KOLMOGOROV ANDREÏ NIKOLAÏEVITCH (1903-1987)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mathématiques appliquées

Kolmogorov a consacré de nombreuses publications aux équations aux dérivées partielles de la physique. Les équations de Navier-Stockes étaient le prototype des équations qui interviennent dans l'étude de la réaction-diffusion, la turbulence et la mécanique statistique.

Andreï Nikolaïevitch Kolmogorov

Andreï Nikolaïevitch Kolmogorov

Photographie

Le mathématicien russe Andreï Nikolaïevitch Kolmogorov est principalement connu pour avoir fondé en 1933 une théorie axiomatique des probabilités. 

Crédits : Novosti Press Agency

Afficher

En 1931, Kolmogorov a introduit une vaste classe d'équations aux dérivées partielles dont le champ naturel est l'espace de Hilbert (de dimension infinie) et a développé les bases théoriques correspondantes. Dans une série d'articles publiés dans les années 1939-1940, il met sur pied un corpus théorique solide permettant une description statistique des fluctuations à petites échelles de la turbulence. Les spécialistes la nomment la théorie K41 ; elle repose partiellement sur des résultats expérimentaux (loi des 4/5). Kolmogorov donnera une suite importante à ce travail en 1962.

Enfin Kolmogorov a fait d'importantes recherches en algorithmique. Ce sujet qui n'intéressait jusqu'alors que les logiciens (constructivistes) fit un immense bond en avant avec l'informatique et la théorie de l'information ; les outils comme l'entropie ou la complexité font dès lors l'objet de recherches approfondies. Kolmogorov a mené d'importants travaux dans ces domaines, développant en particulier une théorie de la complexité algorithmique qui trouve des applications en génétique, en biologie et en théorie de l'information (compression de données).

Kolmogorov a consacré les dernières années de sa vie à des questions d'enseignement et d'histoire des mathématiques. Il est décédé à Moscou le 20 octobre 1987.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Écrit par :

  • : maître de conférences honoraire à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  KOLMOGOROV ANDREÏ NIKOLAÏEVITCH (1903-1987)  » est également traité dans :

ARNOLD VLADIMIR (1937-2010)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 832 mots
  •  • 1 média

Le mathématicien russe Vladimir Igorevich Arnold , décédé le 3 juin 2010 à Paris des suites d'une opération chirurgicale, a marqué le développement des mathématiques dans de nombreux domaines. Né le 12 juin 1937 à Odessa en Ukraine dans une famille dont plusieurs membres étaient d'excellents scientifiques, il montre très tôt un goût et un talent exceptionnels pour les mathématiques. En 1959, il co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vladimir-arnold/#i_28181

AXIOMATIQUE

  • Écrit par 
  • Georges GLAESER
  •  • 2 042 mots

Dans le chapitre « Axiomatisation des phénomènes physiques »  : […] On remarquera qu'il y a un lien essentiel entre axiomatisation et formalisation. Ce lien nous éclaire sur la nature profonde de la science qui d'une certaine manière tourne le dos à l'empirique pour constituer des systèmes cohérents de concepts et de relations. La coupure épistémologique entre le pur empirisme et la science passe toujours par l'invention d'un « jeu » formel. L'utilité de la méthod […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/axiomatique/#i_28181

COMPLEXITÉ, mathématique

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DELAHAYE
  •  • 1 627 mots

Dans le chapitre « La complexité algorithmique »  : […] Les difficultés mathématiques rencontrées sont peut-être liées aux résultats logiques d'incomplétude (démontrés par Gödel en 1930) et dont la compréhension n'a cessé de s'approfondir, en particulier grâce à la théorie de la complexité d'Andreï Kolmogorov (1903-1987), formulée simultanément en 1965 par Kolmogorov et Gregory Chaitin. Cette théorie dite de la complexité algorithmique développe math […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/complexite-mathematique/#i_28181

ERGODIQUE THÉORIE

  • Écrit par 
  • Antoine BRUNEL
  •  • 3 359 mots

Dans le chapitre « Systèmes dynamiques »  : […] On ne donnera pas de définition générale et on se limitera aux systèmes (Ω, m , θ) ayant les propriétés énoncées au début du paragraphe 2 en renvoyant à l'article systèmes dynamiques . On appelle un tel triplet S  = (Ω,  m , θ) un système dynamique. Soit S  = (Ω′,  m ′, θ′) un autre système dynamique. On di […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-ergodique/#i_28181

HILBERT DAVID (1862-1943)

  • Écrit par 
  • Rüdiger INHETVEEN, 
  • Jean-Michel KANTOR, 
  • Christian THIEL
  •  • 14 855 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Problème 13 : superposition des fonctions continues »  : […] À partir de fonctions de deux variables, on peut fabriquer des fonctions de trois variables par un procédé élémentaire qui s'appelle superposition . Ainsi, à partir des fonctions f 1 ( x y ), f 2 ( x y ) et g ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-hilbert/#i_28181

INFORMATION THÉORIE DE L'

  • Écrit par 
  • Henri ATLAN, 
  • Jean-Paul DELAHAYE, 
  • Étienne KLEIN
  •  • 3 074 mots

Dans le chapitre « Théorie algorithmique de l'information »  : […] Si l'on se fixe pour but de compresser la chaîne de caractères s et si l'on suppose qu'on dispose pour cela d'une machine M, alors la valeur de l'information de s est la longueur du plus petit programme (écrit en binaire) qui, lorsqu'il fonctionne dans M, reconstitue la chaîne s . La puissance des machines n'est pas sans limite. D […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-de-l-information/#i_28181

INTÉGRATION ET MESURE

  • Écrit par 
  • André REVUZ
  •  • 6 222 mots

Dans le chapitre « Espaces mesurés »  : […] La non-existence ou la non-unicité amènent à restreindre nos ambitions initiales et à reposer le problème en essayant de définir l'application non pas sur l'ensemble de toutes les parties du plan ou de l'espace, mais sur un sous-ensemble. Pour donner une formulation plus générale, nous allons abandonner le plan et supposer que l'on part d'un ensemble X quelconque : Sur quelles parties A de P (X) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/integration-et-mesure/#i_28181

STOCHASTIQUES PROCESSUS ou PROCESSUS ALÉATOIRES

  • Écrit par 
  • Maurice GIRAULT
  •  • 4 900 mots

Le calcul des probabilités classique s'applique à des épreuves où chaque résultat possible (ou éventualité) est un nombre . Or il existe beaucoup de situations réelles relevant de modèles aléatoires, mais d'une nature plus complexe. Considérons, par exemple, l'évolution d'une rivière : en raison du caractère périodique du phénomène, on peut l'étudier au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stochastiques-processus-aleatoires/#i_28181

Pour citer l’article

Jean-Luc VERLEY, « KOLMOGOROV ANDREÏ NIKOLAÏEVITCH - (1903-1987) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrei-nikolaievitch-kolmogorov/