CHÉNIER ANDRÉ (1762-1794)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Imitation et invention

À vingt ans, Chénier sait ce qu'il ne veut pas être : un Dorat. Il sait moins bien ce qu'il sera : impulsif, velléitaire, il cède à la dispersion et à la procrastination (voir l'Épître sur ses ouvrages). Il commence à écrire en plein âge d'or de la poésie descriptive : si la terminologie est discutée, l'idéal, lui, ne fait plus question. La poésie peut et doit égaler la philosophie, il y a vingt ans qu'on le dit. La véritable imitation n'exclut pas un effort constant d'invention : l'épopée moderne sera. Cette épopée qu'il rêve, fusion de Virgile et de Newton, dans quelle mesure n'est-elle pas déjà écrite ? Les Mois de Roucher paraissent en 1780 et le Christophe Colomb de Lesuire en 1781 : 12 chants d'un côté, 26 de l'autre, double point de comparaison très honorable pour « évoquer » l'Hermès et l'Amérique, Iliade et Odyssée de l'esprit lancé dans l'aventure de la connaissance. Quant à la poétique impliquée par le genre descriptif, elle est très correctement mise en place dans le poème des Styles de Cournand (1780).

Dans le mouvement poétique issu des Lumières, Chénier n'est pas l'initiateur, mais un relayeur plus doué que les autres, un représentant de la troisième vague. La première, celle de Saint-Lambert et de Marmontel, produisait déjà à l'heure de la naissance de Chénier (1760-1770). La deuxième, celle de Lemierre et de Roucher, a donné son maximum en 1780. Il arrive au moment de la relance nécessaire : le programme développé dans L'Invention se justifie par une retombée de l'effort créateur depuis 1782, date des Jardins de Delille, et par la recrudescence d'un exercice artificiel et scolaire, l'imitation poétique. « Invente, ose, travaille » : exhortation à soi-même d'un jeune poète dont le labeur piétine ; à peine 500 vers rédigés en douze ans. Le drame de Chénier (comme de Fontanes) ne fut-il pas celui qu'exprime La Bruyère : « Tout est dit et l'on vient trop tard », le drame d'une invention qui n'a plus rien à inventer et qui tourne sur elle-même, vacante, inemployée ? Tous ses projets sont ég [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : professeur de littérature française à l'université de Rennes-II-Haute-Bretagne

Classification


Autres références

«  CHÉNIER ANDRÉ (1762-1794)  » est également traité dans :

BERTIN ANTOINE DE (1752-1790)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 523 mots

Comme Chabanon, Léonard et Parny, comme plus tard Leconte de Lisle, le chevalier de Bertin est né sous les tropiques (à l'île Bourbon). Son œuvre est mince, mais elle mérite de survivre à l'oubli. Transplanté en France dès l'âge de neuf ans, il y mène bientôt la vie facile et dissipée des jeunes officiers nobles de l'Ancien Régime. S'il s'était contenté de ciseler de charmants petits riens pour L […] Lire la suite

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 144 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Le préromantisme »  : […] Depuis 1900 environ, les historiens littéraires ont inventé la qualification de préromantique pour désigner les pionniers qui, dès le milieu du xviii e  siècle, mécontents de l'intellectualité parfois sèche qu'ils trouvaient autour d'eux, avaient déjà quelques pressentiments d'un climat nouveau de sensibilité et voulaient l'exprimer dans la littérature. Cette dénomination n'est pas très heureuse, […] Lire la suite

CHÉNIER MARIE-JOSEPH (1764-1811)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 448 mots

Né à Constantinople deux ans après son frère André, officier de dragons à dix-sept ans, Marie-Joseph de Chénier démissionne assez vite de l'armée pour se consacrer aux Muses. Après quelques pièces sans aucun succès, il remporte un triomphe à la fin de 1789 en faisant jouer un Charles IX où sa plume de patriote dénonce vigoureusement les tyrans. La même faveur du public accueillera son Henri VIII […] Lire la suite

MILLEVOYE CHARLES HUBERT (1782-1816)

  • Écrit par 
  • Édouard GUITTON
  •  • 328 mots

À cheval sur deux siècles, Millevoye est le type du poète de transition : il fait le joint entre le classicisme déclinant et l'aube du romantisme. Sa courte carrière commence en 1800 : à peine quinze ans plus tard, elle est terminée. De santé chétive, avec une mauvaise vue, poitrinaire, il alternait la vivacité et la mélancolie, l'impétuosité et l'amertume, le travail et la dissipation. Homme d'ét […] Lire la suite

Pour citer l’article

Édouard GUITTON, « CHÉNIER ANDRÉ - (1762-1794) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-chenier/