemporaines telles que celles de Cunni […] Lire la suite

DUPONT AURÉLIE (1973- )

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 023 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une danseuse à la technique implacable »  : […] Née à Paris le 15 janvier 1973, d’un père professeur et chercheur en médecine et d’une mère infirmière, Aurélie Dupont, enfant timide et très réservée, rêve de devenir pianiste concertiste. Mais ses parents ne l’encouragent pas dans cette voie, peut-être pour lui éviter de se refermer davantage sur elle-même. Comme ses deux sœurs (la cadette fera notamment carrière au Ballet national de Marseille […] Lire la suite

HYBERT FABRICE (1961- )

  • Écrit par 
  • Françoise NINGHETTO
  •  • 1 417 mots

Dans le chapitre « Une entreprise de déproduction »  : […] Cette production, Fabrice Hybert l'a engagée dans un processus de création de véritables entreprises économiques en lien avec la société UR (Unlimited Responsability) qu'il a créée en 1994. Lui permettant d'entrer en relation avec d'autres sociétés, UR est notamment chargée d'accompagner des projets, dont les POF – prototypes d'objets en fonctionnement, autrement dit des objets imaginés, sans usag […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Agnès IZRINE, « PRELJOCAJ ANGELIN (1957- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/angelin-preljocaj/