ANALOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La tradition antique et médiévale

L'histoire du concept philosophique d'analogie, dont la théorie de l'« analogie de l'être » est un moment essentiel mais non exclusif, peut être aujourd'hui retracée indépendamment des deux modèles de description qui ont longtemps prévalu dans la tradition historiographique de l'« aristotélisme médiéval » : l'interprétation strictement « aristotélicienne » et l'interprétation « aristotélico-thomiste ». Cette révision critique est fondée sur deux thèses : la théorie de l'analogie de l'être n'est pas une théorie originairement aristotélicienne, c'est une création des commentateurs d'Aristote, sa variété dominante, la théorie dite « aristotélico-thomiste » de l'analogie, étant, quant à elle, une création de la néo-scolastique et du néo-tomisme ; si le concept d'analogie a essentiellement joué son rôle philosophique dans le cadre de la problématique de l'unité du sujet de la métaphysique, d'autres problématiques de l'analogie ont été développées au Moyen Âge, tantôt dans un cadre strictement sémantique, tantôt dans une perspective rigoureusement théologique.

La formulation médiévale du concept d'analogie de l'être est un phénomène tardif qui a été préparé par une longue suite de médiations et de transferts. Son point de départ est la théorie porphyrienne de l'homonymie transmise par Boèce et les Decem Categoriae du pseudo-Augustin (Paraphrasis Themistiana). Sa construction effective, qui a pris plusieurs siècles, s'est déroulée en deux grandes étapes : l'utilisation sous le nom d'analoga d'un nouveau type de termes (emprunté à Avicenne et à al-Ghazālī), les convenientia ou ambigua, dans le rôle d'intermédiaire entre « synonymes » et « homonymes » stricts imparfaitement tenu jusqu'alors par les « paronymes » d'Aristote ; l'interprétation de cette relation de « convenance » dans le sens d'une « analogie d'attribution extrinsèque » forgée à partir d'éléments empruntés à la lecture averroïste du livre IV de la Métaphysique d'Aristote.

Une fois connue la thèse averroïste du « non-être de l'accident », cette théorie a été l'occasion d'un affrontement particulier entre partisans et adversaires de la critique thomiste de la position averroïste. Dans le cours de cette discussion, typique de la fin du xiiie siècle et du début du xive, on a opéré un retour indirect, par le biais du commentaire sur les Catégories de Simplicius, aux formulations porphyriennes originales, mais transposées et retraduites dans les termes de la nouvelle problématique. La théorie de l'analogie de l'être est donc un produit de l'exégèse philosophique médiévale, fondé sur une suite de manipulations de la pensée d'Aristote qui a suivi le rythme des traductions de l'œuvre aristotélicienne et de ses interprétations grecques et arabes.

Cette « création » n'aurait sans doute pas eu l'importance qu'elle a revêtue dans l'histoire de la philosophie du Moyen Âge si, outre la problématique de l'unité du sujet de la métaphysique, ses propres origines ne lui avaient pas fait croiser également le problème du statut ontologique de l'accident et celui de la prédication des termes accidentels concrets.

Quelle qu'ait été son importance philosophique ultérieure, l'histoire du concept d'analogie ne se réduit pourtant pas à celle du concept d'analogie de l'être. Le concept d'analogie intervient dans une pluralité de domaines qui ont été progressivement coordonnés avant d'être plus ou moins absorbés dans les problématiques métaphysiques générales des xiiie et xive siècles. Ces domaines sont les catégories, les transcendantaux, l'ambiguïté, les théophanies. Les trois premiers sont solidaires de l'histoire de l'interprétation d'Aristote, le quatrième se rapporte à celle du pseudo-Denys.

Le point de départ « aristotélicien » : histoire d'un contresens

Si l'histoire de la « théorie aristotélicienne de l'analogie » est l'histoire d'un contresens médiéval, ce contresens fait partie de l'histoire même de la transmission des textes d'Aristote. Interprétée en termes de corpus, la théorie médiévale de l'analogie se présente comme la fusion forcée de trois textes d'inspiration, de portée et de signification différentes : la distinction entre synonymes, homonymes et paronymes du premier chapitre des Catégories ; la distinction problématique des trois types d'homonymes intentionnels introduite dans l'Éthique à Nicomaque (I, 6, 1096 b, 26-31) – unité d'origine ou de provenance (ἀϕ' ἑνόν), unité de fin ou tendance (πρός ἕν), unité d'analogie (κατ' ἀναλογίαν), où « analogie » a le sens aristotélicien authentique de proportion mathématique à quatre termes (a/b = c/d) ; la théorie de l'unification de la multiplicité des sens de l'être exposée dans le livre IV de la Métaphysique sur la base de la signification des termes « sain » et « médical », complétée par la théorie de l'accident comme flexion de la substance suggérée par certains passages du livre VII de la Métaphysique (I, 1028 a, 15-25).

L'histoire de la théorie de l'analogie dans l'Occident médiéval est liée à la manière même dont les contenus de ces différents textes lui sont parvenus : en tout état de cause, elle n'a commencé ni avec la diffusion effective de la Métaphysique ni avec celle de l'Éthique dans les premières années du xiiie siècle. Les premiers médiateurs du complexe formé par trois textes sources, qu'Aristote lui-même n'avait jamais combinés en une théorie unifiée, ont été le commentaire de Boèce sur les Catégories (In categorias Arist., I ; P. L. 64, 166 B2-C2) et la Paraphrasis Themistiana (paragr. 17-18). Avec eux, c'était la conception porphyrienne de l'homonymie, et plus largement la théorie des réalités homonymes, synonymes et paronymes, comme fondement de la réflexion sur les « mots premiers » qui pénétrait chez les Latins. À ce stade, représenté dans la période carolingienne par la Dialectica d'Alcuin, il n'était pas encore question d'une théorie de l'analogie de l'être, car il n'y avait tout simplement pas de « problème de l'être » : la triade ἀϕ' ἑνός (ab uno), πρός ἕν (ad unum), κατ' ἀναλογίαν (secundum proportionem) était mise au service d'une analyse des différ [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

Écrit par :

  • : chef du groupe de biologie théorique au Commissariat à l'énergie atomique, responsable de l'école de biologie théorique du C.N.R.S.
  • : agrégé de philosophie, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses), chaire histoire des théologies chrétiennes dans l'Occident médiéval

Classification

Autres références

«  ANALOGIE  » est également traité dans :

ALCHIMIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Universalis
  •  • 13 656 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un monde fermé »  : […] Toutefois, si l'alchimie n'a pas été une préchimie, elle ne fut pas davantage une « préphysique nucléaire ». En réalité, les sciences traditionnelles, par leur langage, leurs principes, leurs méthodes, leurs critères, leurs moyens et leurs buts, ne présentent aucun rapport avec les sciences modernes. Un savoir fondé sur le principe d' analogie ne peut jamais être confondu avec des systèmes scient […] Lire la suite

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 834 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Être et essence »  : […] La tradition s'est trop aisément satisfaite de cette assimilation, attribuant volontiers à Aristote sous le nom d' analogie de l'être une théorie selon laquelle l'être se répandrait, sans perdre son unité, dans la diversité hiérarchisée du réel, chaque chose ayant reçu l'être, ou participant à l'être, à proportion de sa perfection. Une telle doctrine n'est pas aristotélicienne. Aristote connaît, […] Lire la suite

ARISTOTÉLISME MÉDIÉVAL

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 4 995 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'« aristotélisme commun » et la représentation de la nature »  : […] Restent les données de fond de l'aristotélisme, ce qu'on pourrait appeler l'« aristotélisme commun », la multitude des emprunts et des garanties que la science et les sciences aristotéliciennes fournissent au savoir médiéval. La matière est ici inépuisable. L'idée même de science et des critères de la scientificité est, durant toute la période scolastique, proprement aristotélicienne : le De ortu […] Lire la suite

CAJÉTAN TOMMASO DE VIO dit (1469-1534)

  • Écrit par 
  • Bruno PINCHARD
  •  • 1 236 mots

Le plus grand théologien catholique de la Renaissance, Tommaso de Vio, était né à Gaète (d'où le nom qu'on lui donna — Il Caietano), dans une famille noble. Il entra chez les dominicains à Naples en 1484, dans ce même couvent où furent admis, avant lui, Thomas d'Aquin et, après lui, Tommaso Campanella et Giordano Bruno. C'est d'abord dans la dispute philosophique qu'il sut s'imposer. Après des étu […] Lire la suite

ÉQUIVOCITÉ & UNIVOCITÉ

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 194 mots

Termes qui, dans leur sens technique, appartiennent à la philosophie médiévale. Est univoque le mot qui est toujours employé dans le même sens. Est équivoque le mot qui est employé dans des sens différents, sans toutefois qu'on arrive à la pure et simple homonymie (comme c'est le cas si l'on parle du vol d'un tableau au Louvre et du prochain vol d'Air France pour Athènes). Le problème du langage t […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnoarchéologie

  • Écrit par 
  • Anick COUDART
  •  • 4 860 mots

Dans le chapitre « Uniformisme et raisonnement par analogie »  : […] Quels qu'en soient les objectifs, toute pratique ethnoarchéologique repose sur deux principes : l'uniformisme et le raisonnement par analogie. Théorie empruntée à la géologie et à la biologie, l'uniformisme permet de considérer les règles qui ont présidé aux transformations préhistoriques comme étant les mêmes que celles qui régissent des processus de transformation actuels. C'est au nom de cette […] Lire la suite

FOI

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 10 468 mots

Dans le chapitre « L'intelligence de la foi »  : […] Le 16 avril 1905, le philosophe Édouard Leroy avait publié dans les Cahiers de la Quinzaine un article intitulé : « Qu'est-ce qu'un dogme ? » Cet article engendra des controverses qui jouèrent un rôle central au cours de la crise moderniste. En 1907, sous le titre « Dogme et critique », l'auteur publiait de nouveau cet article en le faisant suivre de ses réponses aux objections. Étant donné qu' […] Lire la suite

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 113 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Art, technique et nature, ou le jeu indéfini des symboles »  : […] La fluidité des notions et les divers modes de fonctionnement des symboles dans la pensée de la Renaissance interdisent à l'historien des idées l'application de catégories intellectuelles ou de concepts épistémologiques qui seraient efficaces dans un autre type de culture. Le « rationalisme » de Cardan, qui lui fait rechercher l'enchaînement des causes et des effets et dresser minutieusement le s […] Lire la suite

LITTÉRATURE - La littérature comparée

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNEL
  •  • 11 124 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des influences cachées »  : […] Mais l'écrivain est rarement aussi explicite. Le commentateur s'emploie à chercher des sources au texte qu'il étudie. Pour la plus grande surprise de l'auteur, parfois. Ainsi Claudel découvre-t-il en avril 1928 un article « qui montre les parentés indéniables » de l'Otage avec Une ténébreuse affaire de Balzac. La fin du Père humilié est visiblement inspirée par un poème narratif de John Keats : […] Lire la suite

MÉTAPHORE

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POUILLOUX
  •  • 6 356 mots

Dans le chapitre « La tradition classique »  : […] « Métaphore » vient du grec metaphora , qui signifie « transport » – au sens matériel comme au sens abstrait. Le terme est utilisé par Aristote dans la Poétique (1457 b) pour décrire une opération de langage. « La métaphore, écrit-il, est le transport à une chose d'un nom qui en désigne une autre, transport ou du genre à l'espèce, ou de l'espèce au genre, ou de l'espèce à l'espèce, ou d'après le […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre DELATTRE, Alain de LIBERA, « ANALOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/analogie/