MALRAUX ANDRÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le renouveau de l'écrivain : l'homme précaire (1969-1976)

En 1969, quand Malraux abandonne le ministère des Affaires culturelles, qu'il avait occupé durant dix ans, et le rôle de conseiller du général de Gaulle, on peut avoir l'impression qu'un écrivain extraordinaire, le plus éclatant de l'avant-guerre, s'est effacé devant un ministre somme toute ordinaire, pourvu de peu de moyens financiers et politiques, et qui, s'il a représenté une politique avec éclat, ne l'a jamais orientée d'une manière décisive. Selon la formule perfide de Mauriac – le seul autre écrivain de grand renom à avoir rallié le gaullisme –, un ministère aura-t-il été un « os à ronger » jeté par le destin à un désir de puissance insatisfait ? De 1957 à 1969, l'écrivain Malraux s'est astreint au silence, un silence rompu seulement par la publication des Antimémoires (1967), ou plutôt de ce qui était présenté comme le premier volume d'une tétralogie posthume ; encore l'accueil de ce livre a-t-il été perturbé par la présence envahissante, sur les médias, du ministre d'État. Tenu à distance et en suspicion par la gauche, son ancien public, Malraux faisait alors figure, avec son ministère et ses Mémoires, d'un Chateaubriand qui se serait trompé de siècle. Il était loin, l'inventeur conquérant dont son ami Drieu écrivait en 1930 : « Malraux, homme nouveau, pose l'homme nouveau. »

Mais, durant les sept années qui lui restent à vivre, Malraux va se jeter à corps perdu dans l'écriture et produire une œuvre, sinon plusieurs, qui suffirait à une vie entière. On n'a jamais vu une vieillesse aussi productive, comme si « la mort qui n'est pas loin » suscitait une espèce de résurrection.

Le dialogue avec de Gaulle

De la vie politique, Malraux se retire en même temps que le général de Gaulle. Il ne s'exprimera sur ce plan qu'à deux reprises, dans des circonstances bien différentes : en 1971, renouant avec son aventure indochinoise comme avec son épopée espagnole, il se déclare prêt à combattre pour le Bangladesh, engagement rendu inutile par la guerre entre l'Inde et le Pakistan. En 1974, il intervient à la télévision d'une manière bien maladroite en faveur du candidat gaulliste aux élections présidentielles, Jacques Chaban-Delmas. Les deux interventions, dont la crédibilité n'est pas évidente, indiquent la coexistence d'un gauchiste et d'un gaulliste. En fait, c'est après son départ des affaires que le gaullisme de Malraux prend sa vraie figure – tel qu'en lui-même enfin l'écriture le change. Charles de Gaulle, dans ses Mémoires d'espoir (1970), avait déjà légué à la postérité l'effigie d'un inspirateur suprême : « À ma droite, j'ai et j'aurai toujours André Malraux. La présence à mes côtés de cet ami génial, fervent des hautes destinées, me donne l'impression que, par là, je suis couvert du terre à terre [...]. Je sais que dans le débat, quand le sujet est grave, son fulgurant jugement m'aidera à dissiper les ombres. » Après la mort du Général, Malraux publie, en guise d'hommage funèbre, Les Chênes qu'on abat... (1971), qui se présente comme le simple compte rendu d'une longue conversation avec Charles de Gaulle, à Colombey, le 11 décembre 1969 : en fait, ce dialogue, narré et transposé par un metteur en scène qui n'oublie pas son art de romancier, savamment placé dans la perspective de la mort imminente, devient le testament du gaullisme. Les voix du saint-cyrien et de l'ancien révolutionnaire, tour à tour gouailleuses et prophétiques, se confondent jusqu'à devenir indiscernables. Le gaullisme se trouve ici séparé de tous les successeurs du Général et rapproché de la France révolutionnaire du xixe siècle, selon Michelet : ce qui le caractérise, c'est la décolonisation, l'impulsion donnée au Tiers Monde, l'indépendance nationale, la tradition jacobine, le sens de l'universel. En même temps que Malraux suggère la cohérence de son propre engagement historique, de la révolte au pouvoir, il assure au gaullisme une métamorphose semblable à celle des œuvres d'art. Ce mythe (mais Malraux n'a-t-il pas dit du Général qu'il était « égal à son mythe » ?), reste énigmatique, comme en témoigne le final des Chênes qu'on abat..., dubitatif dans sa grandeur : « Maintenan [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Médias de l’article

André Malraux

André Malraux
Crédits : Bettmann/ Getty Images

photographie

André Malraux

André Malraux
Crédits : Archiv Gerstenberg/ Ullstein Bild/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de littérature française à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  MALRAUX ANDRÉ (1901-1976)  » est également traité dans :

MALRAUX ANDRÉ - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 483 mots

3 novembre 1901 Naissance à Paris.1914-1918 Première Guerre mondiale.1919 Début du mouvement Dada.1921 Parution du premier livre d'André Malraux, Lunes en papier. Le 21 octobre, il se marie avec Clara Goldschmidt.1923 […] Lire la suite

LES VOIX DU SILENCE, André Malraux - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 1 083 mots
  •  • 1 média

D'abord publiés chez Skira en trois volumes, parus de 1947 à 1949, intitulés Psychologie de l'art – Le Musée imaginaire, La Création artistique, La Monnaie de l'absolu –, les grands textes sur l'art d'André Malraux (1901-1976), recomposés et retouchés, deviennent, en 1951, ch […] Lire la suite

ACADÉMIE DE FRANCE À ROME

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 3 050 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une difficile reconversion »  : […] Réclamée de longue date, la réforme qui s'imposait n'intervint que tardivement, à l'issue du directorat d'ailleurs fort libéral du musicien J. Ibert (1937-1961, avec une interruption sous le régime de Vichy). Il revint à André Malraux, comme en bien d'autres domaines, d'en fixer les orientations. Ce fut tout d'abord, au terme d'un retentissant conflit d'autorité qui opposa le ministre à l'Institu […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - La reproduction en art

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 2 030 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Reproductions et « musée imaginaire » »  : […] Contrairement aux répliques et copies qui ont vocation à être des substituts de l'œuvre originaire, les reproductions, au sens moderne du terme, avouent d'emblée leur différence. Elles sont apparues au xv e  siècle, lorsqu'il fut possible de réaliser des gravures sur métal capables de multiplier les images des modèles dont elles s'inspiraient. Alors que les « gravures originales » sont élaborées […] Lire la suite

BARRAULT JEAN-LOUIS (1910-1994)

  • Écrit par 
  • Raymonde TEMKINE
  •  • 1 344 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'incarnation même du théâtre »  : […] Jean-Louis Barrault entre en théâtre à vingt ans, après avoir été l'élève de Charles Dullin, dont il apprend beaucoup, et rencontré au théâtre de l'Atelier le grand mime Étienne Decroux dont les leçons font épanouir en lui un art inné de la pantomime, qui lui donne une place particulière parmi les comédiens de son temps. Il en témoigne dès sa première mise en scène au théâtre de l'Atelier en 193 […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - L'industrie du cinéma

  • Écrit par 
  • Pierre-Jean BENGHOZI, 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 17 612 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La longue marche vers une politique du cinéma »  : […] « Par ailleurs, le cinéma est une industrie. » La phrase de Malraux si souvent citée n'est, en réalité, que la conclusion en forme d'esquive d'une étude d'esthétique parue en 1946 ( Esquisse d'une psychologie du cinéma ) qui, précisément, s'abstient d'aborder la question économique. Malgré son apparente indifférence aux contingences indissociables d'une expression cinématographique, c'est ce même […] Lire la suite

LA CONDITION HUMAINE, André Malraux - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 892 mots
  •  • 1 média

Après Les Conquérants (1928) et La Voie royale (1930), La Condition humaine (prix Goncourt 1933) est le dernier volet d'un cycle romanesque inspiré à Malraux par ses séjours en Indochine dans les années 1920. Loin d'être seulement une fresque historique de la révolution, La Condition humaine propose une véritable méditation sur l'homme : « J'ai conté jadis l'aventure d'un homme qui ne reconna […] Lire la suite

CULTURE - Le choc des cultures

  • Écrit par 
  • Jean-François MATTÉI
  •  • 6 367 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La fin de la culture »  : […] Avec la création de ce nouveau ministère, nommé successivement ministère de la Culture et de l'Environnement, de la Culture et de la Communication, de la Culture, des Grands Travaux et du Bicentenaire, de l'Éducation nationale et de la Culture, de la Culture et de la Francophonie, et finalement ministère de la Culture tout court, la voie était ouverte à l'apparition des maisons de la culture. Doré […] Lire la suite

ENGAGEMENT

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE, 
  • Jacques LECARME, 
  • Christiane MOATTI
  •  • 11 580 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le culte de l'action  »  : […] Les hommes de lettres ont été attirés vers l'activisme. Par suite de circonstances politiques et sociales qui ont fait revivre le souvenir du rôle positif joué par eux dans le passé, durant les époques troublées de notre histoire (en particulier la Révolution française), et qui ont rendu très présents aux esprits certains destins exemplaires, les rêves d'action, avec l'illusion d'efficacité immédi […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - Le patrimoine

  • Écrit par 
  • Nathalie HEINICH
  •  • 6 809 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Du monument historique au patrimoine »  : […] On pourrait, certes, faire tout d'abord l'histoire des objets désignés comme monuments historiques, à travers les différents thèmes susceptibles d'être commémorés, selon les époques et les contextes : hauts faits et grands hommes, événements et héros de la vie militaire, religieuse, politique, voire scientifique ou artistique. On pourrait ensuite faire l'histoire de ses formes privilégiées, tell […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

23 novembre 1996 France. Transfert des cendres d'André Malraux au Panthéon

Les cendres d'André Malraux, écrivain, compagnon de la Libération et ministre de la Culture du général de Gaulle, sont transférées au Panthéon lors d'une cérémonie présidée par le chef de l'État. La décision en avait été prise en mars. Dans son discours, Jacques Chirac exalte les valeurs défendues par André Malraux qui incarne « le gaullisme tel que le voulait le général : ni de droite, ni de gauche, mais de France ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques LECARME, « MALRAUX ANDRÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-malraux/