ANDO TADAO (1941- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vers une esthétique du grandiose

La production des années 1990-2000 de Andō Tadao traduit un penchant vers une certaine monumentalité, parfois assez emphatique. Il emploie de manière répétée de vastes emmarchements très spectaculaires, comme au musée d'Art contemporain de Naoshima (1988-1992), au musée historique Chikatsu-Asuka à Ōsaka (1990-1992) et au musée 21_21 Design Sight à Roppongi (2007), ou encore aux États-Unis au musée d’Art moderne de Fort Worth (2002) et dans l’extension du Clark Art Institute à Williamstown (2014). Apparaissent fréquemment des tours et de hauts volumes, par exemple au musée des Enfants de Himeji (1987-1989) et pour les maisons 4x4 à Kōbe (2003-2004), ou des fosses en spirales (Centre de recherches « Fabrica » pour la société Benetton, près de Trévise, 2000), des tracés en ellipse et un certain nombre de formes ovoïdes aux connotations biologiques. Son projet de restructuration de l'île de Nakanoshima au centre d'Ōsaka (sans cesse remodelé depuis 1988), colossal enchaînement de sphères, pyramides, portiques immenses et vastes amphithéâtres, a montré combien il était tenté par un répertoire grandiose, qu'il paraît avoir puisé notamment chez Étienne-Louis Boullée, l'artiste visionnaire de l'âge des Lumières.

Le projet de musée d'Art contemporain de l'île Seguin à Billancourt est abandonné en 2005, et François Pinault le transfère à Venise, où Andō Tadao rénove la Punta della Dogana en centre d'art contemporain (2009).

Andō Tadao, architecte extrêmement fécond qui a peut-être, au fil de sa nombreuse production, épuisé les joies simples dont il s'était fait le héraut et qu'il a déclinées avec constance, aura prouvé que les voies étroites de la sobriété esthétique étaient encore porteuses d'émotion architecturale en cette époque très éclectique. Il a su réintroduire le sentiment du sacré dans une production d'esprit parfaitement contemporain.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  ANDO TADAO (1941- )  » est également traité dans :

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 364 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « Les architectes japonais et la ville »  : […] La ville japonaise, active et foisonnante, anarchique, en proie à une spéculation effrénée, gouvernée par des règles de développement très différentes de celles qui organisent l'espace dans le monde occidental, mue par une vitalité, un sens de l'impermanence qui lui est propre, confuse, labyrinthique et difficile de lecture, est souvent interprétée comme la préfiguration de la mégalopole du xxi e […] Lire la suite

ŌSAKA

  • Écrit par 
  • Patricia MARMIGNON
  •  • 1 120 mots
  •  • 1 média

Ōsaka est la troisième ville du Japon (avec 2,6 millions d’habitants en 2017), en même temps qu’un département. Son agglomération est d’une taille une fois et demie supérieure à celle de Paris. Située sur le delta de la mer Intérieure dans le sud-ouest de Honshū, l’île principale de l’archipel, elle forme l’une des trois mégapoles au centre de la mégalopole japonaise. Jusqu’au début de l’Antiquit […] Lire la suite

Pour citer l’article

François CHASLIN, « ANDO TADAO (1941- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ando/