ÂNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ongulé plus petit que le cheval possédant de longues oreilles et des châtaignes (marques noires) sur les pattes antérieures. Répartition géographique (pour les ânes sauvages) : Afrique du Nord, Moyen-Orient et Asie centrale. Habitat : prairies, savanes et déserts. Classe : Mammifères ; ordre : Périssodactyles ; famille : Équidés.

Selon les espèces et les régions, l'âne sauvage est appelé hémione, kiang, boulang, onagre, koulan... Les races domestiques les plus connues sont celles du Poitou, des Pyrénées, du Berry, de Sicile, d'Égypte et d'Afrique du Nord. La taille d'un âne varie de 1 à 1,50 mètre au garrot et son poids de 150 à 450 kilogrammes. La couleur de sa robe est fonction de l'espèce ou de la race : blanche, noire, gris souris, rousse et parfois blanc et noir, blanc et gris, etc. Son espérance de vie est de l'ordre de trente à trente-cinq ans.

Onagre

Photographie : Onagre

Devenu très rare, l'onagre (Equus hemionus onager) ne vit plus qu'au Turkménistan et en Iran, dans des zones désertiques et semi-désertiques. 

Crédits : Sergei25/ Shutterstock

Afficher

C'est un herbivore très rustique qui consomme fréquemment des végétaux fibreux de qualité très médiocre.

La saison de reproduction des ânes varie selon les espèces. Après une gestation de onze mois environ, l'ânesse donne naissance à un seul ânon ; ce dernier sera allaité durant six à dix mois, absorbant de deux à six litres de lait par jour.

Les ânes forment des groupes peu hiérarchisés et très mouvants. Les combats entre mâles sont très violents (morsures profondes, coups de sabots) pour obtenir et défendre leur territoire. Les systèmes de communication sont principalement olfactifs (urine), sonores (braiments fréquents et puissants), visuels (abaissement ou redressement des oreilles et de la queue) et tactiles (épouillages entre femelles).

Sélectionné à partir de l'âne sauvage africain – Equus asinus, comprenant deux sous-espèces : l'âne de Nubie et l'âne de Somalie –, l'âne domestique est utilisé dès 3 000 ans avant J.-C. en Palestine pour transporter les marchandises, bien avant le dromadaire. Très vite, il se répand dans le sud de l'Europe et devient, au Moyen Âge, l'animal de bât et de monture des plus démunis. Irascible mais besogneux et capable de porter de lourds fardeaux par rapport à son poids, il est encore très utilisé dans les pays en développement.

L'âne sauvage devient rare – l'âne africain est en grand danger et l'onagre d'Asie vulnérable – et l'âne domestique tend à disparaître dans les pays occidentaux. En France, la population asine est extrêmement réduite, avec moins de 20 000 animaux. Diverses associations, telles la société de protection du baudet du Poitou, l'association des amis des ânes ou l'académie de l'âne, ont entrepris de sauvegarder les races domestiques. Le baudet du Poitou, animal de grande taille à la robe velue, l'âne pyrénéen aux poils ras de couleur brun roussâtre et l'âne français commun à la robe souris claire font ainsi l'objet de plans d'élevage très surveillés.

Le mulet (et la mule), croisement d'un âne et d'une jument est plus résistant que l'âne ; c'est un excellent animal de bât en montagne. Le bardot, issu d'une ânesse et d'un cheval, est encore plus rustique. Ces animaux hybrides sont généralement stériles.

Symbole de pauvreté et d'humilité dans la religion chrétienne, l'âne réchauffe Jésus dans la crèche, permet sa fuite en Égypte, lui sert de monture lors de son entrée à Jérusalem. En Inde, les divinités célestes sont transportées sur son dos. Il peut aussi devenir un objet de risées. De sa longue familiarité avec les plus humbles au sein des sociétés rurales traditionnelles, l'âne a conservé une image fréquemment péjorative, construite par opposition à celle du cheval, monture noble. Sa lourde tête à l'expression jugée peu éveillée, sa capacité proverbiale d'entêtement ont fait de lui une figure de la stupidité : de la légende du roi Midas au bonnet d'âne des cancres d'autrefois, la littérature et la langue abondent en exemples.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ÂNE  » est également traité dans :

PÉRISSODACTYLES

  • Écrit par 
  • Robert MANARANCHE
  •  • 3 196 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Systématique et répartition géographique »  : […] La classification des Equidae demeurant controversée, on adoptera ici celle de G. G. Simpson, qui a le double mérite d'être la plus simple et de respecter la règle d'antériorité. Tous les Equidae actuels sont ainsi rassemblés dans le genre unique Equus , comportant 6 espèces, elles-mêmes divisées en sous-espèces. La totalité des chevaux actuels appartient à l'espèce E. caballus . La seule sous- […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-Claude BOMSEL, « ÂNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ane/