THERMIQUE ANALYSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Techniques thermogravimétriques

Les techniques thermogravimétriques sont adaptées à l'étude des variations de masse. Les mesures s'effectuent à l'aide de thermobalances, qui comportent trois parties fondamentales : la balance proprement dite, qui assure la pesée en continu de l'échantillon ; le four avec sa régulation de température ; le dispositif d'enregistrement.

Les balances actuelles se répartissent en trois groupes principaux suivant leur principe de fonctionnement.

Dans les balances dites de zéro, l'échantillon se trouve maintenu à un niveau constant à l'intérieur du four pendant toute la durée de l'expérience : le fléau de la balance est ramené à tout moment à la position d'équilibre en opposant au poids de l'échantillon une force, généralement d'origine électromagnétique, proportionnelle à la variation de masse et transmise par un système approprié à l'enregistreur. La thermobalance Ugine-Eyraud fournit un exemple de ce type d'appareil.

Dans les balances dites à déviation de fléau, la position de l'échantillon varie, en cours d'expérience, en fonction des changements de masse. Le fléau est muni à l'une de ses extrémités d'une tige verticale, en silice ou en alumine, qui soutient l'échantillon. De l'autre côté, un miroir reçoit un faisceau lumineux et le réfléchit vers un papier photographique ou vers une cellule photoélectrique solidaire du scripteur. La thermobalance de Chevenard répond à ce principe.

Les balances de type Mac Bain (Mac Bain et Baer, 1926) comportent un ressort (en quartz, nickel, élinvar, etc.) à l'extrémité duquel est suspendu l'échantillon. Les variations de masse de celui-ci provoquent l'élongation ou la contraction du ressort, dont le mouvement est suivi par visée à l'aide d'une lunette, ou transmis à un enregistreur par l'intermédiaire d'un dispositif autosuiveur (P. Barret, 1958 ; J. Duchêne, 1960).

Dans tous les cas, l'ensemble expérimental doit permettre de soumettre l'échantillon à des conditions opératoires diverses et bien définies pour régler la pression, contrôler la composition de l'atmos [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite de la faculté des sciences à l'université de Bruxelles, président d'honneur de l'Institut international du froid, membre de l'Académie royale

Classification


Autres références

«  THERMIQUE ANALYSE  » est également traité dans :

MÉTALLOGRAPHIE - Essais physiques

  • Écrit par 
  • Georges CIZERON
  •  • 7 347 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Analyse thermique »  : […] Si on chauffe (ou si on refroidit) à vitesse constante un matériau métallique, la courbe température-temps présente des anomalies chaque fois qu'une évolution structurale se développe. Le tracé et l'interprétation de telles courbes constitue ce que l'on appelle l'analyse thermique, qui peut être simple ou différentielle. Dans le cas de l'analyse thermique simple, on enregistre la variation de la t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metallographie-essais-physiques/#i_29418

TEMPÉRATURES PHYSICO-CHIMIE DES HAUTES

  • Écrit par 
  • François CABANNES
  •  • 3 853 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Stabilité et réactivité des solides »  : […] La stabilité des matériaux dépend de leur pression de vapeur, s'il s'agit d'un élément, et de leur dissociation s'il s'agit d'un composé. Les températures maximales d'utilisation des métaux réfractaires et du graphite sont de plusieurs centaines de degrés plus faibles sous vide que sous atmosphère réductrice . Sous vide, le carbure de silicium est stable jusqu'à 1 700  0 C et les carbures du table […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physico-chimie-des-hautes-temperatures/#i_29418

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul GLANSDORFF, « THERMIQUE ANALYSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/analyse-thermique/